AàC | L’homme et l’animal ès lettres | MSH Clermont-Ferrand | 15 avril 2020

@AOo, 2007, Jeter les bois

 

L’homme et l’animal ès lettres.

Approches transdisciplinaires sur la notion de frontière appliquée à la question homme/animal

Journée d’étude pour jeunes chercheurs (15 avril 2020)

 

Ce premier volet des journées de réflexions organisées par les doctorants du CELIS (EA 4280, Centre de Recherche sur les Littératures et la Sociopoétique) sur le thème de « L’expérience de la frontière » prend pour objet d’étude la frontière homme/animal. Pour cette année 2019-2020, nous souhaitons donner à la notion de frontière un sens dynamique et elle sera ainsi entendue comme une zone de passage, de transition, d’échange, sans se limiter au sémantisme de limite, de barrière. De ce fait, la frontière apparaît comme un espace non seulement à franchir, mais aussi à investir et, paradoxalement, à habiter. Or ces efforts de définition permettent, selon nous, d’apporter un éclairage pertinent et novateur sur cette « zone-frontière » qui relie les hommes et les animaux, à travers, notamment, la mise en lumière d’une logique d’appropriation dont les êtres hybrides (Sirènes, Centaures, etc.) sont, par exemple, une incarnation. Nous invitons ainsi les participants à interroger l’histoire et les représentations de ce riche entre-deux.

Comment la frontière homme/animal est-elle représentée ? Dans quelle mesure demeure-t-elle un espace ouvert, toujours en mouvement ? En quoi ses représentations entraînent-elles des questionnements touchant à l’identité et à l’altérité ? Toutefois nous ne voulons pas nous borner à ces perspectives anthropologiques qui pourront aussi être interrogées. Quels sont les outils aptes à rendre compte de l’appréhension de l’homme par l’animal ? Comment se constitue un discours de l’animal à partir de codes que celui-ci ne maîtrise naturellement pas ? Quelles frontières les représentations esthétiques, historiques, philosophiques, biologiques placent-elles entre les hommes et les animaux pour délimiter leur espace de singularité ?

Ces questionnements, tout fédérateurs qu’ils soient, permettent néanmoins d’envisager certaines perspectives certes littéraires, mais dans lesquelles les regards d’autres disciplines seront également les bienvenus. Seront ainsi envisagés :

  • les agents critiques venant confirmer ou, au contraire, mettre en doute la frontière homme/animal (texte littéraire, représentation artistique, expérience scientifique, étude socio-historique, etc.);
  • les moyens par lesquels hommes et animaux entrent en contact, c’est-à-dire échangent et communiquent ;
  • la co-construction identitaire des genres humain et animal (zoopoétique, discours de philosophie naturelle, etc.).

Cette journée d’étude transdisciplinaire, ouverte aux jeunes chercheurs en LSHS et placée sous la responsabilité scientifique d’Hélène Vial, se déroulera le 15 avril 2020, en parallèle du programme de Littérature au Centre de cette année, « Littérature et Animal », ainsi que du séminaire de recherche de la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand, « L’homme et l’animal en société ».

Les contributions devront être en langue française et d’une durée maximale de 30 minutes (25 minutes de présentation, suivies de 5 minutes d’entretien avec le public). Les propositions de communication seront envoyées aux organisateurs en .doc, .docx ou .odt avant le 1er  mars (avec un nom de fichier sur le modèle NOM-frontiere) ; elles comporteront, outre le résumé, le titre de la communication et les principales pistes bibliographiques (soit un total de 300-500 mots), ainsi que la mention éventuelle de leur rattachement à l’une des entrées suggérées dans le présent appel.

Le résultat de l’évaluation anonyme par le comité scientifique sera communiqué le 15 mars 2020.

Le programme définitif sera diffusé au plus tard le 30 mars.

Le comité d’organisation prendra en charge les pauses-café, le déjeuner et l’hébergement (une nuitée) pour les participants extérieurs. Les organisateurs reviendront ultérieurement à ce sujet vers les intervenants retenus. Il n’est pas demandé de frais d’inscription.

*

Lieu de la manifestation : Université Clermont Auvergne / MSH Clermont-Ferrand

Organisation : Grégoire Blanc / María de los Ángeles Hernández Gómez

Contact : gregoire-blanc@laposte.net, mangeleshernandez21@gmail.com

*

BIBLIOGRAPHIE

BAILLY, Jean-Christophe, Le parti pris des animaux, Paris, C. Bourgois, 2013, (« Détroits »).

BURGAT, Florence, « Dualismes », Techniques & Culture, 2008, p. 164‑181.

CHAPOUTHIER, Georges, « Les limites floues du naturel et du culturel », in Humanité, animalité quelles frontières ?, Paris, Connaissances et savoirs, 2006.

DESCOLA, Philippe, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2015, (« Folio Essais 607 »).

DURVYE, Catherine, L’animal et l’homme itinéraire littéraire et philosophique en 150 textes, Paris, Ellipses, 2004.

ESTEBANEZ, Jean et LESTEL, Dominique, « Penser les communautés hybrides », Carnets de géographes, 2013, [En ligne : http://cdg.revues.org/1052].

FONTENAY, Élisabeth de, Le silence des bêtes la philosophie à l’épreuve de l’animalité, Paris, Fayard, 1998.

GEORGES CHAPOUTHIER et NOUET, Jean-Claude, Humanité, animalité quelles frontières ? Paris, Connaissances et savoirs, 2006.

GOUABAULT, Emmanuel et BURTON-JEANGROS, Claudine, « L’ambivalence des relations humain-animal. Une analyse socio-anthropologique du monde contemporain », Sociologie et sociétés, vol. 42 / 1, 2010, p. 299‑324.

HOPPENOT, Éric et MILON, Alain, Emmanuel Lévinas-Maurice Blanchot, penser la différence. Actes du colloque « Lévinas-Blanchot, penser la différence » tenu à l’UNESCO, à Paris, en novembre 2006, éd. Association pour la célébration du centenaire Emmanuel Levinas, Nanterre, Presses universitaires de Paris 10, 2007.

LEBOUC, Marie-France, La construction de l’altérité en contexte marchand : le cas de l’animal, Université Laval, 2004.

LESTEL, Dominique, « L’innovation cognitive dans des communautés hybrides homme/animal de partage de sens, d’intérêts et d’affects », Intellectica, vol. 1‑2 / 26‑27, 1998, p. 203‑226.

LESTEL, Dominique, « Oublier la frontière homme/animal », Le Carnet PSY, vol. 9 / 140, 2009, p. 26‑28.

MARIE-CLAIRE PASQUIER et FONTENAY, Élisabeth de, Traduire le parler des bêtes, Paris, L’Herne, 2008.

MÉAUX, Danièle, Animal-humain : passages, Pau, France, Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour, 2014.

ROMESTAING, Alain et SCHAFFNER, Alain, Approches de l’animal, Paris, France, Classiques Garnier, 2016.

ROMESTAING, Alain et SCHAFFNER, Alain, Histoires naturelles des animaux XXe-XXIe siècles, Paris, France, Presses Sorbonne nouvelle, 2016, 312 p.

ROMESTAING, Alain, SCHOENTJES, Pierre et SIMON, Anne, « Essor d’une conscience littéraire de l’environnement », Revue critique de fixxion française contemporaine, vol. 0 / 11, septembre 2015, p. 1‑5.

SCHAUB, Jean-Frédéric, « Temps et race », Archives de Philosophie, Tome 81, juillet 2018, p. 455‑475.

SIMON, Anne, « L’animal entre empathie et échappée (Lacarrière, Darrieussecq, Bailly) », Figures de l’art, 2014, (« Animal / Humain : passages »), p. 257‑268.

SIMON, Anne, « Qu’est-ce que la zoopoétique ? Entretien avec Anne Simon, propos recueillis par Nadia Taïbi », Sens-Dessous, 2015, p. 115‑124.

 

Lise Charles

Master ALL, EHESS, 2019. Mémoire sur "l'animalité des narratrices chez Margaret Atwood". Récit contemporain, écoféminisme, écopoétique.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search