Théâtre Dromesko « Le Jour du Grand Jour »

voliere dromesko 3

Le Théâtre Dromesko en tournée avec Le Jour du Grand Jour du 10 au 23 juillet 2015 à Vileneuve en scène – Avignon Off.

 

La compagnie s’est fait connaître avec leur spectacle La Volière Dromesko : sous un chapiteau à la coupole transparente le spectacle réunissait 240 oiseaux, chevaux et autres animaux, avec une quinzaine d’artistes venus du théâtre, du cirque et de la musique.

 

Le Jour du Grand Jour, créé en 2014, est décrit comme « une suite de cérémonies qui, dans la réalité, sont un théâtre où les acteurs, mariés, enterrés, baptisés et autres médaillés, n’interprètent que des scènes qui jalonnent leur propre vie. »

voliere dromesko2

Comment le désir, la douleur pourraient-ils s’étaler aux yeux de tous sans ces rituels et leur cortège de décorums et de costumes.
Noyée dans cette foule endimanchée, enivrée, enfamillée, comment la mariée oserait-elle confesser son amour sans réfugier son regard derrière un voile de tulle. Un petit brouillard pour sauver la reine d’un soir.

L’intime a besoin d’une belle musique, d’un peu d’apparat, d’un zeste théâtral pour ne pas s’abimer dans l’impudeur en se livrant au public. Ce jour-là doit être grand pour ne pas être obscène.

Dans la petite baraque du Théâtre Dromesko où les convives seront assis dans un dispositif bi-frontal, se bousculent mariages, processions de la vie, deuils….Salle des fêtes d’un soir où l’on peut encore humer les préparatifs du matin. Entre le plaisir ou l’obligation d’être là, rien à faire : tout le monde est de mariage.

Je suis de mariage ou je suis le cortège funèbre, je m’habille ou suis habillé, j’ai le sourire ou pas, mais dans tous les cas, ce jour- là, tout est différent : les minutes sont comptées, les propos prennent un sens nouveau. On se rappelle des choses, celles qu’il est bon de rappeler ou pas.
On est ensemble, comme on dit : mettre les pieds dans le plat et la tête dans ce théâtre d’images et de paroles, de musiques et de libations. Du texte en vrac et du visuel en tous sens : cela tombe sur la salle, avec la traîne de mariée en décor continu, comme ces rêves auprès desquels on court. Les êtres comme les paroles, les situations comme les accessoires : tout cela est polyphonique. Et on se dit que c’est un des rares moments humains où il y a un avant et un après….comme au nouvel an.

Conception et scénographie par Igor et Lily ; Texte de Guillaume Durieux
Spectacle co-produit avec : Bonlieu Scène Nationale – Annecy / Théâtre National de Bretagne – Rennes / Théâtre Garonne – Toulouse

Honorine Tellier

Rédaction et aide à la conception du carnet

More Posts

Vous aimerez aussi...