Reshetnikova / Zhang / Boratav | L’appropriation de la nature entre remords et mauvaise foi | EHESS | 12 juin 2017

Séminaire EHESS – IIAC-Centre Edgar Morin – Sergio Dalla-Bernardina
L’appropriation de la nature entre remords et mauvaise foi : la prédation comme spectacle

12 juin 2017 – de 15h à 17h – en salle 10 (105 bd Raspail, 75006 Paris)
 

Crédits : Joseph Beuys – I like America and America likes Me – 1974

 

Ekaterina Reshetnikova
La curée, un rituel de contrôle de la prédation canine

L’exposé concerne l’analyse des rapports chien/chasseur dans le cadre de la vénerie tels qu’ils sont présentés dans les traités cynégétiques médiévaux français. En passant en revue certains aspects de la collaboration chien/chasseur, de l’action des chiens dans les différentes étapes de la chasse (quête, poursuite, mise à mort), je me focaliserai surtout sur le moment de la curée, le repas offert aux chiens après la chasse. Si on peut dire que le chien est une sorte d’intermédiaire entre le chasseur et le gibier, sur qui on compte pour repérer et atteindre l’animal chassé, cette configuration de rapport triangulaire se modifie dans la curée, dans la mesure où c’est le chasseur qui s’interpose entre le chien et le gibier, en contrôlant la dernière étape de la prédation canine, à savoir la dévoration, dans les moindres détails. Je m’arrêterai notamment sur les « recettes » de la curée, variables selon les animaux, sur le lien entre le maître/le chasseur et le chien à travers la nourriture, ainsi que sur un aspect significatif qui structure le déroulement de ce rituel en présentant l’acte de manger comme celui de chasser.

 
Yi Zhang (M2 Arts et Langages, EHESS)
Humanité et animalité chez Joseph Beuys

Joseph Beuys est un artiste allemand né à Krefeld en 1921 et décédé à Dusseldorf en 1986. Il a produit un certain nombre d’installations qui mêlaient différents médiums comme le dessin, la sculpture, la performance et la vidéo. Il a également eu une production d’écrits théoriques, dans un ensemble artistique très engagé politiquement. Il était aussi très proche du groupe Fluxus et de ses pratiques interdisciplinaires, et de l’idée du rapprochement entre l’art et la vie. Dans le travail de Beuys apparaît une symbolique personnelle particulière, notamment dans ses actions et performances, au cours desquelles il emploie le feutre, la graisse, le cuivre, du miel, etc. En s’inspirant directement d’épisodes de sa vie personnelle il crée une œuvre à la fois symbolique et autobiographique. De manière générale son œuvre est un projet de réconciliation entre l’individu et son environnement. Il associe de façon puissante, l’homme, l’art et la vie, jusque dans ses engagements politiques. Selon Beuys « le seul acte plastique véritable, consiste dans le développement de la conscience humaine » : ses oeuvres ouvrent ce que je perçois comme un espace pour la perception et la participation, qui permettent de questionner l’être humain. Cela passe par plusieurs actions par un travail avec des animaux individualisés. «Une forme est une idée. L’anti-forme, elle, est une énergie », dit Joseph Beuys. La notion de langage dans sa pratique est centrale. C’est une performance dans laquelle il travaille avec un animal. L’action I like America and America likes me, dans laquelle l’artiste représente l’Homme comme un homme blessé, met en scène un coyote sauvage. Cette action est chargée de nombreux symboles, tels que les rapports de l’homme à la nature, la société américaine, le langage comme une manière pour transformer de la liberté, et la dimension de la spiritualité perdue.
Action: I like America and America likes me.
Dans son œuvre , il intègre un élément novateur qui est son intention d’établir un dialogue précis avec toute une espèce. I like America and America likes me est une performance présentée à New York, en mai 1974 à la galerie René Block: l’action de l’artiste débute dès l’inauguration. Une ambulance se présente au domicile de l’artiste à Düsseldorf, en Allemagne. Il est alors pris en charge sur une civière, emmitouflé dans une couverture de feutre. Il va alors accomplir un voyage en avion à destination des États-Unis, toujours isolé dans son étoffe. Dès son arrivée à l’aéroport Kennedy de New York, J. Beuys se voile la face et se cache les yeux, et c’est toujours entièrement emmitouflé dans cette couverture qu’on le transporte en urgence dans une ambulance en direction de la galerie ou le coyote est déjà installé. De cette manière, Beuys ne foulera jamais le sol américain à part celui de la galerie puisqu’il avait en effet refusé de poser les pieds aux États-Unis tant que durerait la guerre du Vietnam. Il cohabite avec un coyote sauvage durant trois jours et deux nuits. Il porte son habituel chapeau de feutre et se recouvre d’étoffes, elles aussi en feutre, que le coyote s’amuse à déchirer. L’homme et l’animal partageront ensemble cette étoffe. La plupart du temps, J. Beuys est entièrement enroulé dans sa couverture de feutre. Avec le coyote, il joue avec sa canne, avec son triangle et aussi avec sa lampe torche. Dès le moment où l’artiste passe derrière la grille et aperçoit l’animal, il se dégage de sa couverture avant de le nourrir. Chaque jour, des exemplaires du Wall Street Journal sont livrés dans cette cage, sur lesquels le coyote urine. Filmés et observés par les visiteurs c’est derrière ce grillage et sa paille que l’artiste définit le territoire de la galerie, avant de partir comme il était venu. Reste le tas de feutre que l’artiste a déposé au milieu de la pièce et le coyote. L’artiste repartira sans poser le pied sur le sol américain, le corps enroulé dans une couverture de feutre, toujours transporté en urgence dans une ambulance, en direction de l’aéroport Kennedy.

L’art et la spiritualité sont-ils solubles dans l’évolution du langage?
Cette performance met en avant la notion de voyage à travers le déplacement de l’artiste. Pour lui, le voyage est une action, une performance qui réinvente un lieu. L’animal y est un compagnon, dont les qualités symboliques ou politiques, donnent un sens aux oeuvres. La performance est chargé de sens et de questionnements, qu’il s’agisse de la question politique ou du contrôle social. Elle permet d’instaurer un dialogue, voire de renouveler en profondeur le langage. Je m’interroge sur les perceptions sensorielles et l’imaginaire activés par cet oeuvre lors des déplacements de
« performeurs ». Dans le travail de Beuys, il y a une volonté de réduire les antagonismes, de guérir les blessures: s’agit-il de créer une dimension de réconciliation? Je vais explorer une recherche interdisciplinaire sur le champs de l’étude animale: nous verrons comment les formes vivantes sont traversés par l’art et la spiritualité, afin de cristalliser des questionnements sociaux et politiques.
Comment l’oeuvre d’art et le langage fonctionnent ils à travers la spiritualité, sont-ils solubles dans l’évolution à travers des pensées du vivant? A mes yeux, la performance exprime un récit structuré, elle joue du sens, se joue du sens, renvoie au double sens ou se prend au sérieux. Les artistes cherchent, en lisant, en performant, et ils développent une sensibilité aiguë, ce moment où surgit une rencontre. L’animalité dans la performance, traversée par un langage muet, est aussi le marqueur d’une certaine continuité de la vie des créatures à travers le dialogue, et en cela une ressource de la pensée pour qui cherche à penser une conjonction entre l’artiste et l’animal, entre vivant et historique. L’artiste J. Beuys passe de la représentation du déplacement, au déplacement lui-même, capable de produire une attitude ou une forme, et d’intégrer le rapport entre l’animal et l’artiste. Ces démarches sont porteuses de sens, et renvoient à des énergies importantes. Le dialogue silencieux avec le coyote renvoie à une tentative de totalisation du langage. Dans l’action I like America and America likes me, la cohabitation avec le coyote sauvage permet d’instaurer un dialogue profond, voire de renouveler en profondeur le langage. L’ artiste travaille avec des animaux pour montrer de l’invisibilité énergétique. On peut démontrer la présence de ces énergies en pénétrant dans un règne que l’homme a oublié, et où sont à l’œuvre des puissances incommensurables, des personnalités particulières. Les animaux représentent une source de puissante énergie, car, derrière chaque espèce animale se trouve l’esprit de sa conscience de groupe, ou son âme collective: du point de vue spirituel, les animaux sont des unités. « Lorsque l’artiste essaie de converser avec l’esprit de cette totalité d’une espèce animale, la question se pose de savoir si l’on ne pourrait également communiquer avec d’autres entités plus hautes, avec des divinités et des esprits élémentaires. » De mon point de vue, l’animal est l’idée de 1 transformation, transformation de l’idéologie en idée de liberté, transformation du langage en un concept plus profond : celui de la spiritualité, transformation du discours en un dialogue d’énergie. Joseph Beuys cité par Caroline Tistall, in Joseph Beuys, coyote, 1976.
La performance comme médium, donne la possibilité d’activer une rencontre entre le langage et la spiritualité.
En fusionnant les domaines de l’humanité et de l’animalité nous essayons de trouver un langage imaginaire qui réside dans la sphère de la spiritualité.

Bibliographie
– Performance I like America and America likes me: https://vimeo.com/5904032
Coyote Joseph Beuys, Caroline Tistall, Traduit de l’anglais par Dominique Le Bourg, Édition HAZAN, édition française 1988
– Joseph Beuys, Editions du Centre Pompidou – Musée national d’art moderne – Centre de création industrielle, Paris, 1994
L’animal à l’âme – De animal-sujet aux psychothérapies accompagnées pars des animaux, Sandrine Willems, Edition du seuil, septembre 2011
Philosophie animale – Différence, responsabilité et communauté, textes réunis par H.-S. Afeissa et J.-B Jeangène Vilmer, Librairie Philosophique J. Vrin, 2010
Essai post-animal – L’art et la spiritualité sont-ils solubles dans l’évolution? Frédéric Louchart, L’Harmattan, 2016
L’animal et l’homme, Itinéraire littéraire et philosophique en 150 textes, Catherine Durvye, Ellipses Edition Marketing S.A. 2004
L’animal que donc je suis, Jacques Derrida, édition établie par Marie-Louise Mallet, 2006
– Séminaire La bête et le souverain, Volume II (2002-2003), Jacques Derrida, Edition Galilée, 2010
– Animal, animalité, devenir-animal Denis Viennet, Le Portique,23-24 2009, doucement13
Nouveaux Fronts écologiques- Essai d’éthique environnementale et de philosophie animale, Hicham-
– Stéphane AFEISSA, Librairie Philosophique J. Vrin 2012

 
Peterv Naili Boratav
Les histoires d’ours en Anatolie

Il était une fois l’ours en Anatolie. Après plusieurs tentatives infructueuses, l’ours surprend Hatice qui s’évanouit alors qu’elle puisait de l’eau à la source où il a pour habitude de s’abreuver. La ramenant à sa tanière, il la séquestre plusieurs jours, lui fait goûter du bon miel qu’il a pillé au paysan puis, se met à lui lécher amoureusement les pieds. Au bout de 5 jours, son frère Miçço parvient enfin à la libérer. Telle est la trame d’une nouvelle parue dans un journal d’Istanbul un jour du mois de février 1953, qui donna l’idée à Peterv Naili Boratav de recueillir et classer un corpus d’histoires d’ours en Turquie. Si ce dernier remarque que le culte de l’ours n’est pas pratiqué en Turquie, les nombreuses références à l’ours utilisées pour parler des hommes d’une part, les évitements métaphoriques exercés pour nommer l’animal d’autre part, suggèrent qu’il fait l’objet d’une représentation fantasmée. Mais à quoi l’ours joue-t-il ? Quels types de représentations symboliques ses apparitions discursives ou narratives véhiculent-elles ? Et enfin, que nous disent-elles sur les structures des sociétés anatoliennes ? C’est ce à quoi une anthropologie symbolique des représentations humaines de l’ours me permettra de répondre. En rapprochant les fêtes de l’Ours pyrénéennes et catalanes, ou encore son culte chez les Aïnous de l’île d’Hokkaïdo au Japon, avec ces histoires, je tenterai également de montrer en quoi celui-ci accompagne les femmes et les hommes dans les étapes de leur vie.


Honorine Tellier

Rédaction et aide à la conception du carnet

More Posts

Vous aimerez aussi...