JE « le bestiaire fantastique de l’art oriental, ses circulations et ses réinventions européennes (18ème – 20ème siècles) » | Sorbonne Nouvelle | 27 – 28 mars 2020

Dragon in foliage with lion and phoenix heads, Cleveland Museum of Art

 

Paons, dragons et lions ailés :

le bestiaire fantastique de l’art oriental,

ses circulations et ses réinventions européennes (18ème – 20ème siècles)

du 27 mars 2020 au 28 mars 2020

 

à l’ Institut national d’histoire de l’art (INHA)
2 rue Vivienne
75002 Paris
 
 
Organisation : Isabelle Gadoin

Présentation :

L’âge d’or de l’Orientalisme, du dix-huitième au début du vingtième siècle, vit nombre de motifs décoratifs orientaux, issus notamment d’un foisonnant bestiaire fantastique (phénix, simurgh, griffons, lamassus et autres créatures fabuleuses) s’infiltrer dans la culture européenne.
Il s’agira ici de saisir les processus complexes de la réception de l’Orient par l’Occident en analysant la manière dont les motifs figuratifs orientaux devinrent à la fois creusets et agents de transferts esthétiques et culturels, et en étudiant les discours tenus sur ces motifs.

On cherchera à saisir les modalités de leur appropriation par les cultures européennes, les mécanismes de leur redéfinition ou réinterprétation, et les étapes de leur copie, de leur stylisation ou de leurs déclinaisons nouvelles dans l’art occidental – sans oublier de s’interroger sur les « contresens fertiles » de certaines de ces réappropriations.

On interrogera la plasticité formelle et culturelle particulière à ces motifs (peut-être liée à l’hybridité fondatrice de certains d’entre eux, tels que le lion ailé, mi-félin mi-oiseau, ou le dragon, mi-reptile mi-rapace ?), leur permettant d’être investis de significations changeantes, mais aussi de faire l’objet de nombreux transferts intermédiaux, entre arts du livre, céramiques, textiles, décors architecturaux, etc.

Plus largement, on suivra les tensions culturelles induites, lorsqu’un symbole chargé de signification (que celle-ci soit religieuse, spirituelle, dynastique ou politique) devient simple élément décoratif : sa redéfinition comme ornement est-elle simple perte de sens, ou réinvestissement nouveau ? Et serait-ce le destin d’un motif décoratif que de se voir ainsi constamment redessiné et resémantisé, y compris d’une culture à l’autre ?
 
Pour plus de détails, voir ici.
 

Lise Charles

Master ALL, EHESS, 2019. Mémoire sur "l'animalité des narratrices chez Margaret Atwood". Récit contemporain, écoféminisme, écopoétique.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search