Soutenance de thèse : « Un même élan », Charles Martin-Fréville

Université de Picardie Jules Verne / UFR de Philosophie / Laboratoire Habiter le Monde

SOUTENANCE DE THESE de Charles Martin-Fréville

Un même élan. La communauté métaphysique des animaux humains et non-humains

Mardi 22 octobre à 9h – Salle S24 / Pôle Cathédrale / UPJV, Amiens

Composition du jury :
M. Jeffrey A. BARASH – Professeur, Université d’Amiens
M. Laurent BOVE – Professeur émérite, Université d’Amiens (co-directeur)
M. Dominique LESTEL – Maître de conférence HDR, ENS (co-directeur)
M. Pierre-François MOREAU – Professeur, ENS Lyon
Mme Anne SAUVAGNARGUES – Professeure, Université Paris

Argument :
Penser une communauté métaphysique des animaux humains et non-humains, et ce contre un double écueil. Le premier est celui de la simple communauté physique, réduisant cette proximité à une homogénéité corporelle. Celle-ci conditionne en grande partie les sciences naturelles, mais elle est également supposée par des discours moraux faisant du renoncement aux plaisirs du corps une voie de réalisation de l’humanité. Or, cette communauté physique laisse de côté, voire contredit, d’autres formes manifestes de cette communauté, qui se réalisent dans des rapports perceptifs, affectifs, symboliques…. Toute la difficulté est de pouvoir rendre compte de ce rapport supra-physique, tout en le pensant dans la continuité de la parenté physique.

 Mais il y a encore un second écueil, celui de la séparation métaphysique : un fossé infranchissable séparerait la condition humaine de la condition animale, du fait de la possession, par l’humain, du langage articulé, de la conscience réflexive, de la multiplicité perspective, du choix délibéré… Tant que la philosophie s’en tient à un dialogue avec la seule éthologie, elle puise dans son bestiaire des raisons d’entériner ces « propres » et de maintenir, voire de creuser, cette distance entre l’humain et le reste de la nature ; mais qu’elle fasse intervenir d’autres domaines, appartenant notamment aux sciences humaines, et elle s’aperçoit alors que ces propres ne sont pas même partagés par l’ensemble de l’humanité.

 Au silence des bêtes succède leur voix qui nous vient, ou nous revient, d’autres communautés humaines que la nôtre occidentale. Et l’alternative devient alors la suivante : dans cette communauté métaphysique, ou bien intégrer les animaux, ou bien en exclure une grande partie, sinon la majorité, des êtres humains.

 Ce travail s’engage résolument dans la première voie, en réhabilitant l’animalité comme concept permettant de penser, sans réductionnisme scientifique ni jugement moral, un même mode d’être, un même mode de connaissance et un même mode de socialité pour tous les animaux, humains compris.

 


Anne Simon

Responsable du programme "Animots"

More Posts

Vous aimerez aussi...