Knud Viktor | Les Éphémères | Institute for Danish Sound Archaeology | 1977-2019

Écoute en ligne: https://knudviktor.bandcamp.com/album/les-ph-m-res

Les Éphémères, de l’autoproclamé « peintre sonore » Knud Viktor (1924-2013), est publié pour la première fois par l’Institute for Danish Sound Archaeology, 40 ans après sa conception. L’œuvre pionnière de Viktor – ses Images Sonores – est composée d’enregistrements d’animaux et de leur environnement.

Une bande sonore montée et une maquette de la couverture des Éphémères ont été retrouvées dans les archives de Viktor après son décès en 2013. Cette composition a été initialement commandée par France Musique en 1977. Les vingt courtes « images sonores » des Éphémères étaient à l’origine diffusées sous forme de vignettes entre d’autres programmes radio.

À partir du milieu des années 1970, Viktor a commencé à composer presque exclusivement sur quatre canaux. Il invente son propre mélangeur quadriphonique intuitif – le Tetramix – pour réaliser Image VI – La Symphonie du Lubéron, et diffuse presque exclusivement en quadriphonie, ce qui rend difficile la diffusion de ses œuvres. Le plus frappant est peut-être son choix d’utiliser dans Les Éphémères des enregistrements d’insectes, d’oiseaux et d’autres animaux sans traitement et de manière clairement reconnaissables. Dans ces pièces, la voix de Viktor se mêle souvent à celle des autres animaux.

L’œuvre de Viktor provient d’une fascination pour des espèces « compagnes » ainsi que pour le paysage dans lequel elles évoluent. Il s’agit surtout de la montagne du Lubéron où il a vécu pendant cinquante ans. En percevant l’évolution du paysage sonore avec l’arrivée de l’agriculture commerciale et des pesticides, une dimension écologique de son travail apparaît :

« Il s’avère que mon travail a en fait déclenché beaucoup de choses ; il touche à quelque chose d’universel que je sens que j’ai le devoir de transmettre aux autres. Un devoir que je ressens, pas en tant que citoyen humain, mais en tant que citoyen de la terre. Cela peut paraître prétentieux, mais c’est une question qui concerne les générations à venir. » Knud Viktor

Comme des fossiles, ces empreintes sonores n’existent plus que dans de rares enregistrements et notamment sur les bandes magnétiques de cet artiste. À l’heure de la sixième extinction, le silence croissant que Viktor commençait à remarquer dans son environnement immédiat est désormais mondial. Plus encore que de constituer des archives sonores, les compositions de Viktor nous permettent d’emprunter ses oreilles pour s’engager dans un véritable voyage spatiotemporel.

À l’écoute également: Le Petit Duc

Knud Viktor

vincentlecomte

Vincent Lecomte est artiste, chercheur et enseignant en esthétique. Sa thèse, « Un Penser animal à l’œuvre », étudie les façons dont l’art convoque l’animal pour mettre en évidence d’autres consciences possibles du monde.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search