L’animal au château | Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord | Périgueux | 27, 28 et 29 sept. 2019

Les Rencontres ont consacré plusieurs colloques à la chasse et à la table du château. Mais au-delà de l’alimentation, qu’en est-il, dans cet univers, de la place et du rôle des animaux, domestiques, sauvages, exotiques ou fantastiques ? Des travaux récents ont renouvelé l’approche des relations entre l’homme et l’animal, relations utilitaires, affectives, ludiques, esthétiques, symboliques ou fantasmatiques. À la place d’honneur, le cheval, incarne toutes ces dimensions, et princes et monarques lui ont élevé de véritables palais à Versailles ou à Chantilly. Le chien, symbole de fidélité – vertu essentielle du code aristocratique – tient aussi une place privilégiée, aux pieds ou sur les genoux de son maître ou de sa maîtresse, portraiturés en leur compagnie par les plus grands maîtres et liciers de leur temps. Mais c’est sans doute par la possession d’animaux sauvages que les plus hauts seigneurs démontrent leur pouvoir. Lions et léopards ornent leurs blasons depuis le haut Moyen Âge, tandis que de véritables spécimens rugissent dans leurs ménageries, ou, aujourd’hui, dans les parcs animaliers de châtelains en mal de conquêtes ou d’écologie… Le cabinet de curiosités, où se mêlent animaux empaillés, coquillages, carapaces, papillons exotiques, témoigne de la capacité du seigneur à s’approprier les espaces les plus lointains et les espèces les plus rares. Et sous la plume des fabulistes et des conteurs orientaux, tout un bestiaire familier ou exotique rappelle aux Grands leur animale condition. Mais allons maintenant au château Renaissance de Puyguilhem à Villars. Construit sous la haute protection de François 1eret de Louise de Savoie, il a été le relais de chasse et la résidence de plaisance de la puissante famille parlementaire des La Marthonie. Son imposant pigeonnier témoigne encore de ses privilèges. Autrefois, ses pièces s’ornaient de trophées, de massacres, de fourrures sauvages. Mais les fabuleuses salamandres de François 1ery figurent encore et, sur sa plus monumentale cheminée, Lion de Némée et Hydre de Lerne terrassés par Hercule. Sans oublier cet hôte plus récent,  un rhinocéros de haute lice, véritable rêve de savane au cœur du Périgord vert.

Entrée gratuite.

Pour consulter le programme.

 

Marie Vigy

Rédaction et aide à la conception du carnet.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search