Cristina Álvares | Compte rendu | Une bête entre les lignes | Revue en ligne 2i | 2021

Les bêtes nous ravissent. Avec cette proposition inaugurale, Anne Simon développe, tout au long de presque 400 pages, une réflexion autour de l’affinité de la littérature et de la vie, perceptible dans l’aptitude de la littérature à capter et à donner forme poétique à « l’expressivité primordiale du vivant », où les animaux jouent un rôle clé pour autant qu’ils mettent en œuvre de multiples et diversifiées modalités d’habiter le monde. Les bêtes nous ravissent parce qu’elles animent et vivifient notre imaginaire dont les structures ou plutôt les réseaux ne sont pas qu’anthropologiques, ils sont cosmologiques ou, selon Jean Petitot, bio-anthropologiques, se retrouvant déjà, comme Bachelard, Caillois, Merleau-Ponty et Durand l’ont souligné, dans la chair du monde, dans la matière vivante. Lire la suite.


Compte rendu de Une bête entre les lignes, essai de zoopoétique, Anne Simon, Marseille, Wildproject, 2021, par Cristina Álvares, revue en ligne 2i, « Estéticas e Políticas da Moda », Vol. 3, n° 3, juin 2021. 


 



Citer ce billet
Marion Dupuis (2021, 30 juin). Cristina Álvares | Compte rendu | Une bête entre les lignes | Revue en ligne 2i | 2021. Animots. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b6wk

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search