Le loup, animal social ? | La Grande Table | France Culture | 15 janvier 2020

"Marche avec les loups" de Jean-Michel Bertrand

« Marche avec les loups » de Jean-Michel Bertrand

 

Le loup, animal social ?

Emission du 15 janvier 2020

La Grande Table Idées par Olivia Gesbert

France Culture

Retrouvez l’émission ici

 

Le réalisateur Jean-Michel Bertrand part sur la trace des jeunes loups en dispersion. Son film : « Marche avec les loups » sort en salles aujourd’hui.

Son dernier film, La Vallée des loups (2016) était une ode à la nature, une immersion de trois ans faite de bivouacs dans la neige et d’observation insatiable. Jean-Michel Bertrand s’y faisait accepter par une meute, pariant que la vallée idéale qu’il garde secrète devait un jour être colonisée par l’espèce (revenue naturellement en France en 1992 par le Parc du Mercantour). Parvenu à relever cette gageure pour son plus grand émerveillement, le documentariste conquiert un tout autre terrain, imaginant dans Marche avec les loups (2020) l’itinéraire du jeune loup – un subadulte –  qui, devant quitter la meute pour la « dispersion », cherche un autre territoire . 

Je dis souvent que le loup m’emmène, parce qu’il m’emmène à réfléchir. Lorsqu’on s’intéresse au loup, lorsqu’on essaye de le filmer, 90% du temps, on ne le voit pas, donc on réfléchit, on regarde les fourmis, on regarde les petites choses, on se questionne. Il y a toute une réflexion philosophique, sur cette façon d’être dans la nature, de s’ennuyer pendant des semaines, pendant des mois, en essayant  de voir un animal. Là, je m’adresse à moi-même : quelle est ma place ?      
(Jean-Michel Bertrand)

En commun dans les deux films : un travail de la voix-off aux antipodes du documentaire animalier anthropomorphique, qui penche plutôt vers le journal de bord, et l’état sauvage absolu des loups, à l’inverse de ceux qu’auraient filmé un Jean-Jacques Annaud (Le Dernier des loups, 2015). S’instaure également une temporalité toute autre, marquée par l’attente décourageante et le surgissement sidérant. Le réalisateur se consacre ainsi à l’observation insatiable d’un écosystème, aidée par le dispositif des caméras automatiques.

Oui, je me mets en scène, mais  je ne pense pas que ce soit par ego, moi j’ai envie de me mettre en scène pour que les gens s’identifient, c est ça qui me semble intéressant. C’est pour ça aussi que je joue un peu les anti-héros. Ce que j’avais envie de faire c’était vraiment de montrer ce chemin, avec les fêlures, avec les doutes.                    
(Jean-Michel Bertrand)

Les problématiques centrales de Marche avec les loups (2020) en font un film militant, à l’inverse du précédent. Contre les idées reçues, le documentariste défend l’idée selon laquelle le loup s’auto-régule, et constitue un agent de régulation pour toute la faune locale – loin de la décimer. Au long du film, la cohabitation du loup solitaire avec les autres meutes s’efface devant sa confrontation avec les hommes. Rappelant la nature ancestrale et ténébreuse de notre peur du loup, Jean-Michel Bertrand met en scène ce que l’animal lui apprend – lors même qu’il a renoncé depuis longtemps à suivre un individu en particulier. Poursuivant son périple de 300 kilomètres, le documentariste pénètre dans le massif du Jura pour y assister à ce qui outrepasse ses plus folles espérance : l’arrivée du loup dans ce nouveau massif !

J’ai appris de cet animal, le côté besogneux du loup. Le fait de se dire que les adultes passent leur temps à chasser pour ramener de la nourriture et emmener la nourriture aux louveteaux : il y a un côté très famille chez les loups.                    
(Jean-Michel Bertrand)

Ce film a suscité  l’hostilité de certains éleveurs. Il s’inscrit au cœur d’un débat qui fait rage depuis années, opposant des éleveurs dont les troupeaux se font ravager par l’animal (plus de 11 000 brebis tuées en 2019) à des écologistes qui contestent la politique du gouvernement. Dérogeant à la Convention de Berne qui faisait du loup une espèce protégée, la France a en effet mis en place un Plan loup pour 2018-2023 qui prévoit entre autres mesures le prélèvement – l’abattage – d’un pourcentage des populations, susceptible d’augmenter alors que la population lupine a dépassé son seuil de viabilité (contesté) de 500 individus pour tout le territoire national.

Qui empiète sur le territoire de l’autre ? Si on arrive à tolérer cet animal, on aura beaucoup progressé.                    
(Jean-Michel Bertrand)

Extraits sonores : 

Lise Charles

Master ALL, EHESS, 2019. Mémoire sur "l'animalité des narratrices chez Margaret Atwood". Récit contemporain, écoféminisme, écopoétique.

More Posts


Vous aimerez aussi...