AàC | La Vie à l’œuvre | Musée de la Chasse et de la Nature | 15 juin 2017

 

Colloque international
La Vie à l’œuvre : Nouvelles écologies, bioart, biodesign

Organisé par Perig Pitrou

16 & 17 Octobre 2017 au Musée de la Chasse et de la Nature
(62, rue des Archives, Paris 3e)

Paris Sciences et Lettres
Labex TransferS

Comité scientifique
-Claude d’Anthenaise (Musée de la Chasse et de la Nature)
-Anne de Malleray (Fondation François Sommer – Revue Billebaude)
-Ludovic Jullien (CNRS-ENS-UPMC PASTEUR)
-Perig Pitrou (CNRS – Laboratoire d’anthropologie sociale)
-Antoine Triller (Institut de Biologie de l’École Normale Supérieure)

Appel à communication

 

Dans le cadre du colloque international organisé par le Musée de la Chasse et de la Nature et Paris Sciences et Lettres (Labex TransferS), cet appel à communication s’adresse à des artistes, des designers, des architectes et des chercheurs – en sciences humaines ou en sciences de la nature – qui développent une réflexion sur les manières d’intégrer le vivant dans des projets en art, en design et en architecture. En exposant des êtres vivants ou des processus vitaux, ou en instaurant des collaborations avec eux, ces explorations qui mettent « la vie à l’œuvre » contribuent à faire émerger de nouvelles écologies, de manière effective ou spéculative, comme dans le speculative design et le critical design. Qu’ils inscrivent ou non leur démarche dans les domaines du bioart et du biodesign – catégories dont les contours sont d’ailleurs loin d’être clairement définis –, ces projets ont donc en commun de redéfinir la notion de nature, en invitant à repenser les modalités des interventions des humains au sein de leurs environnements. L’enjeu n’est alors pas simplement de s’intéresser à la création de formes vivantes inédites (hybrides, semi-vivants, etc.), mais d’étudier les nouveaux systèmes de relations qui se tissent autour de ces êtres. Pour explorer ces dynamiques relationnelles et montrer la capacité de ces expérimentations à inventer de nouvelles écologies, on propose de se pencher sur trois types de phénomènes.

1) Nouvelles interactions entre les êtres vivants

C’est tout d’abord la diversité des interactions entre les êtres vivants (échange, symbiose, commensalisme, prédation, etc.) et des modalités de communication inter-espèces qui gagne à être traitée à partir de plusieurs échelles – depuis le microbiome jusqu’à l’environnement planétaire. En même temps que la possibilité de faire apparaître des formes vivantes (Life Forms) au sein des environnements, il convient d’examiner la capacité des créateurs à imaginer des nouvelles formes de vie (Forms of Life).

2) Processus vitaux et transformations

Les interactions que les êtres vivants établissent avec d’autres êtres vivants, et plus largement avec leur environnement, invitent ensuite à se pencher sur les continuelles transformations à l’œuvre dans les organismes et sur les multiples connexions qui s’établissent entre eux. Par le biais des processus métaboliques, les organismes sont en effet reliés les uns aux autres, par exemple à travers la production d’oxygène (par les plantes ou les cyanobactéries) ou par leur insertion dans des chaînes trophiques. Les projets mettant en scène ce genre de processus – souvent en les insérant dans des processus techniques – offrent une voie d’accès privilégiée pour mettre en relief la dimension dynamique et cyclique des systèmes vivants.

3) L’évolution des systèmes vivants

Envisagée à une échelle temporelle encore plus large, la vie se manifeste dans des processus évolutifs qui modifient, au fil des générations, les espèces et leurs relations à l’environnement. Depuis les pratiques anciennes de l’élevage sélectif des végétaux ou des animaux, jusqu’aux méthodes contemporaines du génie génétique et de la biologie moléculaire, les humains se sont ingéniés à développer des techniques pour agir sur ces phénomènes naturels. Souvent guidées par des préoccupations pratiques – écologiques autant qu’économiques – ces interventions obéissent aussi parfois à des motifs esthétiques. La diversité des intentions qui orientent le travail des créateurs permet ainsi d’enrichir notre capacité à penser dans toute sa complexité l’évolution dirigée et ses éventuels potentiels.

Un des enjeux d’une réflexion collective sur l’instauration de nouveaux systèmes écologiques est de repenser l’articulation entre nature et technique. Plutôt que de les opposer, les pratiques en art, design ou architecture conduisent à explorer l’imbrication entre processus vitaux et processus techniques et à s’interroger sur les diverses manières qu’ont les humains de vivre avec la nature tout en la transformant.

Les propositions de communication et les demandes d’information doivent être adressées à Viao@univ-psl.fr avant le 15 juin 2017.

Calendrier
-15 juin 2017 : remise des propositions de communication
-30 juin 2017 : réponse du comité scientifique
-30 août 2017 : envoi des titres et des résumés définitifs
-16 et 17 octobre 2017 : Colloque au Musée de la Chasse et de la Nature

 

Source : https://domesticationetfabricationduvivant.wordpress.com/2017/04/26/[…]


Honorine Tellier

Rédaction et aide à la conception du carnet

More Posts

Vous aimerez aussi...