Zoopoétiques médiévales | Université Paris Diderot | 22 janv. 2020

Omniprésente et dispersée dans un ensemble de pratiques, de discours et de représentations tout au long de l’époque médiévale, la faune a depuis fait l’objet d’études nombreuses, inaugurées par les travaux pionniers de Robert Delort ou Michel Pastoureau. Ces dernières années, de nouvelles perspectives contribuent à en réinterroger la place, les fonctions et jusqu’à la pertinence même de la notion d’animal, qui se définit toujours en fonction, et en réaction, à l’humain, alors même qu’elle se trouve diffractée dans une multiplicité d’occurrences et de présences. Adossées à la pensée écocritique qui s’est développée et formalisée dans les années 1990, les pistes proposées par les animal studies ont pu être mises à profit par les médiévistes pour repenser, dans le sillage de travaux philosophiques ou anthropologiques majeurs, les outils conceptuels qui permettent d’approcher ces non-humains qui foisonnent, au centre ou à la marge des textes du Moyen Âge. De tels travaux permettent alors de renouveler une première approche largement dominée par l’histoire des représentations, informées par un arrière-plan théologique et philosophique, et surtout préoccupée par la mise au jour des mécanismes symboliques et allégoriques en jeu, pour privilégier l’exploration, dans toute sa diversité, d’une « écologie des relations », qui se donne à lire de façon renouvelée et repensée à chacune de ses manifestations.

Examinée dans ses enjeux éthiques, politiques et esthétiques, la présence animale en littérature devient alors le moyen de mettre en évidence les formes de la domestication des bêtes, manifestation d’une attitude anthropocentrée et anthropocentrique programmée par la Genèse, ainsi que les résistances à ces formes de domination. Ainsi, plusieurs épisodes et discours de la littérature médiévale proposent redécoupages, nuances et contestations face à une opposition frontale entre humain et animal, pour mieux en interroger l’apparent monopole. D’autres rapports et d’autres contacts se donnent ainsi à lire, obligeant à prendre conscience de la diversité des applications possibles du schéma structurant de la distinction et de la domination humaine.

En présentant brièvement les grands enjeux et les jalons de cette nouvelle attention aux figures animales et en parcourant le vaste spectre des relations entre l’homme et l’animal, Yoan Boudes et Christopher Lucken chercheront d’abord à montrer toute l’utilité qu’il peut y avoir, pour les médiévistes, à reconsidérer leur intégration au sein d’un genre ou d’un discours comme un enjeu à la fois narratif, rhétorique et poétique. C’est ensuite en considérant l’animal comme un lieu de savoir qu’ils tenteront d’interroger plus précisément cette zoopoétique : comment donc se donnent à lire les savoirs de l’animal, ceux dont ils font l’objet et ceux dont ils sont le sujet, dans des textes qui semblent entièrement leur être dévolus ?

Yoan Boudes (Paris Sorbonne) et Christopher Lucken (Paris 8) discuteront de ces questions avec Pierre-Olivier Dittmar (EHESS).

La séance aura lieu le jeudi 23 janvier 2020 de 16h30 à 19h, salle Pierre AlbouyUniversité Paris Diderot (5, rue Thomas Mann, 75013 Paris. Les Grands Moulins, aile C, 6ème étage, salle 685C). Pour toute information, veuillez contacter florent.coste@orange.fr ou amandine.mussou@gmail.com

https://medielab.hypotheses.org/author/florentcoste

Anne Simon

Responsable du programme "Animots"

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search