É. Baratay | Animal & Religion | oct.

Éric Baratay publie deux ouvrages aux éditions du Cerf :
  • L’Église et l’animal, France XVII-XXIe (seconde version actualisée)
Pendant des siècles, l’homme occidental vécut entouré de bêtes, domestiques ou sauvages, qui peuplaient sa conscience religieuse, son imaginaire social et politique, sa vie quotidienne. L’exode rural, au XXe siècle, rompit ce lien ancestral, quitte à ce que la multiplication des animaux de compagnie vînt compenser dans les villes cette désacralisation de la nature. Aujourd’hui, le statut et la protection de l’animal sont à la pointe du souci écologique et du débat anthropologique.
Que s’est-il passé ? C’est à cette question que répond l’auteur, en dressant l’histoire méconnue des sensibilités et des comportements qui a fait de l’animal, tour à tour, inférieur ou égal, lointain ou proche, instrument ou compagnon, machine ou autonome de l’homme. Dévoilant un balancement fondamental de notre inconscient collectif, reprenant, du XVIIe siècle à nos jours, les variations dans les discours de l’Eglise catholique sur ce sujet, mobilisant les traités doctrinaux, les essais spirituels, les catéchismes, les statuts synodaux, il retrace cette évolution majeure des mentalités, aboutissant à la réactivation du bestiaire sacré franciscain, promue par Jean-Paul II. Passé d’objet mineur à enjeu majeur dans les recompositions théologiques et philosophiques, l’animal montre ainsi la mainmise du paradigme du vivant dans notre représentation du monde. Une démonstration fulgurante, un acquis savant, une lecture passionnante.
  • Des bêtes et des dieux, les animaux dans la religion
Comment l’animal est-il devenu la nouvelle icône de nos sociétés postmodernes ? Pourquoi a-t-il pris valeur de question politique ? En quoi occupe-t-il une place de choix dans la récente profession de foi écologique des grands chefs religieux, du pape François à l’imam Basher Masri, en passant par le patriarche Bartholomée, le lama Mathieu Ricard ou le rabbin Cohn Sherbock ?

Allant à l’essentiel, l’auetur dresse ici l’aventure originelle et la chronique trois fois millénaire des relations entre les dieux et les bêtes. Traditions animistes amérindiennes, systèmes de sagesse asiatiques, révélations monothéistes de Méditerranée, christianismes d’Orient et d’Occident : cette histoire mouvementée recoupe en fait l’évolution générale des représentations humaines. Car les religions ont souvent hésité et varié au sujet des animaux, les cultes épousant les cultures qu’ils ont modelées mais qui les ont aussi façonnés. En montrant qu’il n’a jamais guère été de condition animale distincte de l’humaine condition, cet essai brillant interroge la notion même de civilisation.


Honorine Tellier

Rédaction et aide à la conception du carnet

More Posts

Vous aimerez aussi...