Frédéric Worms et Anne Simon | Les Discussions du soir | France Culture | 11 avril 2017

 La littérature nous rend le monde sensible !

Les Discussions du soir, France Culture, 11 avril 2107 : Frédéric Worms reçoit Anne Simon, directrice de recherche au CNRS (CRAL/CNRS-EHESS), responsable du programme Animots, responsable du Pôle Proust

 

 

À la recherche du temps perdu, c’est une recherche du monde perdu, des sensations perdues, que seule la littérature peut nous rendre. Anne Simon, lectrice de Proust, des philosophes lisant Proust (Trafics de Proust, Hermann) généralise ce travail de la littérature, jusqu’au contemporain vivant. Des premières lignes de la Recherche, sensation de l’oreiller, de l’amour, du temps, jusqu’au monde d’aujourd’hui, Tchernobyl, les animaux en liberté ou enfermés, la sensation nous est rendue, sous condition de la littérature, grâce à l’écriture et à la lecture. C’est une nouvelle force vitale des livres. Rendez-nous sensibles de nouveau, rendez-nous la sensation : la vie, la politique en dépendent.

A la Recherche du temps perdu, Marcel Proust, 1913
À la Recherche du temps perdu, Marcel Proust, 1913 Crédits : Fondation Martin Bodmer (Genève)

 

De la lecture de Proust…

On a besoin de Proust à deux niveaux. [Notamment] parce qu’on est peut-être parfois loin de la joie du réel retrouvé, comme il le dit, ce n’est pas une période, en ce moment, tout à fait joyeuse, et je crois qu’il y a chez Proust une dimension historique qui est souvent passée sous silence, une dimension sociale et politique qui est extrêmement importante.

Ici alors, la littérature permet de retrouver le réel par une expérience, qui peut être celle de la joie, ou encore celle de la perte, de l’abandon.

…à la sensation rendue

Quand j’ai commencé à travailler sur les animaux, ce qui me fascinait, c’était la capacité de la littérature à rendre compte de leur altérité. Ce qui est fascinant, c’est ce langage, qui pourrait être pris pour un propre de l’homme, et qui n’est pas du tout un obstacle pour accéder à d’autres espèces mais une chance, une ressource en quelques sortes ! Parce que, quand on déconstruit notre façon humaine d’utiliser ce langage, quand on cherche à déstructurer la langue, on peut accéder – peut-être pas devenir un animal, bien sûr –, mais on peut s’approcher, aller à la rencontre des bêtes, vers d’autres modes de vie, d’autres tempo, d’autres rythmes.

A paraître prochainement aux éditions Classiques-Garnier : La rumeur des distances traversées. Proust, une esthétique de la surimpression, d’Anne Simon.

Crédits Cosa Dhers

https://www.franceculture.fr/emissions/les-discussions-du-soir-avec-frederic-worms/anne-simon-la-litterature-nous-rend-le-monde


Anne Simon

Responsable du programme "Animots"

More Posts

Vous aimerez aussi...