Exposition Dominique Loreau – Philippe Woitchik | Espace Ducros Grignan | 16 nov.-29 déc. 2019

Les Vivants

Du 16 nov 2019 au 29 déc 2019

Espace d’Art François-Auguste Ducros

Place du jeu de Ballon
26230 Grignan

Exposition photographique collective

« J’ai eu envie de photographier la beauté fragile des vivants, qu’ils soient humains, végétaux ou animaux, qui subissent le bouleversement écologique en Belgique. De réaliser d’une part, des portraits de personnes qui manifestent entre la chute de la biodiversité et le dérèglement climatique, et d’autre part, des portraits de racines, des petits éléments végétaux ou des animaux, au fil des heures et des saisons, dans un processus en mouvement ; sous le soleil caniculaire, dans la glace, dans la neige, dans la nuit. »
Dominique Loreau

 

Nous les vivants

La terre avance ses doigts racines et joue avec l’eau, la neige, le gel. Les jeunes en grappes parlent pour le monde. Et là-haut les oiseaux écrivent des histoires.

 

Nous les vivants : nous, les racines.

Nous les vivants : nous, les jeunes.

Nous les vivants : nous, les oiseaux.

 

Par son exploration attentive à révéler l’immobile dans le mobile – les oiseaux en suspens dans le ciel – et le mobile dans l’immobile – ces univers de racines qu’on voit progresser infinitésimalement dessous dessus la terre ou l’eau –, Dominique Loreau invite à une compréhension intime des messages que s’échangent les êtres. De leurs correspondances. Des échos entre tous les vivants.

 

Aux tonalités chaudes de la série des ados – bruns, jaunes, ocres, roux – répond un travail en noir et blanc pour les photos de racines éclaboussées de lumière, l’été, et en couleurs, l’hiver et la nuit. Les cheveux volent, les racines courent, serties de gel, tandis que deux mouettes se touchent dans le ciel. Beautés singulières, fragiles, éphémères, Dominique Loreau ne croyant pas à la beauté absolue en photo.

 

Que cherche la photographe, alors, que réussit-elle à capter qui nous émeut tant ?

Une poésie. Une étrangeté. La vie.

 

Pépite parmi les pépites : l’empreinte d’un oiseau – poussières et lumière sur la fenêtre – arrêté un instant dans son vol, et aussitôt reparti vers un ailleurs.

 

Nous, les vivants : des yeux pour regarder les fils qui courent entre les êtres.

Emmanuele Sandron

Anne Simon

Responsable du programme "Animots"

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search