AàP | Place et l’incidence des animaux dans les familles | 3 fév. 2017

Appel à articles de la revue Enfances Familles Générations portant sur la « place et l’incidence des animaux dans les familles. »

Les propositions (résumés) doivent être déposées sur le site de la revue pour le 3 février 2017. Les auteur-es des propositions retenues devront remettre leur manuscrit au plus tard le 16 juin 2017.

Site de la revue : http://www.efg.inrs.ca

 

9x7x_96blri-andrew-branch

 

Appel n°31 – Place et incidence des animaux dans les familles

Sous la direction de:

  • Antoine Doré, INRA – UMR 1248 Agir, Toulouse (France) ; Michigan State University,
    Department of Sociology, East Lansing (États-Unis)
  • Jérôme Michalon, Labex Intelligences des Mondes Urbains/Centre Max Weber
    (UMR 5283), Lyon/Saint Etienne (France)
  • Teresa Líbano Monteiro, Centre de Recherche pour la Communication et la Culture,
    Université Catholique Portugaise (Universidade Católica Portuguesa) (Portugal)

 

L’enjeu de ce dossier thématique consiste à interroger conjointement les transformations récentes de la famille et celles des rapports aux animaux, pour mieux comprendre la place des animaux et l’incidence de ces derniers dans la construction, la gestion et l’organisation familiale. S’interroger sur la place des animaux dans la vie familiale n’est pas nouveau en sciences sociales (Hickrod et Schmitt, 1982; Katcher et Beck, 1983; Voith, 1985).

Au cours des deux dernières décennies, les recherches sur le sujet se sont en effet multipliées avec, notamment, l’essor des Animal Studies en particulier dans les pays anglo-saxons (Greenebaum, 2004; Turner, 2005; Charles, 2014). Si l’ensemble de ces recherches constitue une fresque intéressante et bien documentée de la place des animaux dans les familles occidentales, il reste encore beaucoup à dire sur le sujet. D’une part, les travaux existants sont très majoritairement centrés sur les animaux de compagnie, notamment sur les chiens et les chats. D’autre part, ces travaux, majoritairement anglophones, nous renseignent en définitive peu sur des réalités autres qu’anglo-saxonnes.

Ce numéro d’EFG propose ainsi de contribuer à une meilleure compréhension des mouvements de transformation et de complexification des relations entre familles et animaux. Il s’agira notamment, sur la base d’études empiriques, d’identifier la place des relations humains/animaux dans les processus de socialisation et de construction identitaire des familles. Alors que les travaux antérieurs se sont plutôt focalisés sur les raisons de l’insertion familiale des animaux dans une perspective fonctionnaliste – évoquant soit les vertus de la présence animale dans les familles (Staats, Wallace et Anderson, 2008), soit au contraire l’interprétant comme le signe d’un dysfonctionnement social (Yonnet, 1983) – nous souhaitons adopter un autre angle dans ce numéro.

Les contributions attendues insisteront plutôt sur les modalités pratiques, symboliques et processuelles de l’insertion familiale des animaux, en évitant la polarisation sur les seuls animaux de compagnie comme catégorie naturalisée. Elles pourront en particulier se focaliser sur l’analyse des relations humains/animaux en déployant la diversité des situations dans lesquelles s’observent les interactions entre familles humaines et individus animaux.

Cette ambition générale pourra se traduire par plusieurs questionnements thématiques :

  • L’insertion familiale des animaux et la (re)définition sociologique de la famille

En raison notamment de leur flexibilité ontologique (quasi-humain/quasi-objet ; quasi-nature/quasi-culture, etc.) les animaux présentent un double intérêt pour la sociologie de la famille.

Premièrement, sur le plan analytique, la prise en compte des relations humains/animaux permet de porter un regard original sur des questions majeures relatives à la (re)définition de la famille. Depuis les années 1970, celle-ci serait de moins en moins liée à la consanguinité et à l’alliance (Dandurand, 1990; De Singly, 1996; Déchaux, 1995). L’affect deviendrait l’un des principaux liants de la famille. Il apparaît alors pertinent de se pencher sur la place des relations affectives aux animaux dans la construction des identités familiales contemporaines et leurs implications sur les manières d’envisager la famille comme « institution», comme « naturelle » ou « biologique », comme « humaine », « hybride » (Franklin, 2006) ou « post-humaine » (Power, 2008; Smith, 2003).

Deuxièmement, sur le plan épistémologique, cette flexibilité ontologique des animaux constitue l’occasion d’un dialogue entre disciplines et souschamps disciplinaires. Ainsi, l’usage des catégories de « bien de consommation » et de « compagnon » dans l’étude des animaux de compagnie relève par exemple d’enjeux de positionnement disciplinaire entre la sociologie de la famille et la sociologie de la consommation. La rencontre d’enjeux sociologiques et juridiques à l’occasion des discussions relatives à la garde de l’animal en cas de séparation (Despret et Gutwirth, 2009) préfigure également des collaborations fructueuses entre sociologie de la famille et sociologie du droit.

  • La participation des animaux à l’identité et à la socialisation des groupes familiaux

En tant que ressources de médiation (Tannen, 2004), les animaux peuvent participer pleinement à la constitution et à la cohésion interne d’un groupe familial. Ils peuvent aussi être une source de conflit entre les membres de la famille (Walsh, 2009). Les animaux peuvent également participer aux processus de socialisation et de construction de l’identité familiale vis-à-vis de l’extérieur. Ils participent à l’inscription sociale de la famille dans son environnement en facilitant par exemple certaines relations de voisinage, en en compliquant d’autres, en rendant visible aux autres certains traits de caractère et de fonctionnement de la famille. Ils peuvent ainsi être analysés comme des révélateurs et des opérateurs de distinctions sociales des familles (Héran, 1988; Roche, 2011).

  • La description des familles animales dans la construction d’une éducation familiale

Les références aux animaux sont fréquentes dans l’éducation sexuelle et morale des enfants et l’on peut se demander plus largement comment les animaux participent aux stratégies éducatives des familles (Kellerhals et Montandon, 1991) et des institutions. Un tel questionnement pourra être abordé de différentes manières. D’une part, les récits sur les sociétés animales (des documentaires naturalistes à la littérature jeunesse) regorgent de références aux valeurs familiales qui mériteraient d’être analysées dans leurs dimensions historiques et contemporaines : instinct maternel, division genrée des tâches, solidarités entre les familles, etc.

D’autre part, les zoos, les ménageries, les parcs animaliers constituent autant de dispositifs de socialisation des familles qui reposent en partie sur une mise en scène de la rencontre entre des familles humaines et des familles d’animaux dont il s’agirait par exemple de mieux comprendre les tenants et les aboutissants. On pense également au rôle de l’adoption d’animaux de compagnie dans les processus de construction familiale et d’éducation.

 

Pour aborder ces questionnements, et d’autres, nous encourageons une approche par la diversité des terrains, qui permettrait d’élargir la question des relations entre animaux et familles au-delà de la thématique des « animaux de compagnie » et des contextes anglo-saxons. Nous pensons notamment à la place des animaux dans les rapports familiaux des éleveurs, ou des chasseurs, à la fréquentation d’espaces zoologiques et/ou de réserves naturelles par les familles, aux animaux d’assistance et de thérapie. Nous serons également attentifs aux contributions qui rendent compte de l’évolution historique de ces formes d’insertion.


 

Appel complet (avec bibliographie) : http://www.efg.inrs.ca/index.php/EFG

Les propositions (résumés) doivent être déposées sur le site de la revue pour le 3 février 2017. La proposition doit comprendre un titre provisoire, un résumé (1 500 à 2 000 caractères, espaces compris) et les coordonnées de tous les auteurs.

Les auteurs des propositions retenues devront remettre leur manuscrit au plus tard le 16 juin 2017. Ils sont priés de se conformer aux règles d’édition de la revue : www.efg.inrs.ca/index.php/EFG/about/submissions#authorGuidelines

Les manuscrits sont acceptés ou refusés sur la recommandation de la direction de la revue et des responsables du numéro après avoir été évalués à l’aveugle par deux ou trois lecteurs externes.


Honorine Tellier

Rédaction et aide à la conception du carnet

More Posts

Vous aimerez aussi...