Les origines du monde. L’invention de la nature au XIXe siècle. | Musée d’Orsay – Musée des Beaux-Arts de Montréal | 10 nov. – 14 fév. 2021

Gabriel von Max, Gruss [Greeting (Monkey with Bouquet)] (1901-1915) © The Jack Daulton Collection

Exposition “Les origines du monde. L’invention de la nature au XIXe siècle” au Musée d’Orsay

Du 10 novembre 2020 au 14 février 2021

Le dix-neuvième siècle a connu un développement sans précédent des sciences naturelles. Les grands voyages d’exploration révèlent la diversité du monde et la variété des espèces vivantes ; la géologie découvre l’inimaginable antiquité de la terre et ses transformations au cours du temps ; l’étude des fossiles révèle l’antiquité de la vie et l’existence d’espèces disparues. En 1854, les dinosaures du Crystal Palace à Londres présentent un Jurassic Park avant l’heure. La découverte de l’homme préhistorique questionne : comment le représenter ? Qui était le premier artiste ?

Dans la deuxième moitié du siècle, Darwin et ses adeptes, comme Haeckel en Allemagne, interrogent les origines de l’homme, sa place dans la Nature, ses liens avec les animaux ainsi que sa propre animalité dans un monde désormais compris comme un écosystème. Ce bouleversement dans les sciences, ainsi que les débats publics qui traversent le siècle, influencent profondément les artistes. L’iconographie du singe reflète l’embarras devant nos ancêtres simiesques et la quête fantasmatique du “chaînon manquant”. L’esthétique symboliste de la métamorphose se peuple de monstres et d’hybrides, de centaures, minotaures, sirènes et autres chimères. Avec les Kunstformen der Natur de Haeckel, la Nature devient artiste. Le monde infiniment petit, la botanique et les profondeurs océaniques inspirent les arts et notamment les arts décoratifs. L’Art nouveau et le Symbolisme témoignent d’une fascination pour les origines de la vie, l’ontogenèse et la phylogénèse : formes unicellulaires, animaux marins ou embryonnaires s’insinuent dans des univers indéfinis, dans les secrets de la maternité.
Le musée d’Orsay consacre pour la première fois une exposition à la croisée des sciences et des arts, en partenariat avec le Muséum national d’Histoire naturelle, qui retrace les thèmes de ce questionnement et confronte les principaux jalons des découvertes scientifiques avec leur parallèle dans l’imaginaire.

Commissariat

Ce projet a été développé sous la direction de Laurence des Cars, Présidente des musées d’Orsay et de l’Orangerie, et de Nathalie Bondil, Vice-Présidente du Conseil des Arts du Canada.

Commissariat général

Laura Bossi, neurologue et historienne des sciences

Commissaire de l’exposition à Paris

Élise Dubreuil, conservatrice des arts décoratifs au musée d’Orsay
Avec la collaboration de :
Lionel Britten, responsable de la documentation au musée d’Orsay
Marie-Liesse Boquien, Jérôme Legrand, Clémentine Lemire, chargés d’études documentaires au musée d’Orsay

Commissaires de l’exposition à Montréal

Jennifer Laurent, conservatrice des arts décoratifs modernes et contemporains au musée des beaux-arts de Montréal
Hilliard T. Goldfarb, conservateur des peintures, musée des Beaux-Arts de Montréal

Exposition organisée par les musées d’Orsay et de l’Orangerie, Paris et le musée des Beaux-Arts de Montreal, Canada, où elle sera présentée du 13 mars au 27 juin 2021.



Citer ce billet
Marie Vigy (2020, 13 octobre). Les origines du monde. L’invention de la nature au XIXe siècle. | Musée d’Orsay – Musée des Beaux-Arts de Montréal | 10 nov. – 14 fév. 2021. Animots. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b6tf

Marie Vigy

Rédaction et aide à la conception du carnet.

More Posts

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search