AàC/CfP Synergies Portugal | C. Alvares dir. | (Co)habiter le monde. La Terre, les vivants et les humanités | 5 mars 2022

Revue du GERFLINT – Groupe d’Études et de Recherches pour le Français Langue Internationale
Revue française en partenariat avec la Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris (FMSH)
Appel à contributions pour le nº 10/2022. Date limite d’envoi des propositions (résumés 350 mots maximum) : 05 mars 2022
Le comité de Rédaction de Synergies Portugal, revue francophone de Sciences Humaines et Sociales internationalement indexée, lance pour son prochain numéro, un appel à contributions sur le thème suivant : (Co)habiter le monde. La Terre, les vivants et les humanités
Numéro coordonné par Cristina Alvares (Université du Minho)
1. L’essor des sciences de la vie et des sciences de l’environnement, la mutation écologique, les crises migratoires, le devenir-artificiel de l’humain, le monopole du capitalisme sur le vivant sont des phénomènes parmi d’autres qui ont mis la vie au centre des inquiétudes des sociétés contemporaines. Biotechnologies, vie artificielle, biopolitique, nécropolitique, vie nue, zoé, care/soin, moment du vivant,vitalisation générale des sociétés posthistoriques, humanisme vital, vitalisme critique – autant de vocables qui attestent la prévalence de la vie et du vivant dans nos théories et nos pratiques. Cette tendance s’est intensifiée avec la pandémie de covid 19 qui a mis en évidence la vulnérabilité du vivant humain à cette nouvelle infection zoonosique ainsi que la fragilité de nos institutions, en même temps qu’elle accélérait la médicalisation du social et de la vie quotidienne. Effet et symptôme d’une maladie planétaire qui s’appelle Anthropocène, Sixième Extinction, Grande Accélération ou tout simplement mutation écologique, la maladie respiratoire qui a inauguré la troisième décennie du XXIe siècle a aiguisé notre conscience de l’interdépendance des vivants et de leur destin commun au sein d’un monde qui ne cesse de se resserrer et de multiplier les lieux inhabitables. Comme si la contraction du monde avait comme conséquence l’effritement du chez-soi. Au-delà de leur visée immunologique, les expériences du confinement, de la fermeture des frontières et de la vaccination nous enjoignent plus que jamais à repenser nos modalités d’habiter le monde en termes de cohabitation et ceci depuis la sphère domestique jusqu’à la biosphère en passant par la sphère nationale. Oikos, la maison commune des vivants (humains et non humains, semblables et dissemblables), figure la Terre comme habitation. Mais cette habitation qui, dans sa finitude, reconfigure l’universel en l’en-commun (la coappartenance des vivants, dans la diversité de leurs modes d’existence, au seul monde que nous avons), est-elle stable et durable ? Si la Terre est une maison, alors c’est une maison à réparer inlassablement. Comme le montre l’œuvre d’Anne Simon, la question fondamentale de la proximité des vivants et de leur cohabitation a réactivé le motif husserlien de la Terre-Archè ainsi que le récit de l’Arche de Noé. Image du monde régénéré par une nouvelle alliance entre les humains – entre les humanités, aurait dit Édouard Glissant – et entre les espèces, l’Arche ne manque pas d’évoquer également le confinement, l’immobilisation et l’asphyxie.

2. Entre « pacte de soin » (Achille Mbembe) qui répare le vivant et toxicité écologique et politique, entre « projet d’enveloppement » (Bruno Latour) et entropie du développement, l’Arche, réserve de vie, flotte, secouée par des vents contraires, à la recherche d’une nouvelle localité où accoster et (re)bâtir un autre chez-soi. Pour son numéro post-pandémie, Synergies Portugal invite les chercheurs et les chercheuses en études françaises et francophones à soumettre une proposition de contribution autour de la problématique de l’(in)habitabilité du monde et des poét(h)iques et politiques de cohabitation (domaines privé, public, ontologique), dans la production littéraire et/ou théorique en français.

Voici quatre axes thématiques parmi d’autres possibles :
Bio. Le vivant humain et la déstabilisation du statu quo ontologique. Créolisation du monde, créolisation du vivant. Infranimalités et anthropomorphisme. Machines vivantes, récréation technologique des espèces, ontologies fluides. Animalismes, posthumanismes, transhumanismes.

Eco. Visages de la Terre. Archè. Gaïa. Oikos. Architecture et cosmologie. Défamiliarisation et désordre du monde, recherche d’un chez-soi. Sédentarité, errances et cosmopolitisme. Imaginaires de la Terre-Mère et dynamiques du monde-tourbillon. Dernière sphère. Dernière frontière.

Polis. Souffle, mouvement, liberté. Exodes. Enclos, étouffement, oppression. Abandon, brutalisme, dé-civilisation. Vivre au bord de la vie. Overproximity. Violence mimétique et contamination virale. Maladies et malaises respiratoires.

Episteme. Humanités, sciences de la vie, technologies. Humanités médicales. Humanités numériques. Zoopoétique. Écopoétique, écocritique. Épistémocritique. Multidirectionalité (turns) et déflagration (studies). Posthumanités.

 

Normes et fonctionnement de la revue Synergies Portugal :

Les auteurs sont priés de bien vouloir prendre connaissance de la politique éditoriale générale du GERFLINT, de la politique éditoriale de la revue et de se conformer, dès l’envoi des propositions, aux consignes et aux spécifications rédactionnelles. L’ensemble de ces informations est en ligne :
https://gerflint.fr/politique-editoriale-generale
https://gerflint.fr/synergies-portugal/politique-editoriale
https://gerflint.fr/synergies-portugal/consignes-aux-auteurs
Selon sa politique éditoriale, la revue accueille également des articles Varia entrant dans sa couverture thématique générale, rédigés en français, par des auteurs francophones de sa zone géographique. Les axes de cette couverture thématique générale sont les suivants :
Ensemble des Sciences Humaines et Sociales
Culture et communication internationales
Sciences du langage
Littératures francophones
Didactologie-didactique de la langue-culture française et des langues-cultures
Éthique et théorie de la complexité

L’auteur de la proposition, avant tout engagement, doit également consulter la politique de l’éditeur de la revue en matière d’accès libre et d’archivage : https://v2.sherpa.ac.uk/id/publication/26721
Les articles proposés suivront la politique orthographique précisée dans la politique éditoriale générale de l’éditeur : https://gerflint.fr/politique-editoriale-generale
L’article finalement rédigé sera accompagné d’une brève notice actualisée résumant le profil professionnel et le parcours de recherche de l’auteur (maximum deux auteurs par article).

Calendrier :

• Date limite d’envoi des propositions (résumés 350 mots maximum) : 05 mars 2022
• Avis du Comité scientifique : 25 mars 2022
• Date limite d’envoi de l’article (texte intégral) : 15 juin 2022

• Avis du Comité scientifique : 15 juillet 2022
• Date limite de remise de l’article (après corrections) : 30 septembre 2022

Contact :
Les propositions et articles sont à envoyer à cette adresse : synergies.portugal.redaction@gmail.com



Citer ce billet
Anne Simon (2021, 25 mai). AàC/CfP Synergies Portugal | C. Alvares dir. | (Co)habiter le monde. La Terre, les vivants et les humanités | 5 mars 2022. Animots. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b6vu

Anne Simon

Anne Simon est Directrice de recherche au CNRS et Professeure à l'Ecole normale supérieure (Paris). Responsable du Centre international d'étude de la philosophie française–PhilOfr, elle anime les carnets PhilOfr, Animots, Pôle Proust et Prix Recherche au présent.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search