Les études animales sont-elles bonnes à penser ? | L’Harmattan | 2020

Repenser les sciences, reconfigurer les disciplines, Aurélie Choné, Isabelle Iribarren, Marie Pelé, Catherine Repussard, Cédric Sueur, L’Harmattan, 2020

Depuis les années 2000, la question animale est si structurante qu’elle reconfigure les disciplines elles-mêmes : la théologie s’ouvre à l’éco-théologie, de la philosophie émerge la philosophie animale, et c’est aussi le cas pour l’histoire, la sociologie, les études littéraires, l’éthique ou bien le droit. Cet ouvrage centré sur la question de la rencontre entre animaux humains et non humains questionne les décentrements épistémologiques et les ouvertures inter et transdisciplinaires rendus nécessaires par les nouvelles postures qui font une place aux animaux. Les études animales sont bonnes à penser : elles font dialoguer les sciences de l’homme et de la nature jusqu’à produire des hybridations disciplinaires extrêmement productives (ethnozoologie, zoopoétique, éthologie philosophique).

 

URL : https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=65424



Citer ce billet
Anne Simon (2020, 15 mars). Les études animales sont-elles bonnes à penser ? | L’Harmattan | 2020. Animots. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b6sl

Anne Simon

Anne Simon est Directrice de recherche au CNRS et Professeure à l'Ecole normale supérieure (Paris). Responsable du Centre international d'étude de la philosophie française–PhilOfr, elle anime les carnets PhilOfr, Animots, Pôle Proust et Prix Recherche au présent.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search