Mots/Animaux : randonnée en bibliothèque avec Anne Simon | Festival EHESS “Allez Savoir” | 2019

Les randonnées en bibliothèque proposées par Guillaume Fayard au sein de la bibliothèque de l’Alcazar à Marseille ont pour objectif de permettre au public de découvrir certaines œuvres au cours d’une déambulation imaginée par les auteurs invités.

Anne Simon a abordé la zoopoétique – qui étudie les représentations des animaux en littérature, via un prisme poétique, philosophique et politique – à travers une quinzaine d’œuvres des XXe-XXIe siècles.

Directrice de recherche au CNRS, Anne Simon est responsable du Pôle Proust et du carnet de zoopoétique Animots au sein du Centre de recherches sur les arts et le langage-CRAL (EHESS/CNRS). Sa recherche porte sur les vivants, sur les revitalisations du motif de l’arche et sur les représentations de l’élevage industriel en littérature.

Elle a codirigé quatre numéros spéciaux en études animales littéraires et en écopoétique : L’Esprit créateur (2011), Contemporary French and Francophone Studies (2012), Fixxion (2015), Revue des Sciences humaines (« Zoopoétique », n° 328, 2017). Auteure de quatre ouvrages sur Proust, Anne Simon finalise un essai de zoopoétique.

Cet événement était organisé dans le cadre du festival des sciences sociales Allez Savoir #1 / En finir avec la nature? une initiative de l’EHESS en partenariat avec la ville de Marseille, le 27 septembre 2019.

Nous vous proposons de (re)découvrir la randonnée à la bibliothèque de l’Alcazar à travers le podcast, les photos et les citations des œuvres commentées lors de cette balade.

Merci au groupe de randonneurs et randonneuses zoopoétiques, et à leurs questions qui ont orienté et alimenté le propos…

Bonne déambulation littéraire virtuelle !


PODCAST

Vous pouvez réécouter le podcast de la randonnée en bibliothèque / Réalisation : Simon Garrette, Ingénieur du son – CRAL-CNRS/EHESS.

 


LA RANDONNÉE EN IMAGES

Et découvrir les photos de la randonnée en bibliothèque / Photos : ©  Marion Dupuis – CRAL-CNRS/EHESS.


CITATIONS

Textes mentionnés ou lus lors de la randonnée littéraire animée par Anne Simon.

Marcel Proust, Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, IV, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1989, p. 490

Le lecteur peut avoir « besoin de lire d’une certaine façon pour bien lire ; l’auteur n’a pas à s’en offenser, mais au contraire à laisser la plus grande liberté au lecteur en lui disant : “Regardez vous-même si vous voyez mieux avec ce verre-ci, avec celui-là, avec cet autre.” »

 


Jean-Christophe Bailly, Le Versant animal, Paris, Bayard, 2007

et, présence parlante tout au long de la randonnée : Élisabeth de Fontenay, Le Silence des bêtes. La philosophie à l’épreuve de l’animalité, Paris, Fayard, 1999


Jacques Derrida, L’animal que donc je suis, Paris, Galilée, 2006 (édition posthume), p. 20

Devant le chat qui me regarde nu, aurais-je honte comme une bête qui n’a plus le sens de sa nudité ? Ou au contraire honte comme un homme qui garde le sens de la nudité ? Qui suis-je alors ? Qui est-ce que je suis ? A qui le demander sinon à l’autre ? Et peut-être au chat lui-même ?

Je dois le préciser tout de suite, le chat dont je parle est un chat réel, vraiment, croyez-moi, un petit chat. Ce n’est pas une figure du chat. Il n’entre pas dans la chambre en silence pour allégoriser tous les chats de la terre, les félins qui traversent les mythologies et les religions, la littérature et les fables. Il y en a tant. Le chat dont je parle n’appartient pas à l’immense zoopoétique de Kafka qui mériterait ici une sollicitude infinie et originale.


Franz Kafka, Le Terrier [Der Bau, édition posthume], traduit de l’allemand par Dominique Miermont, Paris, Mille et une nuits, 2002, p. 60

 

La nature de ce bruit, chuintement ou sifflement, me donne beaucoup à réfléchir. Ma façon à moi de gratter

et de fouiller la terre fait un bruit tout à fait différent.


Georges Duhamel, chapitre VIII « Royaume de la mort », in Scènes de la vie future [1930], 30 bois originaux de Guy Dollian, Paris, Arthème Fayard & Cie éditeurs, 1934, p. 60 et p. 61

I. p. 60

Quand le vent souffle du sud-ouest, Chicago sent la colle forte. L’haleine des abattoirs reflue vers le cœur de la ville et, mêlée obstinément à l’air, aux êtres, aux pensées, semble l’odeur naturelle et secrète du luxe américain.

C’est une ville dans la ville, un monde au sein d’un monde, le sanctuaire de l’humanité carnivore, le royaume de la mort scientifique. Ce royaume a ses lois, ses mœurs, ses coutumes, ses magasins, ses restaurants, ses hôtels, son métro, sa police, son peuple, ses foules, ses princes.

II. p. 61

Aussitôt, les bêtes sont poussées dans les galeries couvertes et, naturellement, comme si toutes comprenaient qu’elles ne sauraient aller ailleurs, elles se mettent en route vers la mort. Elles cheminent lentement, sûrement, les unes derrières les autres, tels des soldats dans les boyaux d’un champ de bataille. Comparaison épouvantable et qui s’offre avec tant de force qu’on est bien obligé de la subir. Les bêtes marchent, elles montent. Elles poussent, de temps en temps, un long cri d’inquiétude qui va se perdre, après tant d’autres, dans le ciel de coton gris.


Upton Sinclair, La Jungle [1906], traduit de l’anglais (États-Unis) par Anne Jayez et Gérard Dallez, Paris, Librairie Générale Française, « Le Livre de poche », 2003


Tolstoï, Léon, Plaisirs cruels, traduit du russe par E. Halpérine-Kaminsky, Paris, Charpentier et Fasquelle éditeurs, 1895


Alfred Döblin, Berlin Alexanderplatz. Histoire de Franz Biberkopf [1929], traduit de l’allemand par Olivier Le Lay, Paris, Gallimard, « Folio », 2009, p. 185

Les abattoirs de Berlin. Au nord-est de la ville depuis l’Eldenaer Straße via la Thaerstraße via la Landsberger Allee jusqu’à la Cotheniusstraße le long du chemin de fer de ceinture s’étendent les bâtiments, les halles et les bouvrils des Parts et abattoirs.

Ils recouvrent une surface de 47,88 ha, soit 187,50 arpents, sans les bâtiments situés derrière la Landsberger Allee tout cela a englouti 27 083492 marks […].

Pour aller plus loin : Anne Simon, Animal : élevage industriel et littérature XXe-XXIe siècles, Encyclopédie critique du témoignage et de la mémoire, Luba Jurgenson et Philippe Mesnard dir., décembre 2015.


Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, I et II, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1987 et 1988, p. 122 et p. 630

I, p. 122

Et comme cet hyménoptère observé par Fabre, la guêpe fouisseuse, qui pour que ses petits après sa mort aient de la viande fraîche à manger, appelle l’anatomie au secours de sa cruauté et, ayant capturé des charançons et des araignées, leur perce avec un savoir et une adresse merveilleux le centre nerveux d’où dépend le mouvement des pattes, mais non les autres fonctions de la vie, de façon que l’insecte paralysé près duquel elle dépose ses œufs, fournisse aux larves quand elles écloront un gibier docile, inoffensif, incapable de fuite ou de résistance, mais nullement faisandé, Françoise trouvait pour servir sa volonté permanente de rendre la maison intenable à tout domestique, des ruses si savantes et si impitoyables que, bien des années plus tard, nous apprîmes que si cet été-là nous avions mangé presque tous les jours des asperges, c’était parce que leur odeur donnait à la pauvre fille de cuisine chargée de les éplucher des crises d’asthme d’une telle violence qu’elle fut obligée de finir par s’en aller.

II, p. 629-630

quand j’entrai dans la chambre, je vis entre les mains cruelles de Françoise, ravie comme si elle était en train de rendre la santé à ma grand-mère, sous l’éplorement d’une vieille chevelure qui n’avait pas la force de supporter le contact du peigne, une tête qui, incapable de garder la pose qu’on lui donnait, s’écroulait dans un tourbillon incessant où l’épuisement des forces alternait avec la douleur. Je sentis que le moment où Françoise allait avoir terminé s’approchait et je n’osai pas la hâter en lui disant : “C’est assez”, de peur qu’elle ne me désobéît. Mais en revanche je me précipitai quand, pour que ma grand’mère vît si elle se trouvait bien coiffée, Françoise, innocemment féroce, approcha une glace.

[…] Quand, quelques heures après, j’entrai chez ma grand-mère, attachés à sa nuque, à ses tempes, à ses oreilles, les petits serpents noirs se tordaient dans sa chevelure ensanglantée, comme dans celle de Méduse. 

[…] Je savais quel dégoût ma grand-mère avait de voir certaines bêtes, à plus forte raison d’être touchée par elles. Je savais que c’était en considération d’une utilité supérieure qu’elle supportait les sangsues. Aussi Françoise m’exaspérait-elle en lui répétant avec ces petits rires qu’on a avec un enfant qu’on veut faire jouer : « Oh ! les petites bébêtes qui courent sur Madame. »


Hugh Raffles, Insectopédie [2010], traduit de l’anglais (États-Unis) par Matthieu Dumont. Marseille, Éditions Wildproject,  « Domaine sauvage »,  2016, p. 210

 

Les abeille, elles, parlaient, mais elles se fichaient de la politique.Leurlangage n’avait pas été souillé par le jargon corrupteur du Troisième Reich. Les abeilles étaient dotées d’une pureté, d’une rationalité intelligible, et elles offraient un refuge.


Svetlana Alexievitch, La Supplication. Tchernobyl, chronique du monde après l’apocalypse [1997], traduit du russe par Galia Ackerman et Pierre Lorrain, Paris, J’ai lu, 1998, p. 11, p. 96, p. 97 et p. 99

Une voix solitaire, p. 11 :

Je ne sais pas de quoi parler… De la mort ou de l’amour ? Ou c’est égal… De quoi ?

Arkadi Filile, liquidateur :

I. p. 96

J’ai vu un homme dont on enterrait la maison devant ses yeux… (Il s’arrête.) On enterrait des maisons, des puits, des arbres… On enterrait la terre… On la découpait, on en enroulait des couches… Je vous ai prévenue… Rien d’héroïque.

II. p. 97

Ce n’étaient que des insectes, des fourmis, mais ils étaient grands et petits, jaunes et noirs. Multicolores. Un poète a dit que les animaux constituaient un peuple à part. Je les tuais par dizaines, centaines, milliers, sans savoir même le nom de leurs espèces. Je détruisais leurs antres, leurs secrets. Et les enterrais…

III. p. 99

Nous enterrions la terre dans la terre… Avec les scarabées, les araignées, les larves… Avec ce peuple différent… Avec ce monde… Voilà la plus forte impression que j’ai gardée : ce petit peuple !


Marie Darrieussecq, Le Mal de mer, Paris, P.O.L, 1999, p. 114-115

L’océan est devenu la mer, avec des remous, un courant qui se précise en houle vers la côte. Les signaux d’alerte se font de plus en plus violents, la chair bat sous l’alarme, l’eau gicle plus vite sous les larges ouïes. Le corps monte et descend, la terre fait son bruit, casse l’eau, gronde, ronfle, énorme et arrêtée comme un prédateur. Maintenant, sa caudale s’arquerait-elle au maximum, le large est devenu inaccessible. L’alarme se tait, tout est silencieux dans le grand mouvement des vagues. La fatigue a remplacé la faim. Le vide ouvert sous ses fanons usés semble d’être clos peu à peu, la mer ne le traverse plus, elle rencontre un obstacle au fond du ventre, un calme. Les muscles n’ont plus à se mouvoir pour échapper à cette faim, le corps se laisse porter comme une bouée. Au fond, dans le trou, les calamars géants attendent, grands cadavres blancs traversés, par secousses, de rougeoyantes décharges de sang.


Herman Melville, Moby Dick, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Jean Giono, Lucien Jacques et Joan Smith, Paris, Gallimard, “Folio classique”, 1980, p. 729

Le harpon fut lancé. La baleine frappée s’élança. Avec une rapidité de flamme, la ligne coula dans la coulisse… se coinça.Achab se pencha pour la démêler, et il al démêla. Mais le rouleau volant l’attrapa par le cou, et, aussi silencieussemnt que par les Turcs qui étranglent leur victime, il fut emporté du canon avant même que l’équipage s’en aparçût […].

– La vaisseau ? Le vaisseau, grand Dieu, où est le vaisseau ?

 


Maurice Genevoix, La Dernière Harde [1938], Paris, GF-Flammarion, 1988, p. 122

Il y aurait, dans l’épaisseur des arbres, la bête vigoureuse et rusée, sa vie ardente, inquiète, tenace ; au loin, quelque part sous les arbres, il y aurait ce même corps magnifique, plus parfait encore qu’aujourd’hui, la beauté de ses lignes en mouvement, de sa couronne luisante et rameuse : un secret de tous inconnu, une vie splendide cachée au cœur des bois. Mais dans la même forêt il y aurait aussi un homme. Et celui-là, seul entre tous, connaîtrait le secret de cette vie. De loin, hors des limites où ses regards pourraient atteindre, il verrait le grand cerf rouge. Il le verrait marcher, s’arrêter tout à coup, frémissant ; écouter, humer le vent de ses narines ouvertes. Avant même de le poursuivre, il l’aurait déjà rejoint, son désir l’aurait mêlé à lui, le ferait trembler avec lui, embrouiller avec lui le dédale patient de ses feintes, devancer son élan pour les longues refuites au galop. Sous le poil de la bête et dans la poitrine de l’homme, ce serait les mêmes battements du sang, la même fièvre, le même acharnement passionné.


Jean Rolin, Un chien mort après lui, Paris, P.O.L., 2009, p. 19-20

Un jour où je m’étais éloigné des maisons et où je suivais le rivage, m’efforçant de dresser un inventaire de tout ce qu’on y rencontrait à chaque pas – écrevisses mortes, serpents d’eau, morceaux de ferraille, fins ossements d’oiseaux, touffes de plumes… –, j’ai été moi-même assailli par l’un d’entre eux. Il s’agissait d’un animal de belle taille, aux oreilles pointues, c’est tout que je peux en dire. Je ne l’avais ni vu ni entendu quand il m’a chargé, comme si je lui avais causé le moindre tort, à lui ou à sa famille, d’une distance d’environ cinquante mères. Par bonheur, il se trouvait juste à mes pieds une pièce métallique, provenant de la construction navale, dont j’ai eu le temps de m’emparer pour la brandir. Cette pièce était extrêmement lourde, mais la peur de mourir dévoré par un chien sur le rivage de la mer Caspienne, si elle ne vous paralyse pas, est exactement le genre de choses qui décuple vos forces. Et c’est ici que pour le film s’arrête, comme si la bobine en était déchirée, ou coincée dans le projecteur, sur cette image où l’on me voit, le visage déformé par le hurlement que je suis en train de pousser, brandissant un lourd morceau de fer contre le chien qui attaque avec un grognement sourd.


Antoine Volodine, Nos Animaux préférés, Paris, Seuil, 2006, p. 22

Lorsque la marée montante le frôla pour la première fois, mais pas avant, Balbutiar CCCXV consentit à s’assagir. Jusqu’alors il s’était comporté de manière vociférante et désordonnée, n’hésitant pas à entrecouper son tumulte de périodes mélancoliques que les nécrologues classent sous la dénomination un peu grossière d’abattement cadavérique. e soleil s’était levé et cuisait le panorama à bonne chaleur. Une gerbe d’écume pétilla sur les chevilles de Balbutiar, le sel brièvement siffla, et cette flagellation eut le mérite de lui rafraîchir non seulement les pattes arrière, mais aussi la cervelle, qui en avait besoin. Ladite était restée reléguée au dernier rang des organes qu’on avait cherché à mettre en branle ; sous le soleil, au milieu des contorsions impossibles et des braillements, la tête du roi avait brillé durant des heures mais autre que le visage n’avait lui. La chitine et ses reliefs reflétaient le ciel, et, derrière cela, c’était comme si l’intelligence n’allait plus jamais manifester son existence, comme si la déraison avait vaincu, comme sin on avait basculé au plus profond d’une croupille numéro cinq. Or Balbutiar CCCXV, au contraire de nombreuses altesses de l’aristocratie mondiale, possédait des ressources cérébrales. Un sursaut s’imposait, afin que s’agitassent les pompes de l’esprit royal et qu’enfin elles irriguassent l’action de Sa Majestable dans une direction moins vaine ce que ce qui avait précédé.


POUR ALLER PLUS LOIN

◙ Site du festival des sciences sociales Allez Savoir

◙ Carnet Animots 

◙ Carnet Pôle Proust 

 


Vous aimerez aussi...