AàC/CfP Précisions sur les sciences dans l’œuvre de M. Darrieussecq | Dalhousie French Studies | 15 octobre 2017

Siphonophorae – extrait de Formes artistiques de la nature par Ernst Haeckel

Dalhousie French Studies — Appel à contributions 

Numéro spécial : Précisions sur les sciences dans l’œuvre de Marie Darrieussecq (Été 2018)

 

Rédactrices invitées : Dominique Carlini Versini (Université du Kent) et Carine Fréville (Université du Kent à Paris)

Date butoir pour la soumission des propositions : 15 octobre 2017

Date butoir pour la soumission des articles : 01 février 2018

 

 

Marie Darrieussecq fait une entrée fracassante en littérature avec Truismes en 1996, qui connaît un succès phénoménal en France comme à l’étranger. Elle a depuis publié un nombre important d’œuvres et a remporté en 2013 le Prix Médicis pour son roman Il faut beaucoup aimer les hommes, ainsi que le Prix des prix littéraires. Son écriture protéiforme explore de nombreux genres et modes, du théâtre avec Le Musée de la mer (2009), à l’adaptation libre avec Clèves (2011), en passant par la littérature jeunesse avec Péronnille la chevalière (2008). Elle représente aujourd’hui l’une des personnalités les plus importantes de la scène littéraire française.

 

Parmi les thèmes et figures clefs de l’œuvre de Darrieussecq, citons le fantôme, la disparition, le corps et ses transformations, la maternité, l’appartenance ou encore la mer. L’exploration de ces thématiques et de bien d’autres encore passe souvent chez Marie Darrieussecq par un regard et un questionnement scientifiques. Dans un entretien récent, l’auteure exprimait l’importance des sciences dans sa démarche créative en ces termes : « J’ai toujours, dans ma vie privée, aimé les scientifiques et ils m’ont apporté un énorme réservoir d’images. La physique quantique est très romanesque, par exemple. Ou le paradoxe de Fermi. Et j’ai lu beaucoup de science-fiction dans mon adolescence[1]. » Son dernier ouvrage en date, Notre vie dans les forêts (2017), fait montre dans la veine dystopique de cet attrait particulier pour la science-fiction. De quelles manières se constitue une éco/géo/techno-poétique dans l’œuvre particulière de Marie Darrieussecq ? Quels liens se tissent entre science(s) et genre(s) ? Comment porter un regard scientifique dans l’espace poétique de la fiction ?

 

Suite au récent succès du colloque international « Précisions sur les sciences » dans l’œuvre de Marie Darrieussecq, qui s’est tenu à l’université du Kent à Paris en mai dernier, nous sollicitons des propositions d’articles en anglais ou en français en vue de la publication d’un numéro spécial de Dalhousie French Studies à l’été 2018. Les articles chercheront à répondre aux questions posées ci-dessus — et à bien d’autres — en lien avec les sciences dites dures ou douces ; l’exploration de la matière, de l’environnement ou bien du temps et de l’espace ; les liens entre les mondes humain, animal, végétal et minéral ou encore l’expérimentation scientifique et littéraire.

 

Cette collection d’essais vise à couvrir toute l’œuvre de Darrieussecq, et notamment ses ouvrages les plus récents et les moins commentés. Les approches comparatistes et multidisciplinaires sont encouragées. Les propositions d’environ 250 mots devront être envoyées accompagnées d’une courte biographie avant le 15 octobre 2017 à l’adresse suivante: precisionssurlessciences@outlook.fr. La version finale des articles doit être soumise pour le 01 février 2018. Nous n’imposons pas de limite de longueur et encourageons les études approfondies. Les articles devront respecter le format MLA.

 

 

Dalhousie French Studies — Call for Articles

 

Special issue : Précisions sur les sciences in the work of Marie Darrieussecq (Summer 2018)

Guest editors : Dominique Carlini Versini (University of Kent) and Carine Fréville (University of Kent in Paris)

Deadline for submission of proposals : 15th October 2017

Deadline for submission of articles : 1st February 2018

 

Marie Darrieussecq made a sensational entrance in literature with Truismes in 1996, which met with phenomenal success both in France and abroad. She has since published an important number of works and won the Prix Médicis as well as the Prix des prix littéraires in 2013 for her novel Il faut beaucoup aimer les hommes. Her multifaceted writing explores various genres and modes, from theatre with Le Musée de la mer (2009) to free adaptation with Clèves (2011), or children’s literature with Péronnille la chevalière (2008). She stands as one of the most important personalities of today’s French literary scene.

 

Amongst the key themes of Darrieussecq’s work are the haunting figure of the ghost, disappearance, the body and its transformations, maternity, belonging, or the sea. Marie Darrieussecq’s exploration of these themes and many more often go through a scientific perspective and questioning. In a recent interview, the author expressed the importance of sciences in her creative process in these terms: “J’ai toujours, dans ma vie privée, aimé les scientifiques et ils m’ont apporté un énorme réservoir d’images. La physique quantique est très romanesque, par exemple. Ou le paradoxe de Fermi. Et j’ai lu beaucoup de science-fiction dans mon adolescence.” (“I have always, in my private life, loved scientists and they have provided me with a tremendous reservoir of images. Quantum physics is very novelistic, for example. Or the Fermi paradox. And I have read a lot of science-fiction during my adolescence.”) [Interview by the artist Mia Funk for her project « The Creative Process ».] Her latest work, Notre vie dans les forêts (2017), demonstrates, in the vein of dystopia, this particular interest in science-fiction. In what ways does an eco/geo/techno-poetics establishes itself in the distinctive works of Marie Darrieussecq? What links are woven between science(s) and gender(s) and/or genre(s)? How does one bring a scientific perspective in the poetic space of fiction?

 

Following the recent success of the international conference “Précisions sur les sciences” in the work of Marie Darrieussecq, which was held at the University of Kent in Paris last May, we are seeking proposals for articles in English or in French for a publication in a special issue of Dalhousie French Studies (Summer 2018). The articles will seek to answer the questions raised above — and many others — in connection with ‘hard’ or ‘soft’ sciences ; the exploration of matter, of the environment or time and space; the links between the human, animal, plant and mineral worlds, as well as scientific and literary experimentation.

 

This collection of essays aims to cover the entirety of Darrieussecq’s works, with an emphasis on her most recent and less commented texts. Comparative and multidisciplinary approaches are encouraged. Proposals of around 250 words must be sent, along with a short biography, before 15th October 2017 to the following address: precisionssurlessciences@outlook.fr. The final version of the articles must be submitted by 1st February 2018. We do not impose a limit in length and we encourage in-depth studies. Articles should follow the MLA style.

 

 

[1] Propos recueillis par l’artiste Mia Funk dans le cadre de son projet « The Creative Process ».


Anne Simon

Responsable du programme "Animots"

More Posts

Vous aimerez aussi...