Ecozon@ | Ecological In(ter)ventions in the Francophone World | automne 2019

 

Ecozon@ est une jeune revue spécialisée dans ce nouveau champ pluridisciplinaire qu’est l’écocritique, définie comme l’étude des représentations de la nature dans les textes artistiques et culturels, ainsi que des relations entre les humains, les autres vivants terrestres et leur environnement. Son dernier numéro, consacré à la recherche écocritique francophone, est publié le 31 octobre 2019.

 

Dans la volonté de répondre à la tension linguistique qui traverse les sciences sociales, prises entre la nécessité de l’anglais comme langue commune et la spécificité des langues nationales, riches de nouveaux concepts et de perspectives de pensée, ce numéro d’Ecozon@ consacré à l’écocritique dans le monde francophone porte la question de la traduction et du multilinguisme au cœur de sa réflexion. Mais c’est aussi au sein du monde francophone que ce numéro s’évertue à rendre compte de la pluralité des formes d’écocritiques et d’écopoétiques. 

Le numéro est introduit par Rachel Hermetet et Stéphanie Posthumus. Maniant habilement le jeu de la traduction, elles prennent le parti de présenter en français les deux articles écrits en langue anglaise, et en anglais les cinq essais français, tentant ainsi un rapprochement des deux communautés linguistiques, sans méconnaître les limites du bilinguisme. 

Vincent Lecomte prend pour objet un film dirigé par Pierre Huyghe en 2014 afin de traiter de l’identité humaine à travers sa différence d’avec l’animal non-humain, quand Gina Stamm déniche chez Antoine Volodine les manières littéraires de parler pour les agents non-humains. L’imaginaire nucléaire est traité par Pilar Andrade à partir d’un corpus d’œuvres fictionnelles et non-fictionnelles des trente dernières années, et c’est à partir d’une pièce de théâtre de deux écrivains du Congo que Kenneth Toah Nsah aborde la question de la déforestation dans les arts.  Mariève Isabel quant à elle prend pour objet d’étude une magazine québécois des années 1970, afin de rendre compte de l’influence des contre-cultures dans l’environnementalisme contemporain. C’est à partir des œuvres d’art situées dans les musées qu’Edith Liégey développe une théorie de l’”Ecomorphisme” comme pratique artistique. Enfin, l’anthropologue Marine Legrand apporte sa contribution au domaine des “waste studies”, en explorant les intersections symboliques et matérielles de la voie digestive humaine et de la terre, à travers les descriptions du réseau souterrain parisien. 

Dans la section général du numéro, trois articles sont proposés. Le premier, écrit par Luigi Gussago, traite de la nouvelle Coeur de chien de Mikhail Bulgakov d’après la perspective des animal studies. Dans le second, Óscar Pérez conjugue les études historiques, anthropologiques et littéraires pour traiter du cas des pollutions par produits chimiques à travers la nouvelle argentine Fever Dream publiée en 2014. Enfin, le troisième essai, écrit par Harri Salovaara et Marinella Rodi-Risberg, place les études écoféministes en dialogue avec les études des traumatismes, afin de montrer comment les représentations de la nature, des traumas et des masculinités dans deux nouvelles de Jeff Long et de Tommy Caldwell convergent et ouvrent à une pluralité de réponses genrées aux problèmes des traumatismes et à la guérison par la nature. 

Dans la section “Creative Writing and Arts”, Damiano Benvegnù travaille à partir des images de l’artiste français Dominique Weber sur le thème des interventions francophones dans les débats environnementaux traitant du divorce entre les humains et la nature. Du côté de la poésie, Catherine Diamond précède une traduction anglaise du poème de Nikos Gatsos, “Persephone’s Nightmare”, ainsi qu’un extrait du long poème de l’écoféministe irlandaise Rosemary Rowley, “The Wake of Wonder”.

Enfin, Astrid Bracke et María Isabel Pérez-Ramos proposent un retour sur les publications écocritiques les plus récentes sur l’Anthropocène, la fiction climatique, les écrits scandinaves, nord-américains et sud-américains, ainsi qu’une étude comparative de textes sur les North Sea Lowlands. Une étude des travaux de Luis Prádanos sur l’écoculture espagnole contemporaine est aussi disponible pour le lectorat hispanophone. 

URL: http://ecozona.eu/issue/view/177

 

 



Citer ce billet
Lise Charles (2019, 3 novembre). Ecozon@ | Ecological In(ter)ventions in the Francophone World | automne 2019. Animots. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b6r3

Lise Charles

Master ALL, EHESS, 2019. Mémoire sur "l'animalité des narratrices chez Margaret Atwood". Récit contemporain, écoféminisme, écopoétique.

More Posts

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search