Valota | Aquarius | Galerie Koralewski | Paris | 22 sept.-22 oct. 2016

Exposition personnelle de VALOTA
AQUARIUS
Vernissage le 22 septembre à partir de 18 heures5
Du 22 septembre au 22 octobre 2016

Galerie Koralewski, 92 rue Quincampoix,
75003 Paris

« Patrice Valota sonde les profondeurs marines mais il ne s’agit pas d’une exploration océanographique, un « Vingt mille lieues sous les mers » peint à la cire. Il s’agit de sonder la mer qui est en nous ; celle qui appartient à nos rêves, à nos peurs, à nos imaginations. Une mer qu’il réinvente et qu’il peuple de créatures arrachées aux fosses les plus profondes et les plus énigmatiques des océans. C’est un monde où la lumière se décline dans l’infini des bleus, s’éclaire dans les verts, où les couleurs s’allient, se disputent l’arc-en-ciel et finalement explosent en vagues transparentes sur la toile. Un monde où il faut apprendre à distinguer l’être de l’animal comme l’animal du végétal ; où des algues humaines croisent des poissons-sirènes et des hippocampes qui, vraisemblablement, parlent comme parlent les Houyhnhnms, ces chevaux philosophes des Voyages de Gulliver de Jonathan  Swift.

Les œuvres de Patrice Valota nous plongent – littéralement ! – dans un univers autre, d’une singularité d’autant plus absolue qu’il paraît familier au premier coup d’œil. Nous sommes sur l’eau, nous sommes sous l’eau : illusions ! En réalité nous sommes face à nous-mêmes, confrontés à notre origine et à notre futur avec pour seule gouverne l’émotion qui nous saisit, l’image qui nous interroge. La peinture de Patrice Valota est une peinture fantasmagorique où chaque détail compte autant que l’ensemble du tableau, une peinture où il faut s’immerger au risque de se perdre pour mieux se retrouver. »

Gérard Mordillat
écrivain et cinéaste, 5 août 2016.

« Valota travaille la cire, un matériau souple et extrêmement malléable qu’il utilise comme un véritable virtuose. La cire offre toute sa délicatesse et sa transparence au toucher de la flamme de son chalumeau. Elle absorbe les couleurs, les transcende, elle est vivante et sensuelle. Les tonalités sont obtenues avec des harmonies où la lumière joue avec l’obscurité. La matière lisse et épaisse de la couche picturale compose l’ossature du tableau. Les couleurs semblent donc conspirer dans des accords chromatiques remarquables. Cette façon de procéder rappelle le délicat travail des artistes de la Renaissance et de la technique de tempera à l’œuf, en glacis successifs, ainsi que les anciens Portraits du Fayoum réalisés à l’encaustique et à la cire d’abeille. C’est le secret de Valota, son privilège. Il procède comme un biologiste, un alchimiste. »

José Alvarez extrait de la monographie VALOTA «Wax» (Editions du Regard, 2012)

Source : http://www.galeriekoralewski.com/index.html

Œuvres de Valota : http://www.galeriekoralewski.com/artistes/valota/valota.html


Anne Simon

Responsable du programme « Animots »

More Posts

Vous aimerez aussi...