À paraître: Frigyes Karinthy | J’aime les animaux | Ed. Cambourakis | 2019

Frigyes Karinthy, J’aime les animaux (poche), traduit du hongrois par Cécile A. Holdban, Ed. Cambourakis

« Lapin, requin, éléphant, singe, lion, chien ou encore moineau… Tels sont quelques-uns des animaux que l’on croise au fil de cette sélection de dix-sept nouvelles publiées par Frigyes Karinthy entre 1915 et 1937 dans des journaux ou en recueils.
Alternant anecdotes animalières et fables aux morales grinçantes, Karinthy n’hésite pas à recourir à l’anthropomorphisme pour rendre compte de ses préoccupations les plus vives, à savoir l’émergence des totalitarismes et d’un capitalisme envahissant. Un recueil inédit qui témoigne du regard affûté de l’auteur sur son époque et de son humour salvateur. »

Date de sortie : 6 novembre

 

 

Frigyes Karinthy

Né le 24 juin 1887 à Budapest et mort le 29 août 1938, écrivain, dramaturge, poète, journaliste et traducteur, il demeure à ce jour l’un des auteurs hongrois les plus importants, au même titre que Dezsö Kosztolányi, Gyula Krúdy ou Milán Füst. Les multiples visages de l’écrivain sont tout à la fois celui d’un humoriste, d’un philosophe visionnaire, d’un poète ou d’un journaliste. Le philosophe satirique en quête de vérités humaines essentielles, le ciseleur raffiné des caractères se cachent souvent derrière le visage de l’humoriste ou de l’écrivain de l’absurde, étiquette principale de sa postérité. Inscrite dans l’effervescence culturelle de la « belle époque » austro-hongroise bientôt anéantie par la Première Guerre mondiale, son œuvre reflète l’extrême sagacité de son regard, son insatiabilité de connaissance dans tous les domaines, sciences, psychanalyse, et son goût effectivement inaltérable pour le rire (incarné par sa formule devenue célèbre : « En matière d’humour, je n’admets pas de plaisanterie. ») En 1936, atteint d’une tumeur au cerveau, il est opéré à Stockholm, grâce à une souscription nationale. Il raconte sa maladie dans Voyage autour de mon crâne.

URL: https://www.cambourakis.com/tout/a-paraitre/jaime-les-animaux/

 

Lise Charles

Master ALL, EHESS, 2019. Mémoire sur "l'animalité des narratrices chez Margaret Atwood". Récit contemporain, écoféminisme, écopoétique.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search