Programme / Membres

ANIMOTS : ANIMAUX ET ANIMALITÉ DANS LA LITTÉRATURE DE LANGUE FRANÇAISE (XXE-XXIE SIÈCLES)

Projet soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche

Porteuse du projet : Anne Simon (CNRS, CRAL CNRS/EHESS – France)

Responsable pour THALIM-Sorbonne Nouvelle Paris 3 : Alain Romestaing (Université Paris Descartes – France)

Membres : André Benhaïm, Éliane DalMolin, Lucile Desblache, Jacques Poirier, Jean-Marie Schaeffer, Alain Schaffner

Coordination : Audrey Lasserre, Sabrina Valy

Les Tigres, par Cosa Dhers

ACTUALITÉ DE LA QUESTION DE L’ANIMALITÉ : UN CARREFOUR DE DISCIPLINES

Dans le concert intellectuel contemporain sur l’animalité, les discours et représentations propres à la création littéraire sont rarement pris en compte par une critique académique qui aborde l’animalité selon des axes traditionnels restrictifs (analyses allégoriques, études régionalistes, cantonnement à des genres « mineurs »). Or depuis le début du XXe siècle, les écrivains sont légion à inscrire leur production dans les enjeux sociaux et épistémologiques qui leur sont contemporains. Il devenait crucial de légitimer la question de l’animalité en études littéraires et de renouveler celles-ci par l’établissement de transversales avec d’autres disciplines (philosophie, éthique, éthologie, histoire, anthropologie…). Via des collaborations dans les deux langues, un dialogue a été établi entre chercheurs de sphères académiques française, nord-américaine et anglo-saxonne, afin de tenir compte des apports des Animal Studies et de l’Ecocriticism, et de créer une impulsion pour dialectiser et institutionnaliser en France des champs de recherche émergents (études animales, éthique animale et écopoétique notamment) et pour en créer un nouveau : la zoopoétique, à savoir les études animales littéraires fondées sur un socle interdisciplinaire.

MÉTHODOLOGIE : UN SUJET ÉMERGENT EN ÉTUDES LITTÉRAIRES

L’animal, si « naturel » au niveau phénoménologique et existentiel, est en réalité un objet d’étude fuyant, construit par les chercheurs autant qu’étudiés par eux : le pluriel du projet « Animots » (J. Derrida) visait à mettre en avant le caractère réducteur du mot « animal », supposé rassembler des rapports au monde diversifiés. Il rappelait en outre que la recherche se fait sur le terrain du langage critique et créatif, notamment par un travail définitionnel opéré sur des notions proches. Au niveau générique, on a montré qu’on assiste à un renouvellement de genres narratifs et poétiques traditionnellement liés à l’animal. Aux niveaux narratologique et stylistique, les procédés susceptibles de rendre compte de modes d’être réputés inaccessibles à l’humain et la question de l’anthropomorphisme ont été analysés. Au niveau cognitif, on a examiné si des émotions comme la projection et l’empathie peuvent donner accès à une altérité voire à une subjectivité animales. Au niveau politico-social ont été abordés les rapports entre déshumanisation et animalisation. Enfin, l’inscription des textes dans leur contexte de production de même qu’une reconfiguration de l’histoire littéraire ont été abordées à partir de la problématique de l’animalité.

RÉSULTATS MAJEURS DU PROJET « ANIMOTS »

Le programme « Animots » a renouvelé l’étude de l’animalité littéraire en mettant en œuvre une approche zoopoétique qui croise les outils d’investigation thématiques, stylistiques et narratologiques avec les questionnements d’autres disciplines (philosophie, éthique, éthologie, anthropologie, histoire…). Il a donné lieu à la mise en ligne d’un carnet référent en sciences humaines et en art, à un réseau international de centaines de chercheurs, à des formations via 5 séminaires. Le vivant est devenu un axe du CRAL (CNRS-EHESS) et un projet sur l’impact de histoire naturelle en sciences humaines a été déposé à Paris 3.

PRODUCTION SCIENTIFIQUE DU PROJET « ANIMOTS »

15 collectifs, un ouvrage individuel, 20 chapitres, 27 articles dans des revues référencées, 67 communications ont permis la légitimation en français et en anglais d’un objet d’étude à peine émergent au début du projet. Ils réexaminaient notamment les relations complexes – de l’empathie à l’hybridité ou la rupture – entre hommes et bêtes ; des genres littéraires signifiants pour l’animalité (roman rustique, métamorphose, histoire naturelle, art poétique, autoportrait…) ; les canons de l’histoire littéraire ; les enjeux sociaux et philosophiques de la chasse, de la souffrance, de l’écologie ou des communications entre espèces.

Le projet « Animots » (15 novembre 2010-14 novembre 2014), dirigé par Anne Simon (CNRS), était fondé sur un partenariat entre le CRAL (Centre de recherches sur les arts et le langage, CNRS/EHESS) et l’Équipe d’accueil « Écritures de la modernité » (devenue UMR 7172 THALIM, Université Paris 3). Constitué de huit chercheurs et deux coordinatrices successives, il visait à pallier le manque d’une recherche organisée à moyen et long terme sur les animaux et l’animalité dans la littérature de langue française des XXe-XXIe siècles. Il a bénéficié d’un soutien financier de l’ANR de 190 000 euros pour un coût global de 218 000 euros.

 

Version anglaise / English version

Audrey Lasserre

Chargée de mission

More Posts