A. Kaufmann, S. Mouret, H. Poltier, A. Simon, Cie Shanju | Hommes-Animaux : mondes partagés | Lausanne | 19-21 mai 2016

HOMMES-ANIMAUX : MONDES PARTAGÉS

Un événement commun, mêlant en un même lieu conférences, lecture et spectacle sur le thème du rapport à l’animal : c’est le projet inédit proposé par l’Interface Sciences-Société de l’Université de Lausanne et la Compagnie Shanju.

Penser les animaux et leur altérité. Dans notre rapport à eux et dans leur existence propre.

Comment aborder notre relation aux animaux, alors qu’elle recèle un nombre considérable de paradoxes et d’incohérences ?
Cet événement est une occasion unique d’entrelacer pensée scientifique, textes politiques, littéraires ou philosophiques et art théâtral vivant.

DES CONFERENCES — vendredi 20 mai dès 13h30, entrée libre —
– Hugues Poltier, maître d’enseignement et de recherche en philosophie à l’UNIL
– Anne Simon, chargée de recherche au CNRS, responsable du programme Animots (Centre de recherches sur les arts et le langage, CNRS/EHESS)
– Sébastien Mouret, sociologue (INRA)

Programme Colloque Hommes-Animaux-Mondes Partagés
(Entrée libre; voir plus bas pour le programme sur ce billet)

UN SPECTACLE par la Cie Shanju — du 19 au 21 mai à 19h30 —
pour aller au-delà du bruissement inaudible et devenu constant du débat contemporain. Pour tenter de donner une voix, des corps et un espace à la question animale, faite de paradoxes. Pour penser, ressentir et interroger cette altérité.

UNE LECTURE — du 19 au 21 mai, à la suite de Paradoxes —
car la thématique a traversé les âges. Jean-Baptiste Jeangène Vilmer a rassemblé divers textes dans son Anthologie d’éthique animale, publiée en 2011. Les mots de Pythagore, Plutarque, Montaigne, Voltaire, Sade, Wagner ou Claudel résonnent les uns avec les autres pour offrir aux spectateurs un parcours intellectuel et sensible au sein des pensées de l’éthique animale.

Rencontre avec l’équipe artistique et les conférenciers – vendredi 20 à l’issue de la représentation

RESERVATIONS : http://www.shanju.ch/sjresa/resa.php?id=20160331132013
Informations : 079 562 92 52
Tarifs : 20 CHF / 15 CHF / Etudiants 10 CHF
Age conseillé : dès 12 ans

Théâtre de la Grange de Dorigny
Université de Lausanne
Quartier Centre
1015 Lausanne

Page Facebook : https://www.facebook.com/events/1224181354289198/

shanju

Programme des conférences du vendredi 20 mai 2016 (entrée libre)

13h30 – « Introduction au colloque »

Par Alain KAUFMANN, sociologue et biologiste, directeur de l’Interface sciences-société de l’UNIL

////////////////////////////////////////////////////

13h40 – « De la condition animale dans la société industrielle avancée; et de sa justification ? »

Par Hugues POLTIER, philosophe, Faculté des lettres, Université de Lausanne

Résumé :

La question directrice de mon intervention tournera autour de la légitimité de nos usages des animaux. Me basant largement sur le récent ouvrage de F. Burgat, La cause des animaux, je commencerai par en dresser un bref inventaire, qualitatif et quantitatif, afin que nous nous fassions une image de ces usages à peu près ajustée à leur réalité. Un des points que je soulignerai est que la puissance industrielle de capture-dressage-contrôle de la vie animale induit un déplacement dans notre réflexion sur le rapport homme-animal; qu’on ne peut plus le penser de la même manière qu’avant l’ère de l’industrialisation de notre usage des animaux. Dans un 2e temps, je m’interrogerai sur les justifications que nous en donnons en me demandant si elles sont satisfaisantes, moralement recevables. Le questionnement tournera centralement autour de la problématique de ce qui nous sépare de ces animaux dont nous nous servons; et en questionnant les limites de la justification de notre agir par l’écart homme/animal. Je conclurai par quelques réflexions confrontant les arguments antispécistes et spécistes.

////////////////////////////////////////////////////

14h40 – « L’énigme du travail animal »

Par Sébastien MOURET, sociologue, Institut National de la Recherche Agronomique, Montpellier SupAgro

Résumé :

Depuis leur domestication, les chiens prennent part activement à des activités humaines relevant du champ du travail. S’ils y ont pris place durablement, c’est grâce notamment à leur utilité et leur efficacité dans la réalisation des tâches que nous leur avons confiées. Cependant, comment penser l’énigme du travail animal ? Comment repenser les frontières anthropologiques du travail ? À l’appui d’une recherche s’inscrivant dans le programme ANR COW, cette communication met en lumière les compétences des chiens guides d’aveugles dans le travail du care. Contrairement à la rhétorique abolitionniste de la « cause animale », les chiens guides nous invitent à repenser la place des animaux au sein de nos sociétés, dans le champ du travail et non en dehors.

////////////////////////////////////////////////////

15h40 – Pause

////////////////////////////////////////////////////

16h00 – « Des bêtes surgissent des romans : une approche zoopoétique »

Par Anne SIMON, chargée de recherches CNRS, responsable du programme Animots au Centre de recherches sur les arts et le langage du CNRS/EHESS, Paris

Résumé :

De la baleine au cafard, les pages des œuvres des XIXe-XXe siècles bruissent de la présence vivante et animée de bêtes extrêmement diverses. À partir de motifs comme la traque, la métamorphose ou l’objectalisation du vivant, on reviendra sur cette approche émergente qu’est la zoopoétique, pour en expliquer les enjeux, littéraires, éthiques et politiques.

////////////////////////////////////////////////////

17h00 – Table ronde avec les intervenants et des membres de la Compagnie Shanju

 

Image en Une : Cie Shanju


Honorine Tellier

Rédaction et aide à la conception du carnet

More Posts

Vous aimerez aussi...