Sébastien Viron | Visages animaux et gueules humaines chez Romain Gary | Animots | 15 avril 2020

Romain Gary, dans son bureau, à Paris, en 1971.
Romain Gary, dans son bureau, à Paris, en 1971. Jacques Robert/© Éditions Gallimard

Visages animaux et gueules humaines dans l’œuvre de Romain Gary, Carnet Animots, Contributions en ligne, 15 avril 2020

« Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’envoyez-vous cette calamité ? S’il s’agissait d’un bras ou d’une jambe, ce ne serait que demi-malheur. Mais, sans nez, un homme n’est plus un homme », s’exclame avec effroi l’assesseur de collège Kovaliov en constatant la disparition de son nez dans la nouvelle éponyme de Gogol. Parce qu’il a désormais moins de visage, le personnage vit le sentiment d’une identité et d’une humanité défaites. En effet, le visage apparaît comme le propre de l’homme. D’après le Trésor de la Langue Française, il est « la partie antérieure de la tête d’un être humain, limitée par les cheveux, les oreilles, le dessus du menton » ; cette spécificité le « singularise », le « caractérise ». Selon Aristote, c’est entre autres grâce à son visage que l’homme se distingue de l’animal ; personne n’aurait l’idée saugrenue de parler du « visage d’un bœuf, ni [du] visage d’un poisson» et aujourd’hui encore, on emploierait volontiers le terme de « gueule », éventuellement celui de « tête », mais assurément guère celui de « visage », dont la prononciation résonne comme un privilège humain communément admis. À l’inverse, parler d’un visage comme d’une « gueule » est profondément familier, extrêmement outrageant pour la personne visée. L’Histoire nous a même tristement prouvé que l’animalisation du visage, sa transformation en gueule – évidente dérive de la physiognomonie qui inférait à l’homme, en fonction de traits pouvant ressembler à ceux du renard ou encore de l’oiseau, les caractères supposés de ces animaux – fut le ferment de la plupart des théories racistes, qu’il s’agisse des analogies entre l’homme africain et le singe ou des caricatures antisémites de la première moitié du vingtième siècle. […]

Lire la suite et télécharger l’article : Viron Sébastien–Visages animaux et gueules humaines dans l’oeuvre de Romain Gary – 15 avril 2020

Contributions en ligne

 

Anne Simon

Responsable du programme "Animots"

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search