Culture vache

La littérature vache parle des vaches; elle est aussi très vache, et assure donc une fonction satirique, politique et éthique.

 

Caméléon Déguisé En Vache Faisant Le Zouave Un Soir De Kermesse (Cosa Dhers)

 

Sans titre1

Seules quelques vaches restaient dehors à regarder la mer en meuglant, tandis que d’autres, s’intéressant plus à l’humanité, tournaient leur attention vers nos voitures.

(Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, III, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1988, p. 422)

 

 

[Proust : Mme de Guermantes parle de la sœur de Legrandin, devenue Mme de Cambremer]

— Mais voyons, Basin, vous savez bien de qui ma tante veut parler, s’écria la duchesse avec indignation, c’est le frère de cette énorme herbivore que vous avez eu l’étrange idée d’envoyer venir me voir l’autre jour. Elle est restée une heure, j’ai pensé que je deviendrais folle. Mais j’ai commencé par croire que c’était elle qui l’était en voyant entrer chez moi une personne que je ne connaissais pas et qui avait l’air d’une vache.
— Écoutez, Oriane, elle m’avait demandé votre jour ; je ne pouvais pourtant pas lui faire une grossièreté, et puis, voyons, vous exagérez, elle n’a pas l’air d’une vache, ajouta-t-il d’un air plaintif, mais non sans jeter à la dérobée un regard souriant sur l’assistance.
Il savait que la verve de sa femme avait besoin d’être stimulée par la contradiction, la contradiction du bon sens qui proteste que, par exemple, on ne peut pas prendre une femme pour une vache (c’est ainsi que Mme de Guermantes, enchérissant sur une première image, était souvent arrivée à produire ses plus jolis mots). Et le duc se présentait naïvement pour l’aider, sans en avoir l’air, à réussir son tour, comme, dans un wagon, le compère inavoué d’un joueur de bonneteau.
— Je reconnais qu’elle n’a pas l’air d’une vache, car elle a l’air de plusieurs, s’écria Mme de Guermantes. Je vous jure que j’étais bien embarrassée voyant ce troupeau de vaches qui entrait en chapeau dans mon salon et qui me demandait comment j’allais. D’un côté j’avais envie de lui répondre : « Mais, troupeau de vaches, tu confonds, tu ne peux pas être en relations avec moi puisque tu es un troupeau de vaches », et d’autre part, ayant cherché dans ma mémoire, j’ai fini par croire que votre Cambremer était l’infante Dorothée qui avait dit qu’elle viendrait une fois et qui est assez bovine aussi, de sorte que j’ai failli dire Votre Altesse royale et parler à la troisième personne à un troupeau de vaches. Elle a aussi le genre de gésier de la reine de Suède. Du reste cette attaque de vive force avait été préparée par un tir à distance, selon toutes les règles de l’art. Depuis je ne sais combien de temps j’étais bombardée de ses cartes, j’en trouvais partout, sur tous les meubles, comme des prospectus. J’ignorais le but de cette réclame. On ne voyait chez moi que « Marquis et Marquise de Cambremer » avec une adresse que je ne me rappelle pas et dont je suis d’ailleurs résolue à ne jamais me servir.

(Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, II, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1988, p. 529)

btv1b90050174

 

 

 

 

 

 

 

 

[François Morel : transformation de Philippe Bonneval en génisse qui fréquente un moment le musée de Rochebrune]

Aujourd’hui encore mon avis est inchangé. Oui, j’ai de l’admiration pour la vache car elle est impassible. Elle ne joue pas au tiercé. Elle ne hurle pas dans les stades. Elle ne se gare pas en double file. Elle ne passe pas au « Millionnaire » pour chanter faux La Java bleue. Elle n’envoie pas de lettres anonymes. Elle ne se met pas au garde-à-vous. Elle n’utilise pas de tondeuse à gazon. Elle n’écoute pas la radio à tue-tête. Elle n’a pas de Bi-Bop. Oh bien sûr, son parcours est tracé : elle vit, elle meurt. Vous vous trouvez sans doute beaucoup plus malin ?

[…]

Bientôt, ce petit musée sans prétentions devint le lieu le plus visité du département. M. Pouget avait pour ainsi dire complètement abandonné les joies du rami et répandait sa parole devenue très recherchée dans les médias en mal de modernité. « Réconcilier culture et nature » était devenu son credo. Depuis ma simple présence considérée par tous comme un happening génial, c’est tout l’art contemporain qu’il se proposait d’envisager de façon nouvelle. Les avant-gardistes de tout poil virent en M. Pouget le coryphée d’un nouvel conceptuel. Le mouvement vachiste venait de naître.

(François Morel, Meuh !, gravures de Christine Patry, Paris, Denoël, 2015, p. 18 et 92)

 

 

COW PARADE – Transhumance 2015
Exposition de 55 vaches décorées sur la terrasse du restaurant Mini Palais (Grand Palais).

L’aventure s’est clôturée par une vente aux enchères des 55 vaches le mardi 15 décembre à 19 heures, sous le marteau de Maître Pierre Cornette de Saint Cyr et animée par Bernard Montiel. La moitié des bénéfices de la vente a été reversée aux Restos du Cœur, ainsi que la totalité des bénéfices de la vente de la vache emblématique de la Cow Parade, la « Cowluche », réalisée par Mathilde de l’Ecotais.

 

Elle aime que je la gratte entre les cornes. Je recule un peu, parce qu’elle s’approche de plaisir, et la bonne grosse bête se laisse faire, jusqu’à ce que j’aie mis le pied dans sa bouse.

(Jules Renard, « La Vache – II », Histoires naturelles, Gallimard, Folio junior, 1994, p. 39)

 

Franquin et Jidéhem, Gaston Lagaffe : Gala de gaffes à gogo, R1, Dupuis, 1977, p. 35.

Franquin et Jidéhem, Gaston Lagaffe : Gala de gaffes à gogo, R1, Dupuis, 1977, p. 35.

« Vaches »
« Si nous considérons leur design, notre admiration pour l’inventeur de la vache ne fait qu’augmenter. Bien qu’il s’agisse d’une machine hautement automatisée et contrôlée par un ordinateur installé en elle (le cerveau) et que son fonctionnement soit garanti par un système cybernétique d’équilibres électriques et chimiques hautement sophistiqués, la forme extérieure de la machine est d’une simplicité et d’une économie d’éléments surprenantes et hautement satisfaisante au plan esthétique. L’impression que laisse la vache est celle d’une oeuvre bien intégrée en soi et dans son environnement. »

« L’acquéreur de vaches, peut, s’il le souhaite, élaborer son propre modèle en ‘croisant des races’. De telle sorte que l’acquisition d’une vache ne condamne pas son acheteur à une consommation passive, mais ouvre le champ d’une participation active au ‘jeu des vaches’. Si bien que, finalement, la théorie des jeux se trouve absorbée de manière significative par la technologie. On peut distinguer une époque à venir où le progrès technologique ne sera plus le privilège de quelques spécialistes agréés par l’appareil administratif mais un jeu auquel les ‘masses’ participeront activement en modifiant librement les prototypes. »

« Néanmoins, il faut faire face au danger. L’imagination doit être forcée. Elle révèle la vision d’une humanité transformée en troupeau de vaches. Une humanité qui paîtra et ruminera, satisfaite et inconsciente, consommant de l’herbe, dans laquelle une élite invisible de ‘bergers’ possède des intérêts investis, et qui fera le lit d’une telle élite. […] La vie se résumera aux fonctions typiques de la vache : naissance, consommation, rumination, production, loisir, reproduction et mort. Vision paradisiaque et terrifiante. Qui sait si, lorsque nous contemplons la vache, nous ne sommes pas en train de contempler l’homme du futur ? »

(Vilém Flusser, Essais sur la nature et la culture, Circé, 2005, p. 44, 45 et 47 ; trad. par Georges Durand)

 

La VACHE en COLÈRE
Une mobilisation contre le projet d’usine des 1000 vaches : http://vache-en-colere.tumblr.com/

Parodie de la chanson Blurred Lines de Robin Thicke (paroles dans la description) :

 

ARTE – Blow Up, l’actualité du cinéma (ou presque) – « La Vache au cinéma »

Anne Simon

Responsable du programme "Animots"

More Posts