Questions théoriques | P. Schoentjes et A. Gefen | 8 fev. et 15 mars 2021

Séminaire “Questions théoriques” de Bruno Blanckeman (Paris 3), Alexandre Gefen (Paris3-CNRS) et Dominique Rabaté (Paris 7).

“Deux essais, deux rencontres”

en période de pandémie, le séminaire Questions théoriques fonctionnera en mode réduit et proposera deux rencontres virtuelles autour de deux parutions à portée théorique :

– lundi 8 février, à 16h00, rencontre avec Pierre Schoentjes autour de son essai Littérature et écologie. Le mur des abeilles (parution novembre 2020, Corti) :

Lien Zoom : https://zoom.us/j/95454478446?pwd=M0x0TlJzdGd6VlIzOGdkMnZET0ppQT09

– lundi 15 mars, à 16h00, dialogue entre Dominique Rabaté et Alexandre Gefen autour de son essai L’Idée de littérature. De l’art pour l’art aux littérature d’intervention (parution le 25 février 2021, Corti) :

Lien Zoom :https://zoom.us/j/99960966203?pwd=ZkxvM2RlL3A3K2NaZEI4ODFWVnRTQT09

 

1/ Pierre Schoentjes, Littérature et écologie. Le mur des abeilles, Corti, 2020

Ce livre explore les rapports entre la littérature, l’environnement et l’écologie, dans une perspective écopoétique. Il est né du constat qu’avec la fin de la première décennie du 21e siècle la littérature française s’est mise à faire une place importante aux atteintes à l’environnement.
L’écologie, longtemps suspecte dans l’univers littéraire, est aujourd’hui solidement ancrée dans la littérature d’imagination.
À la lecture de ce qui a déjà été publié, l’on peut gager que la spécificité du sujet conduira aussi les auteurs à réinventer les formes romanesques. Aborder le changement climatique -phénomène qui se déroule sur une durée qui dépasse et de beaucoup le cadre habituel du roman- ou faire une place à la sensibilité des animaux -impossible à aborder par le biais romanesque de la psychologie traditionnellement privilégiée- amène déjà les romanciers à repenser en profondeur les modalités du récit.
Ce volume est donc d’abord un livre consacré à la littérature de l’extrême contemporain. Cela implique que les auteurs qui sont abordés ne disposent pas (encore) tous d’une grande visibilité. Alice Ferney, Maylis de Kerangal, Laurent Mauvignier, Jean Rolin ou Sylvain Tesson sont certes des auteurs largement célébrés, parfois simultanément par la critique universitaire et par le grand public cultivé. D’autres, Gisèle Bienne ou Claudie Hunzinger par exemple, ont depuis longtemps un cercle de lecteurs fidèles, mais ne sont pas nécessairement connus du plus grand nombre.
Guillaume Poix, Frank Bouysse et Éric Plamondon ont émergé plus récemment, mais se sont déjà rendus visibles, souvent en obtenant des prix littéraires majeurs.
Quoi qu’il en soit de leur notoriété, tous ces écrivains signent des oeuvres où la problématique environnementale est l’occasion de réfléchir aux moyens par lesquels l’écriture est à même de rendre compte des problèmes et des défis actuels en matière d’écologie.

 

2/ Alexandre Gefen, L’Idée de littérature. De l’art pour l’art aux littérature d’intervention, Corti, 2021
Loin d’être une essence, la littérature est avant tout une idée. Cet essai entend en faire l’histoire, de l’apparition du mot et de la naissance du concept au tout début du XIXe siècle à ses étonnantes métamorphoses contemporaines.
Car le territoire de littérature connait aujourd’hui une formidable extension :
De la littérature définie par son désintéressement, son autonomie, aux écritures contemporaines volontiers sociales et politiques, du sacre de l’auteur aux amateurs de fanfictions, du souci unique du style à la non-fiction, de l’apologie de l’originalité à l’exigence de l’enquête, de la solitude du créateur aux littératures de terrain, du roman romanesque aux écritures du monde non humain, du culte du texte aux écritures hors du livre, du tropisme occidental à la world literature, d’une conception linguistique à une approche informée par l’anthropologie culturelle et les sciences de la nature.
Que s’est-il passé ? Pourquoi avons-nous longtemps identifié la littérature à l’art pour l’art ? Quels chemins a emprunté ensuite notre idée de la littérature, après s’être définie par son inutilité et son intransitivité, pour nous apparaître désormais comme une pratique communicationnelle et relationnelle, à la fonction éthique et même démocratique ? C’est en faisant la généalogie longue et complexe de l’idéologie esthétique qui a dominé la littérature moderne et ses institutions, en interrogeant ses valeurs supposées universelles, en questionnant sa religion du texte et ses manières de produire des distinctions, en mettant en perspective les études littéraires qui l’ont accompagnée, que l’on peut comprendre une conception de la littérature comme un concept ouvert, extensif et inclusif, comme un moyen et non comme une fin.Assumant tous les risques expressifs, s’aventurant à ses propres frontières, renouvelant ses héritages, la littérature française d’aujourd’hui est en attente de catégories, à qui on ne demanderait pas de jouer le rôle d’étiquettes fermées, mais plutôt d’aiguillages et de balises dans un champ d’une ampleur inédite. Partant de lectures ou de relectures attentives, on explorera des pistes conceptuelles possiblement utiles à la compréhension des œuvres du XXIe siècle : genres, cadres, métaphores, méthodes et outils variés dont on essayera de saisir autant l’originalité théorique que l’effectivité pratique.

 

 



Citer ce billet
Anne Simon (2021, 1 février). Questions théoriques | P. Schoentjes et A. Gefen | 8 fev. et 15 mars 2021. Animots. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b6uv

Anne Simon

Anne Simon est Directrice de recherche au CNRS et Professeure à l'Ecole normale supérieure (Paris). Responsable du Centre international d'étude de la philosophie française–PhilOfr, elle anime les carnets PhilOfr, Animots, Pôle Proust et Prix Recherche au présent.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search