Natures mourantes / Rethinking still-lifes Univ. Toulouse | 19 mars 2021

“Natures mourantes / Rethinking still-lifes”, E.A. Cultures Anglo-Saxonnes, Université Toulouse 2 – Jean Jaurès

Cette journée d’études organisée est par Claire Cazajous-Augé.

Dans Vibrant Matter: A Political Ecology of Things, Jane Bennett réfute l’opposition entre matière inerte et matière animée. Elle montre que les choses dépourvues de subjectivité et d’intentionnalité (débris, objets de la vie quotidienne, aliments) peuvent être considérées comme des « quasi agents » qui participent activement à la transformation perpétuelle de la nature. Selon elle, la mort n’empêche pas les choses matérielles de contribuer à la vitalité du monde. Ainsi, les cadavres d’animaux ne sont pas des éléments inertes : ils deviennent des lieux d’accueil pour d’autres espèces qui s’y nourrissent (insectes, rapaces, poissons, etc.) et le détruisent dans un même geste, sont transformés en nourriture et en objets du quotidien par les hommes (ils consomment leur chair et, dans certains cas utilisent la fourrure, le cuir ou la peau et les os pour l’habillement et les travaux agricoles), et les restes, une fois décomposés, alimentent et enrichissent les sols.

Les corps morts d’animaux illustrent la capacité de recréation infinie de la nature naturante. Ils nous rappellent que la mort est un événement commun à tous les vivants, qu’ils soient humains ou non humains, même si tous les animaux n’ont a priori pas conscience de leur mortalité. Ils nous renvoient à notre propre vulnérabilité et nous amènent à reconnaître la fragilité du monde non-humain. Ainsi, le cadavre d’un animal mort par la faute de l’homme, par les effets de la pollution ou dans un abattoir peut fonctionner comme une métonymie pour l’ensemble du monde non humain menacé à l’ère de l’Anthropocène et du Capitalocène. En tant que responsables de la sixième extinction des espèces, nous avons la responsabilité d’agir face à une nature mourante.

Cette journée d’études s’intéressera à la manière dont la littérature et l’art représentent les corps d’animaux morts et aux façons dont le processus de disparition des espèces est mis en mots ou en scène. À la manière de David Abram qui, dans Becoming Animal, considère les natures mortes de Van Gogh non pas comme des descriptions de choses inertes et inanimées, mais comme des réseaux d’éléments vibrants qui s’influencent mutuellement et participent aux mouvements du cosmos, il s’agira de privilégier des représentations mettant en valeur la vitalité et la vulnérabilité des cadavres et corps animaliers, donnant moins lieu à des natures mortes qu’à des natures mourantes. Nous pensons notamment à l’ouvrage Apologia de Barry Lopez et Robin Eschner (1998), aux installations d’Erik Nussbicker (2018), à la peinture de John James Audubon ou de Francis Bacon. Cette journée examinera le renouvellement esthétique que suppose cette représentation des « natures mourantes », mais aussi l’investissement éthique, voire politique, qui lui est associé.

PROGRAMME :
> 9h30 : Discours d’ouverture / Conference opening

  Claire Cazajous-Augé (Université Toulouse – Jean Jaurès)

> 9h45 – 10h45 : Conférence plénière / Keynote address

  David Vann (écrivain, États-Unis) : “Why not bury the man with the buck’s head?”

  Modération / Chair : Claire Cazajous-Augé (Université Toulouse – Jean-Jaurès)

> 10h45 : pause / break

> 11h – 12h30 : Atelier 1 / Panel 1 THE ART OF DECOMPOSITION / L’ART DE LA DÉCOMPOSITION. Modération / Chair : Marie Bouchet (Université Toulouse – Jean Jaurès)

  Mathilde La Cassagnère (Université Savoie Mont Blanc) : “Poems from the interval: animal violence and animal still-lifes in the art of Ted Hughes”

  Ariane Carmignac (Université de Lille) : “Des natures inquiètes”

  Vincent Lecomte (Université de Saint-Étienne) : “La bête mise à mort : brève généalogie d’une projection”

> 12h30 – 14h : déjeuner / lunch

> 14h – 15h : Conférence plénière / Keynote address

  Anne Simon (CNRS/EHESS) : “Royaumes de la mort : de l’abattoir en littérature”.
  Modération / Chair : Aurélie Guillain (Université Toulouse – Jean Jaurès)

> 15h – 16h : Atelier 2 / Panel 2 ENVIRONMENTAL PERSPECTIVES / PERSPECTIVES ENVIRONNEMENTALES. Modération / Chair : Étienne Février (Université Toulouse – Jean Jaurès)

  Marie Cazaban-Mazerolles (Université de Poitiers) : “‘From Zoo. To Bot.’ : putréfaction de l’animal humain et transcendance écologique dans Being Dead de Jim Crace”

Antoine Traisnel (Université du Michigan) : “Thoreau’s garden politics”

> 16h – 16h15 : pause / break

> 16h15 – 17h15 : Conférence plénière / Keynote address

  Rick Bass (écrivain, États-Unis) : “Beyond symbolism, beyond metaphor: wild animals as gods in a burning world”.

  Modération / Chair : Nathalie Cochoy (Université Toulouse – Jean Jaurès)

> 17h15 : Discours de clôture / Closing remarks

 



Citer ce billet
vincentlecomte (2021, 8 mars). Natures mourantes / Rethinking still-lifes Univ. Toulouse | 19 mars 2021. Animots. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b6v7

vincentlecomte

Vincent Lecomte est artiste, chercheur et enseignant en esthétique. Sa thèse, « Un Penser animal à l’œuvre », étudie les façons dont l’art convoque l’animal pour mettre en évidence d’autres consciences possibles du monde.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search