AàC/CfP | Pour une approche écocritique de la littérature francophone/Ecocritical Approaches to Francophone Literature | Alternative francophone | 1er janv. 2018

APPEL À CONTRIBUTIONS
NUMÉRO SPÉCIAL D’ALTERNATIVE FRANCOPHONE
« Nature, environnement et écologie : pour une approche écocritique de la littérature francophone »

La relation entre les hommes et la nature n’a cessé d’évoluer au cours des siècles. Un moment clé dans la pensée occidentale moderne est quand Descartes déclare dans Discours de la méthode (1637) qu’il faut nous « rendre maître et possesseur de la nature ». Ce positionnement spécifique de l’homme par rapport à la nature a eu des conséquences désastreuses qui nous ont menés à une crise écologique mondiale. Selon l’anthropologue Phillipe Descola, le dualisme cartésien serait une nouvelle perspective qui ne constituerait rien de naturel. Dans son livre Par-delà nature et culture, Descola explique comment la pensée occidentale moderne, qui a donné également naissance à un grand nombre de notions actuelles dans le domaine de l’écocritique, s’est forgée en opérant une différence ontologique entre nature et culture. Cette vision du monde particulière s’est exportée quand la pensée moderne s’est répandue partout dans le monde pendant la période coloniale où elle s’est vue confrontée à une multiplicité d’idées divergentes sur la nature et l’humanité qui, aux yeux de la plupart des peuples non européens, n’étaient pas antagonistes.

La critique universitaire de cette ontologie occidentale et moderne porte le nom d’écocritique. Ce domaine d’étude a pris naissance aux États-Unis où il s’est épanoui presque exclusivement au sein des départements d’études anglaises. En France, c’est dans les années 1990 que Michel Serres et Bruno Latour ont ouvert la voie à une écocritique à la française. Plus récemment, de nouvelles voix, comme celles de Pierre Schoentjes et Alain Suberchicot, ont formulé des critiques spécifiques qui visaient la prépondérance des perspectives américaines dans le domaine en proposant des méthodologies plus adaptées à la sensibilité française.

Cependant, il y a une lacune qui persiste dans les études portant sur l’aire culturelle et littéraire francophone. Deloughrey et Handley, dans leur introduction au livre Postcolonial Ecologies : Literatures of the Environment, constatent que, « [e]n somme, le savoir des Lumières, l’histoire naturelle, la politique écologique et le langage de la nature – c’est-à-dire ces mêmes systèmes logiques dont nous nous servons aujourd’hui pour parler de la préservation de l’environnement et du développement durable – procèdent de la longue histoire de l’exploitation coloniale de la nature, ainsi que de l’assimilation des épistémologies naturelles du monde entier » (nous traduisons).

Dans ce numéro spécial d’Alternative francophone, nous souhaitons entendre de nouvelles voix qui poursuivraient cette discussion, qui n’a que trop tardé, et dont le but est de mettre en lumière la place du monde naturel et sa relation avec l’humanité dans la littérature francophone. Nous accueillerons en particulier des contributions touchant les thématiques suivantes (d’autres sujets en lien avec ces thématiques seront également considérés) à travers les divers genres des littératures francophones (roman, poésie, théâtre, littérature-jeunesse, BD, etc.,) :

Écocritique coloniale ou postcoloniale, la décolonisation et l’environnement
Pollution, changement climatique, justice environnementale, extraction coloniale/néocoloniale
Biopolitique et biopouvoir
Écoféminisme
Ontologies et épistémologies non-européennes
Utopie ou dystopie écologique
Le parasitisme ou le posthumanisme
L’écocritique matérielle
Les études animales

Les articles devront faire entre 6000 et 8000 mots et être envoyés au plus tard le 1er janvier 2018 à James Boucher (james.boucher@rutgers.edu), Cynthia Laborde (cynthia.laborde@uta.edu ), Sathya Rao (srao@ualberta.ca ) et⁄ou Chris Reyns-Chikuma (reynschi@ualberta.ca ). Les auteurs seront notifiés de la décision du comité éditorial par courriel dans un délai d’environ 5 semaines.
Nous demandons aux auteurs de bien respecter le protocole de publication du journal (https://journals.library.ualberta.ca/af/index.php/af/about/submissions#authorGuidelines).

……………………………………………………………………………………………………………………………

Call For Papers: Special Issue of Alternative Francophone
“Nature, Environment, and Ecology: Ecocritical Approaches to Francophone Literature”

The relationship between humanity and nature is constantly evolving. A defining moment in Western thought at the dawn of the modern period, is Descartes’ declaration in Discourse on Method (1637) that it is Man’s destiny to become the “master and possessor of nature”. This specific positioning of humanity vis-à-vis nature has had disastrous consequences, resulting in a global ecological crisis. According to anthropologist Phillippe Descola, Cartesian dualism is a relatively new way of looking at the world, a perspective that is hardly natural at all. In his book Beyond Nature and Culture, Descola explains how Western thought, from which the majority of our current conceptions on ecocriticism itself derive, forged itself in no small part by sanctifying an ontological division between nature and culture. This particular vision of the world was then exported when modernist thinking spread out across the globe during the colonial period, where it was confronted with a plethora of diverse ideas on nature and humanity, a distinction which many non-European peoples would not make. The critical discourse that takes this modernist, Western ontology as its object is known as ecocriticism, an academic discipline that developed in the United States, where it has flourished nearly exclusively in English departments. In France, it isn’t until the 90s, with the leading voices of thinkers such as Michel Serres and Bruno Latour, that a viable French ecocriticism can be said to have come into existence. More recently, new voices, like those of Pierre Shoentjes and Alain Suberchicot, have contributed critical visions that attempt to decouple ecocriticism from its Anglophone roots, by adopting methodologies more consistent with French cultural specificity. That being said, there is a persistent lack of decentered ecocritical voices that focus on Francophone literature and culture. Deloughrey and Handley, in their introduction to Postcolonial Ecologies: Literatures of the Environment, point out that, “In sum, European Enlightenment knowledge, natural history, conservation policy, and the language of nature—the very systems of logic that we draw from today to speak of conservation and sustainability—are derived from a long history of the colonial exploitation of nature, as well as the assimilation of natural epistemologies from all over the globe”. For this special issue of Alternative francophone, we encourage new reflections that address the question of the positioning of the natural environment vis-à-vis humanity in Francophone literature by engaging in new ecocritical approaches. Contributions may be based upon the following themes (but need not be limited to them) in the various literary genres of Francophone literature such as the novel, poetry, theater, children’s, literature, comic books:

Colonial or postcolonial ecocriticism, decolonization and the environment
Pollution
Climate change, environmental justice, colonial/neocolonial extraction
Biopolitics and biopower
Ecofeminism
Non-European ontologies and/or epistemologies
Ecotopias, dystopias
Parasitism and/or posthumanism
Material ecocriticism
Animal Studies

Articles should be between 6,000 and 8,000 words and be emailed no later than January 1st, 2018 to James Boucher (james.boucher@rutgers.edu ), Cynthia Laborde (cynthia.laborde@uta.edu ), Sathya Rao (srao@ualberta.ca ) and Chris Reyns-Chikuma (reynschi@ualberta.ca ). Authors will be notified of the editorial committee’s decision by email within a period of 5 weeks or so. Articles should comply with the journal submission guidelines (https://journals.library.ualberta.ca/af/index.php/af/about/submissions#authorGuidelines ).

 

URL de référence : https://journals.library.ualberta.ca/af/index.php/af/announcement/view/342


Anne Simon

Responsable du programme "Animots"

More Posts

Vous aimerez aussi...