L’humain et le moustique, vies entremêlées, approche par le design | Univ. Toulouse | 8 fév. 2021

© Stocklib / romanvx

JOURNÉE D’ÉTUDE “L’humain et le moustique, vies entremêlées (entanglement), approche par le design”

Master design « Design Transdisciplinaire Culture et Territoire » DTCT, Laboratoire LLA CREATIS, Université Toulouse-Jean Jaurès

Lundi 8 février 2021, 9H > 16H30

ZOOM https://univ-tlse2.zoom.us/j/98189014160?pwd=L2dBbE9oZ1NCa2pEdGkyOEpYbTBwdz09
ID de réunion : 981 8901 4160
Code : 363014

Cette journée d’étude s’inscrit dans un cycle de recherche visant à questionner le positionnement du design dans l’ère Anthropocène et plus singulièrement d’interroger le rapport que les humains entretiennent avec le vivant. La journée d’étude et le workshop qui se sont tenus en février 2020 abordaient déjà la manière de cohabiter avec les insectes. Un constat présidait à ce travail : la chute de la biodiversité et l’extinction massive des populations d’insectes (rapport IPBES, 2019). Il s’agissait alors d’aborder la relation entre design et insecte selon le prisme d’une justice étendue au vivant non humain, de “considérer” (Macé, 2017) l’insecte, d’appréhender de manière horizontale les besoins de l’insecte comme ceux de l’humain, de sorte à éviter deux écueils : un naturalisme “compassionnel” (Revault d’Allones, 2008), qui anthropomorphise ou sacralise la vie animale sans la penser dans son altérité et dans ses relations avec l’humain, et la logique utilitariste, qui détermine le droit à la vie (et la nécessité de l’extermination) en fonction des besoins humains.

Cette journée se centrera plus particulièrement sur notre relation obsessive au moustique tigre, ou Aedes albopictus, qui s’est largement implanté sur le territoire (environ 65% du territoire métropolitain) et qui semble devenu impossible à délocaliser. Cet insecte potentiellement vecteur de maladies telles que la dengue, le chikungunya ou Zika, nuit également à nos modes de vie humains, conduisant les industriels du tourisme à investir dans des campagnes de démoustication essentiellement pour des raisons de confort. Le rapport qui se noue entre nous humains et le moustique tigre, qualifié d’espèce nuisible ou invasive, nous semble propice à ouvrir une réflexion critique sur les interrelations que nous nouons au reste du vivant, et tout particulièrement lorsque nous jugeons une espèce nuisible à nos intérêts, et à nos façons de vivre. Quelle est notre légitimité à décider du droit de vie ou de mort d’une espèce, notamment lorsque ce sont ces mêmes façons de vivre qui ont favorisé la surpopulation de moustiques, les débordements zoonotiques et les risques sanitaires qui en découlent (Malm, 2020) ? Ne pourrions-nous pas imaginer de vivre avec les moustiques ? Comment ? A quelles échelles et dans quelles conditions ? Les formes sont des forces, des puissances d’orientation du vivre qu’il faut arriver à décrire et à imaginer (Macé, 2019). Quelles formes-forces créer pour soutenir le vivant sans toutefois tomber dans un binarisme simplificateur opposant confort humain et cohabitation avec le vivant ?

PROGRAMME :

 

> 09h00 : introduction

 

> 09h30 : Grégory L’AMBERT (entomologiste médical et écotoxicologue) : “Démoustication : la nouvelle problématique du moustique-tigre”

Les moustiques et l’homme entretiennent des relations bien plus étroites qu’il n’y paraît depuis des centaines, voire des milliers d’années. Des zones entières de marais anciennement impropres à la vie ont depuis été recolonisées par l’homme, au prix de véritables croisades économiques et techniques menées durant le XXème siècle. Aujourd’hui, tout comme le monde dans lequel elles évoluent, ces relations mutent et s’affinent : à l’échelle mondiale, le nouveau terrain de rencontre de l’Homme et du Moustiques est le tissu urbain. Comment ces deux espèces peuvent aujourd’hui cohabiter, et à quel prix ?

 

> 10h30 :  Camille PRUNET (docteure en esthétique et science de l’art) : “ L’image numérique hématophage et la plasticité écologique d’Aedes albopictus (moustique tigre)”

Aedes albopictus, le moustique tigre, est hématophage. Il possède une grande plasticité écologique qui lui permet de coloniser rapidement de nouveaux milieux, y compris ceux qui sont anthropisés. Une image vient en tête : un moustique sur une peau humaine, prêt à piquer. D’où me provient cette image de l’entremêlement imminent de l’humain et du moustique ? Une image vue sur Internet probablement. Peut-on, si l’on considère l’écosystème Internet, penser une image hématophage ? L’ensemble d’œuvres Pandinus Dictator (2016-2017) de l’artiste Caroline Delieutraz consacré au scorpion sera l’occasion d’interroger la génération des images numériques à partir de nos données, ainsi que la façon dont elles circulent et nous affectent.

 

> 11h00 : pause

 

> 11h30 : Cécilia CLAEYS (sociologue) / Laurence NICOLAS (ethnologue)  : “Les nouveaux designs des pratiques de démoustication : la berge, le piège et le citoyen”

 

A la prise en charge publique de techniques de démoustication à grande ou moyenne échelle contre les espèces de moustiques autochtones, s’ajoutent aujourd’hui des politiques de lutte antivectorielle basées sur des pratiques individuelles micro-scalaires ciblant le moustique tigre. Cette communication propose d’analyser ces nouveaux designs de la démoustication au prisme du rapport à l’animal et au territoire, ainsi qu’en termes de transferts de responsabilités.

 

> 12h00 : pause déjeuner

 

> 14h00 : Camille LE DOZE (historienne) : “Puce et moustique, deux vermines au cœur de nos nuits”

La puce, petit insecte hématophage, a fait partie de notre intimité jusqu’à la fin du xixe siècle. L’époque moderne est son âge d’or : compagne de lit, elle s’est glissée sous nos draps et a aiguillonné les esprits des artistes, mais aussi des scientifiques. Si cette vermine bondissante nous a privé de sommeil en nous donnant « la puce à l’oreille », le moustique, lui aussi piqueur et amateur de sang frais, a parasité nos nuits.

Aussi, vais-je me permettre quelques sauts entre ma chère pucelette et Culex. Insectes qui connaissent si bien nos cœurs et nos fantasmes.

> 14h30 : Anne SIMON (chercheuse en zoopoétique) : “Perspectives infra-animales : moustiques et autres insectes en littérature (XXe-XXIe siècles)”

Les insectes relèvent d’une catégorie historique et culturelle ; ce sont aussi des vivants radicalement exotes – entre horreur et merveille – pour les humains que nous sommes. Le moustique a-t-il une âme (Albert Cohen) ? Comment honorer la mort d’une mouche (Marguerite Duras) ? Y a-t-il une beauté du grouillant (Henrietta Rose-Ines) ? Entre multi perspectives, rythmiques phrastiques et délogements imaginaires, il s’agira d’examiner par quels procédés la littérature peut nous donner accès aux intensités et aux tempo d’espèces pour lesquelles la notion de « subjectivité » n’est peut-être pas opérante.

 

> 15h00 : pause

 

> 15h30 : Camille Khoury, Fabienne Denoual, Franck Fontana : ouverture vers le récit

Anne Simon

Responsable du programme "Animots"

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search