N. Solomon | La métaphore du vivant chez Balzac | Atelier écocritique | Perpignan | 10 mars 2016

Nathalie Solomon, « « L ‘avide scalpel du XIXe siècle » : la métaphore du vivant chez Balzac »
Atelier écocritique et écopoétique – 10  mars 2016, 17h00

 Grandville_Balzac et les personnages de la Comédie humaine

Grandville, Balzac et les personnages de la Comédie humaine

 

Organisé par Bénédicte Meillon et Jonathan Pollock
Université de Perpignan-Via Domitia
Salle du VECT, RDC du Bat – LSH
52 av. Paul Alduy, 66100 Perpignan

La métaphore biologique permet au narrateur balzacien, au même titre que l’historien des mœurs, de traiter la fiction comme de la réalité. Or, plus la matière narrative s’éloigne du contexte naturaliste ou médical, plus la transformation du narrateur en autorité scientifique témoigne de son impuissance paradoxale à maîtriser les éléments du récit. La figure du médecin, du naturaliste, du botaniste, plus ambiguë qu’il n’y paraît, endosse parfois le rôle de corrupteur du sens.

Balzac, daguerréotype, Louis Bisson, 1842

Balzac (daguerréotype, Louis-Auguste Bisson, 1842)

 


Anne Simon

Responsable du programme "Animots"

More Posts

Vous aimerez aussi...