Stream | Les Paradoxes du vivant | 2017

Le quatrième numéro de la revue Stream s’intéresse au vivant

 

Présentation

Depuis 2008 la revue Stream explore les grands enjeux contemporains attachés aux problématiques de la ville. Après avoir élaboré une réflexion sur les rapports entre l’art, l’économie et l’architecture dans Stream 01, exploré les modes et espaces de travail qui découlent du capitalisme de la connaissance dans Stream 02, et pensé le changement de paradigme que représente notre condition urbaine à l’ère Anthropocène dans Stream 03, le dernier opus se plonge dans les paradoxes du vivant pour dépasser ce constat. Stream 04 dresse un état des lieux de ce que la connaissance du vivant apporte à la fabrique de la ville, en termes de production, de création et d’architecture, à travers les contributions de 36 auteurs. Stream est une initiative de PCA-STREAM, agence d’architecture et programme de recherche, fondé par Philippe Chiambaretta.

La prise de conscience de nos responsabilités face à l’ampleur des défis écologiques invite à considérer de nouvelles façons d’habiter la Terre. Une évolution ontologique des relations de l’homme à la nature semble se dessiner : le renversement radical des dualismes sujet-objet et société-nature aux racines de la modernité occidentale est en marche. Pour une génération d’artistes et d’architectes expérimentaux, la figure du vivant devient une source d’émulation et d’inspiration. Comment envisager ce monde complexe, cette condition hybride ?

Poursuivant l’idée de cohabiter au sein de notre planète, plutôt que de chercher à la dominer à tout prix, Stream 04 fait de ce paradigme du vivant la clé de nos défis contemporains, et postule que la compréhension de nos relations au vivant permettra de concevoir des solutions durables. Prendre en considération le vivant, penser et construire avec et pour la nature est notre nouvelle frontière. Mais selon quelle représentation de la nature et suivant quelles approches, méthodes et interactions ? Stream 04 propose un état des lieux de ce que la connaissance du vivant apporte à la fabrique de la ville.

Ce recueil de recherches prospectives explore l’ensemble des champs traitant du vivant. Il donne la parole aux philosophes autour de l’évolution de nos rapports à la nature, aux biologistes sur les avancées de la connaissance du vivant, aux chercheurs au sujet de l’impact urbain des nouvelles technologies, aux paysagistes sur le rôle de la nature dans la ville, aux architectes autour des nouvelles formes et processus durables et aux artistes pour leurs expériences de création avec le vivant.

Stream 04 invite ces intellectuels à aborder les paradoxes du vivant autour de trois thématiques principales : l’évolution de la place de l’homme par rapport au reste du vivant ; les limites mêmes du vivant aujourd’hui bousculées par les développements des technologies numériques ; les conséquences urbaines du passage d’une vision machinique de la ville à des analogies organiques et physiologiques qui réactivent des approches métaboliques complexes. Entre nouvelles technologies et révolution de la pensée, les réponses du vivant à un monde globalisé posent les jalons d’une nouvelle ère où le pilotage se substitue à la maîtrise. Dans la réinvention de notre manière d’habiter, nous nous devons de considérer à présent le vivant comme modèle, outil et allié.

 

Stream, n°4 « Les Paradoxes du vivant », 2017, 496 p., 29€

Plus d’informations/ Achat

 

Lancement public à la librairie du Centre Pompidou vendredi 15 décembre de 18h à 20h. En présence de Philippe Chiambaretta (architecte, fondateur de la revue et de l’agence PCA-STREAM), animera la rencontre avec
Ariane Michel (artiste), Catherine Mosbach (paysagiste) et François Kepès (biologiste). Inscription

 

 

Sommaire

Partie 1 | Production

CATHERINE LARRÈRE RAPHAËL LARRÈRE, Vers une éthique du pilotage
GRAHAM HARMAN, Pour une pensée des objets
TIMOTHY MORTON, Singularité des choses
FRÉDÉRIC NEYRAT, Sortir de l’humanisme
ROLAND SCHAER, Habiter, de l’hospitalité du vivant
FRANÇOIS KÉPÈS, Manipuler le vivant ?
GILLES BOEUF, Comprendre la biodiversité
MARION WALLER, « Artefacts naturels » et écosystèmes urbains
PIERRE MUSSO, La Ville « vivante » ou la ville-texte
CHRIS YOUNÈS, « Renaturer » l’architecture
AUGUSTIN BERQUE, De la « médiance » des lieux
PHILIPPE CHIAMBARETTA, Métabolisme urbains : conjuguer des approches complexes

Partie 2 | Création

EDUARDO KOHN, Au-delà du langage
ARIANE MICHEL, Révéler d’autres présences
MICHEL BLAZY, Encourager la matière
LAURENT LE BON, Exposer le vivant
OLAFUR ELIASSON, Milieux intérieurs
THOMAS SCHLESSER, L’Art sans l’homme
LORIS GRÉAUD, L’Espace entre les oeuvres
JENS HAUSER, Art et agentivité à l’heure du wetware
TIMUR SI QIN, Esthétiques de la contingence : Matérialisme, Évolution et Art
DAVID EDWARDS, Progrès de l’art science
HARU JI & GRAHAM WAKEFIELD,,Biotopes Computationnels

Partie 3 | Architecture

LÉA MOSCONI, Enjeux architecturaux du récit écologique
JOSEPH PARADISO, « Viscéralisation » des capteurs
DOMINIQUE BOULLIER, Nos enveloppes numériques
CARLOS MORENO, Au-delà de la smart city
GILLES CLÉMENT, Privilégier le vivant sur la forme
CATHERINE MOSBACH, Design de la biosphère
ANITA BERRIZBEITIA, Le Paysage comme médiateur urbain
LAURENT PETIT, Psychanalyse urbaine : de la performance à l’action
JANA REVEDIN, La Conception radicante : temps, besoin, expérimentation
ARIANE LOURIE HARRISON, L’Architecture « post-humaine »
TIMOTHÉE BOITOUZET, Le Bois augmenté
DONALD INGBER, Ingénierie bio-inspirée
YONA FRIEDMAN, L’Architecture pour les vivants

 

 


Honorine Tellier

Rédaction et aide à la conception du carnet

More Posts

Vous aimerez aussi...