Vincent Lecomte | Un penser animal à l’œuvre | 27 oct. 2017

Doctorat obtenu le 27 octobre 2017 à l’université Jean Monnet

Thèse de doctorat de l’Université de Lyon opérée par l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne, soutenue publiquement par Vincent Lecomte le 27 octobre 2017

Spécialité : Esthétique et Sciences de l’art, École Doctorale Lettres, Langues, Linguistique & Arts (ED 484 3LA)

Sous la direction de Danièle Méaux.

Devant le jury composé de

Jean Arnaud, Professeur des Universités, Arts Plastiques et Sciences de l’Art, Université de Provence, Aix-Marseille.

Valérie Arrault, Professeure des Universités, Arts plastiques, Université Paul Valéry de Montpellier III.

Danièle Méaux, Professeure des Universités, Esthétique et Sciences de l’art, Université Jean Monnet de Saint-Étienne.

Jean-Pierre Mourey, Professeur émérite des Universités, Esthétique et Sciences de l’art, Université Jean Monnet de Saint-Étienne.

Christophe Viart, Professeur des Universités, Arts plastiques, Esthétique et Sciences de l’art, Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne.

 

Résumé

Évoquer ou convoquer l’animal en art met en perspective et accroît l’œuvre humaine jusque dans les excès et les incohérences qu’elle peut manifester, mais rend également possible un accès à ce qui est extérieur au domaine humain. Les artistes s’inspirent de la symbolique à laquelle donne corps l’animal, de sa morphologie aussi bien que des modes d’expressions qu’il invente et déploie. Il leur arrive même de se laisser tenter par le mimétisme. Les créateurs et les poètes ne disposent-ils pas d’autres outils que les penseurs ou les scientifiques pour atteindre cette étrangeté qui semble pourtant souvent si familière ?

 

Qu’il s’agisse d’œuvres plastiques, de performances, de créations musicales ou scéniques, y convier l’animal offre une matrice infinie de figurations et de reconfigurations. L’expression de ce répertoire corporel et comportemental s’articule comme un véritable langage structuré. Au-delà d’une transposition qui permet de donner à entrevoir l’humanité de l’homme, les artistes peuvent aussi tenter la percée vers la réalité d’autres êtres vivants. Entre confrontation, dialogue et transfert, les pratiques artistiques reflètent la diversité, le polymorphisme même du rapport humain aux animaux, et l’histoire d’une attitude foncièrement ambivalente, prise entre empathie et exploitation. L’expérience de l’animal, voire l’expérience animale, donne lieu à un partage de territoire(s) et de conscience(s), ouvrant sur le dévoilement d’un penser en images.

 

Mots-clés : animal / art / esthétique / œuvre / performance / figure / humanité / sciences / hybridation

 

 

To evoke or to summon the animal in art puts in perspective the work of mankind, increases its excesses and its inconsistencies as well as it makes possible to open up the door to what is outside the human reach. Artists inspire themselves from the symbolic to which the animal is giving flesh, its morphology up to the ways of communication it creates and deploys. Artists may even be tempted by mimicry. Don’t creators and poets dispose of no other means than this one to address that strangeness that seems however so familiar to them ?

 

To invite the animal in art work, could it be plastic arts, performances, musicals works or on stage, is to offer an infinite matrix for figuring or reconfiguring. The expression of its physical and behavioral repertory is articulated as a structured language. Beyond a transposition that allows a glimpse at human kind’s humanity, artists can also try to break through the reality of other living beings. Half way through confrontation, dialogue and transference, artistic practices mirror the diversity of human relationships with animals and even its polymorphism, as well as they reflect on the history of a human attitude fundamentally ambivalent, torn between empathy and exploitation. The animal experience, the animalistic experiment even, gives rise to a territory and consciousness sharing, opening up to the unveiling of a thinking through images.

 

Keywords : animal / art / aesthetics / artwork / performance / figure / humanity / sciences / hybridization


Anne Simon

Responsable du programme "Animots"

More Posts

Vous aimerez aussi...