Honorine Tellier

Actuellement en Thèse de Littérature Française à l’Université de Limoges, équipe EHIC, sous la direction d’Irène Langlet.

Contact : honorine.tellier@unilim.fr

Cofondatrice avec Diane de Camproger du réseau Cheval et Sciences Humaines destiné à la promotion des études en sciences humaines sur le cheval.

L’Art d’être Centaure.sse : site personnel dédié à la médiation scientifique et culturelle de l’art équestre.

 

Sujet de thèse : « Le Centaure dans l’art équestre ou l’intégration d’un mythe dans une pratique artistique et sa littérature du XVIIIe siècle au XXIe siècle »

Le lien entre le centaure et l’équitation remonte à l’Antiquité et se dévoile par une interprétation étymologique : le terme grec « kentauroi » proviendrait du verbe « kentein » (piquer) et du substantif « tauros » (taureau). Le mythe du centaure serait le résultat de la vision des premiers cavaliers qui étaient des éleveurs de bétail. C’est également à l’Antiquité que le premier traité équestre occidental a été écrit de la main même de Xénophon. Des siècles plus tard, la construction fantasmée du centaure est encore d’actualité par sa ressemblance iconique avec l’homme à califourchon sur sa monture. Présente dans l’art équestre, la figure hybride est récurrente dans les traités depuis le XVIe siècle . Il n’est pas ici question de la simple juxtaposition d’une figure mythique à une pratique mais bel et bien d’une incorporation d’une figure fictionnelle dans des écrits dictionnels. Le phénomène, peu commun, de mise en acte empirique d’une figure mythique, s’introduit jusque dans la littérature équestre et l’iconographie qui l’accompagne : les écuyers et les équitants l’ont intériorisé et reconstruit théoriquement pour leurs propres besoins. Le centaure devenu emblème d’une relation interspécifique (homme-animal) maintient dans l’imaginaire collectif l’expérience physique et psychologique qu’entraîne cette interaction. S’intéresser à la présence du centaure dans l’art équestre c’est réfléchir sur les modalités d’intégration et de traitement narratif de la figure mythique et donc se questionner sur la dynamique qui s’instaure entre une écriture aux critères de vérité et  la fiction animale qui la traverse.

 

Cursus :

2013-2014 : Master Création Contemporaine et Industries Culturelles, FLSH et ENSA de Limoges : « Mises en scène animales : le corps à l’œuvre » sous la direction d’Irène Langlet et de Geneviève Vergé-Beaudou

2012-2013 : Master 2 Lettres Modernes recherche, FLSH de Limoges : « L’Acteur-centaure théâtral et littéraire : une quête hétérogène aux frontières de l’homme et de l’animal » sous la direction d’Irène Langlet

2011-2012 : Master 1 Lettres Modernes recherche, FLSH de Limoges : « Du théâtre au théâtre équestre » sous la direction de Chloé Ouaked

2008-2011 : Licence Lettres Modernes, FLSH Limoges

2008 : Baccalauréat général série littéraire

Honorine Tellier

Rédaction et aide à la conception du carnet

More Posts