Anne Simon | Entretien autour d’ « Une bête entre les lignes. Essai de zoopoétique » | Avec Christine Marcandier, Elisabeth Plas et Jean-Christophe Cavallin | Diacritik et Epokhè | Avril 2021

« Les animaux nous écrivent des histoires » – Entretien avec Anne Simon autour de Une bête entre les lignes. Essai de zoopoétique (éditions Wildproject, avril 2021) par Christine Marcandier, Elisabeth Plas et Jean-Christophe Cavallin — Diacritik et Epokhè (master écopoétique et création à distance, Aix-Marseille Université), avril 2021.

 » Histoires de souffles », dit Anne Simon. L’animal est dans le souffle : sous le logos, le pneuma. Une Bête entre les lignes nous rappelle au vieux savoir que l’homme parle comme il respire. Le travail agile de la langue, savant clavier des consonnes où s’articule la voix, ne produirait aucun son sans la vibration des cordes vocales : le larynx — ce muscle ému, ce gosier souple ou crispé des baragouins animaux, c’est la bête sous la langue. Et toute écriture vivante est aussi la performance d’un zôon grammatikon qu’on surprend à respirer « au subtil papier d’un volume » comme un museau lippu qui crève à la surface. Dans son grand recueil de zoopoétique publié par Wildproject, Anne Simon débusque sous les mots des œuvres qu’elle étudie, comme sous les cailloux terreux qu’on déchausse d’un sous-bois, toute une vie animale. Lire la suite sur le site de Diacritik.

Anne Simon, Une bête entre les lignes. Essai de zoopoétique, Marseille, Wildproject, avril 2021.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search