AàC | L’Animal et l’Homme | Rouen | 1 nov. 2015

141e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques :

« L’animal et l’homme »

Université de Rouen, 11-16 avril 2016

Appel à communications

Ce sujet, large et interdisciplinaire, est devenu ces dernières années source de réflexions dans les domaines politique et social. Le débat s’étend désormais au cœur de nos sociétés trouvant parfois un écho au sein des instances parlementaires pour tenter de refonder le statut juridique de l’animal considéré désormais comme un être sensible. Cette prise de conscience reflète le lent processus en cours d’évolution des relations entre les êtres vivants sur une planète aux ressources limitées. L’animal et l’homme sont issus d’un même patrimoine génétique, mais grâce aux progrès de la science, l’homme en prend meilleure conscience. Le mot « animal » dérive d’une forme latine qui évoque la vie en mouvement et l’âme. Parmi les êtres vivants, les animaux se sont développés pendant une très longue période sans que la question de la relation avec l’homme n’intervienne.

A contrario, dès l’apparition de l’homme, celui-ci n’a eu de cesse de multiplier les contacts avec le monde animal. On peut supposer qu’au-delà de la simple perception de menace ou de ressource que peut représenter l’animal pour l’homme, et grâce à l’évolution des sociétés humaines, les rapports entre l’un et l’autre se complexifient à mesure que se développent les notions d’amis et d’ennemis, de bon et de mauvais, d’utile et de nuisible, de domestique et de sauvage. La compagnie des animaux est toujours à la base d’attitudes diverses et complexes où s’affirment les caractères de la nature humaine qui iront parfois jusqu’à la transposition et à la symbolique. Témoignage de cette ambiguïté constante, l’animal, souvent exploité, utilisé, rentabilisé, sera tantôt perçu comme « meilleur ami de l’homme » pour ce qui est du chien, « plus noble conquête de l’homme » pour le cheval, voire – au contraire de l’animal sauvage des Fables de La Fontaine – comme objet rassurant, à l’instar de l’ours en peluche donné aux enfants. L’animal est peut-être aussi un « double » de l’homme. Les mots de Jean de La Fontaine dans son discours au duc de La Rochefoucauld pourraient en donner le préambule :

« Je me suis souvent dit, voyant de quelle sorte / L’homme agit et qu’il se comporte / En mille occasions comme les animaux : / Le roi de ces gens-là n’a pas moins de défaut / Que ses sujets, et la nature / A mis dans chaque créature / Quelque grain d’une masse où puisent les esprits : / J’entends les esprits-corps, et pétris de matière » (Fables, livre X, 15).

L’histoire, bâtie par les hommes, a longtemps été écrite ou racontée comme une aventure, dont seul l’homme était le héros, formant ainsi une histoire exclusive, anthropo-centrée. Par ses orientations affirmées ou non à l’égard de l’animal, l’homme a souvent exprimé sa prétention à incarner une nature supérieure tout en reconnaissant une certaine ambiguïté quant à son statut propre. Les rencontres de Rouen auront pour but de développer la réflexion sur les rapports entre l’animal et l’homme, et de facto sur l’homme lui-même. L’ordre de présentation n’est pas dénué de sens. « L’animal et l’homme » ne dit pas la même chose que « l’homme et l’animal ». C’est bien du côté de l’animal qu’il conviendra d’envisager ces rapports, en partant du patrimoine naturel pour examiner comment l’animal nous renseigne sur l’homme et sa perception au travers du temps et de l’espace.

Plusieurs travaux historiques, précurseurs ou pionniers à l’instar de ceux des talentueux Robert Delort (Les Animaux ont une histoire, Paris, Seuil, 1984), Michel Pastoureau (L’Ours, histoire d’un roi déchu, Paris, Seuil, 2007) , Daniel Roche (La Culture équestre de l’Occident, Paris, Fayard, 2008 et 2011) , Jean-Marc Moriceau (L’homme contre le loup : une guerre de deux mille ans, Paris, Pluriel, 2013 ; Sur les pas du loup : tour de France et atlas historiques et culturels du loup du Moyen Âge à nos jours, Paris, Montbel, 2013) ou encore Éric Baratay (Le Point de vue animal. Une autre version de l’histoire, L’univers historique, Paris, Seuil, 2012) ont pourtant souligné avec acuité que l’animal possède une histoire propre méritant que l’on s’y intéresse. Force est de constater que ces chemins de recherche qu’il nous faut parcourir restent encore largement à développer et à étendre dans les différentes sphères disciplinaires. De nombreuses formes animales ont participé à cette histoire humaine, soit à l’occasion de lents processus ou lors de grands événements. Longtemps considéré comme simple objet, l’animal a retrouvé vie et a pris, petit à petit, une place plus importante et plus active. Dans les domaines littéraires où philosophiques, citons pour montrer l’acuité de la réflexion, les travaux d’Élisabeth de Fontenay (Le Silence des bêtes, la philosophie à l’épreuve de l’animalité, Paris, Fayard, 1998) et ceux de Catherine Larrère (« Actualité de l’animal-machine », Les Temps modernes, n° 630-631, mars-juin 2005-2006, p. 143-163). La recherche récentes et la multiplication de questions dans les médias montrent combien l’animal s’est installé au cœur des préoccupations. Ce congrès aura pour but d’en mesurer l’importance.

Affiche_A4

Pour bien comprendre l’esprit qui guide l’investigation savante, et compte tenu de l’ampleur du sujet, il est important de définir dans ce volet introductif ce que ce congrès ne prendra pas en considération. Ainsi, l’animal ne sera pas étudié en tant que nourriture pour l’homme. Nous gardons en mémoire les importants travaux que le 138e Congrès tenu à Rennes du 22 au 27 avril 2013 avait largement développés sur le thème « Se nourrir. Pratiques et stratégies alimentaires ». Le rôle de l’animal dans le processus d’alimentation de l’homme y apparaît clairement, nous renvoyons donc à la lecture des actes de ce congrès. Il nous a donc paru nécessaire d’exclure de nos approches l’animal en tant qu’aliment avec toute la déclinaison des aspects économiques et sociaux liés à son usage dans la nourriture : l’élaboration alimentaire de chairs, d’œufs, de lait, etc. ; les techniques de chasse, de pêche, le passage de la cueillette à l’élevage notamment pour les huîtres, les moules, etc. ; ainsi que le débat sur l’épuisement de la ressource halieutique. Dans le même esprit, ne seront pas reprises au cours de nos séances les questions de la chasse et de la pêche dans leurs aspects purement alimentaires. Nous retiendrons toutefois la notion de sélection animale et d’élaboration de « races » productives pour les espèces ovines, bovines, aviaires, ce qui s’étend aussi aux animaux de compagnie comme les chiens, les chats et certains oiseaux.

Les rencontres de Rouen devront donc s’attacher à la réflexion sur la relation dynamique vivante entre l’animal et l’homme. Elle concerne l’ensemble des disciplines et tous les domaines de nos civilisations. On pourra explorer les sciences de la nature, l’histoire, l’archéologie, l’histoire de l’art, l’ethnologie, la littérature en passant par la publicité, la bande dessinée, jusqu’aux expressions linguistiques courantes qui regorgent d’images ou de références à l’animal. Cette dynamique a été développée en quatre volets détaillés dans le cadre de notre argumentaire. Le premier va de l’exploitation à la sauvegarde de l’animal, le deuxième le considère comme objet d’étude ou sujet de loisir, le troisième s’intéresse à sa dimension inspiratrice pour l’homme et enfin le quatrième explore sa dimension symbolique.

Deux colloques plus spécifiques sont également proposés dans le cadre de ce congrès :

  • « L’animal en politique, politique de l’animal ? L’animal entre pouvoir et sciences au XVIIIe siècle »
  • « Animal symbolisé-animal exploité. Du Paléolithique à la Protohistoire »

 

Pour le détail des volets de l’argumentaire, consultez le PDF de l’appel :

Appel L’animal et l’homme

 

Le résumé de la communication (1000 signes) doit être envoyée par mail à congres@cths.fr

Communication à envoyer avant le 1er novembre 2015 et avec la fiche d’inscription ci-dessous

Fiche d’inscription congrès

(l’inscription des auditeurs est possible jusqu’à la veille du congrès)

 


Honorine Tellier

Rédaction et aide à la conception du carnet

More Posts

Vous aimerez aussi...