Nuit des idées 2020 | Être vivant : L’art et les métamorphoses | INHA | 30 janvier 2020

 

Planet A, Momoko Seto, 2008

 

  Nuit des idées 2020 à l’INHA

Être vivant : L’art et les métamorphoses

 

 

Au cours d’une soirée exceptionnelle, qui aura lieu dans la prestigieuse bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art – Salle Labrouste, l’INHA propose d’ouvrir le débat sur le thème « Être vivant : L’art et les métamorphoses ».

 

En compagnie d’artistes et d’historiens de l’art, mais également de musiciens, de scientifiques, d’écrivains et de philosophes, nous tenterons d’éprouver et de penser ensemble cette obscure évidence que constitue notre appartenance commune au monde des vivants, en opérant une traversée oblique de l’histoire de l’art, de l’archéologie à l’art le plus contemporain.

 

L’INHA offrira ce soir-là une plateforme de pensée et d’expériences à la croisée des mondes, entre culture populaire et débat savant, intervention poétique et dialogue de fond, mêlant les genres, les disciplines et les générations. Jean-Christophe Bailly, écrivain et philosophe, et Laura Bossi-Régnier, historienne des sciences et neurologue, viendront rejouer la partition des êtres et les frontières mouvantes du vivant, entre l’humain, la faune et la flore ; Gloria Friedmann évoquera son œuvre qui interroge, entre réflexion métaphysique et décalages ironiques, les dissonances entre les humains et leur environnement ; Chassol reviendra, dans un dialogue musical, sur sa façon de puiser dans la chair même du réel les harmoniques de ses compositions ; Marie-José Mondzain repensera, à partir de la figure de Kafka et d’images choisies, la puissance subversive de la métamorphose ; Fabrice Hyber et Pierre Wat chercheront à cartographier nos interactions avec des paysages en mouvement perpétuels; enfin, l’écrivaine et chanteuse Blandine Rinkel, son groupe Catastrophe et le réalisateur et acteur Benoît Forgeard viendront clore cette « nuit encore jeune » par une création inédite qui mêlera poésie, dialogue, musique et performance.

 

Qu’on l’envisage en termes artistiques, mais également biologiques ou métaphysiques, du microcosme au macrocosme, le vivant est fondamentalement métamorphoses : mutations, contaminations, passages, hybridations. L’art, en tant que producteur de formes et de sens en devenir permanent – en tant que lieu par excellence de l’intermédiaire – est, à cet égard, un catalyseur privilégié de pensée et d’action. Il peut nous permettre d’envisager avec plus d’acuité et d’intensité les métamorphoses majeures qui bouleversent aujourd’hui, à l’heure de l’anthropocène, notre perception et nos définitions du vivant. Comment les artistes peuvent-ils nous aider à cartographier les territoires physiques et symboliques en mouvement perpétuel sur et avec lesquels nous évoluons, la plupart du temps sans nous en rendre compte ? Comment, malgré son urgence, ne pas céder au vertige produit par une refonte des grandes classifications qui structurent le vivant ?

 

Des relations entre les différents acteurs de l’organisme-monde (des rapports de l’humain au non-humain jusqu’aux questions de genre) à la remise en cause du concept désormais problématique de « nature », du mythe de Pygmalion (rendre l’art vivant) au bio-art (créer avec le vivant), le but de cette soirée est bien de donner à voir, mais également à entendre, à sentir et à penser le bruissement infini des formes de vies et des connexions plurielles entre les êtres : leur plasticité, leur fragilité, leur créativité. De nous rendre ainsi, à tous égards, plus divers, plus sensibles – donc plus vivants.

 

À propos de la Nuit des idées

 

Célébrer la circulation des idées entre les pays et les cultures, les disciplines et les générations : chaque année, cet évènement, à l’initiative de l’Institut français, est une invitation à découvrir l’actualité des savoirs, à écouter celles et ceux qui font avancer les idées dans tous les domaines, à échanger sur les grands enjeux de notre temps. Parce que la pensée traverse les frontières, toutes les formes sont représentées (conférence, théâtre, performance, projections, concert…) et les lieux les plus prestigieux comme les plus inattendus sont conviés à se joindre à la fête, en proposant leur interprétation originale du thème proposé. Au fil des fuseaux horaires, les échos de la Nuit des idées se répercutent via les réseaux sociaux, faisant de la Nuit des idées un événement global.

 

Intervenants

  • Laura Bossi-Régnier (neurologue, historienne des sciences)
  • Chassol (compositeur et musicien)
  • Gallien Déjean (critique d’art et commissaire d’exposition)
  • Marion Duquerroy (historienne de l’art)
  • Fabrice Hyber (artiste)
  • Gloria Friedmann (artiste)
  • Claire Moulène (commissaire d’exposition)
  • Zahia Rahmani (historienne de l’art)
  • Blandine Rinkel (écrivaine, artiste performeuse) et le groupe Catastrophe
  • Thomas Schlesser (historien de l’art)
  • Fanny Schulmann (conservatrice du patrimoine au MAM Paris)
  • Jean-Christophe Bailly (écrivain,philosophe)
  • Pierre Wat (historien de l’art)
  • Estelle Zhong Mengual (historienne de l’art)
  • Mari-José Mondzain (philosophe)

Informations pratiques

Jeudi 30 janvier 2020- 19h-00h30
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, salle Labrouste
58, rue de Richelieu
75002 Paris

 Accès libre et gratuit dans la limite des places disponibles.
RSVP : rsvp @ inha.fr

Suivez #LaNuitDesIdées à l’INHA sur les réseaux sociaux.
L’évènement sera retransmis en direct sur www.inha.fr, (toute personne est susceptible d’être filmée)

Lise Charles

Master ALL, EHESS, 2019. Mémoire sur "l'animalité des narratrices chez Margaret Atwood". Récit contemporain, écoféminisme, écopoétique.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search