Aude Volpilhac dir. | « Créatures parlantes » et « truchement » du conteur. Éthique et esthétique du discours animal | Carnet Animots | 2021

« Créatures parlantes » et « truchement » du conteur. Éthique et esthétique du discours animal.

Sous la direction d’Aude Volpilhac

avec la collaboration de

Marion Dupuis, Anne Simon et Marie Vigy

Actes de la journée d’étude tenue à l’université catholique de Lyon le 20 janvier 2020 – Carnet Animots – ISSN 2259-9592 – animots.hypotheses.org, juillet 2021.


TABLE DES MATIÈRES

Aude Volpilhac, Université catholique de Lyon, « Introduction, “Du temps que les bêtes parlaient” : pour une histoire littéraire de la poétique animale ». [En ligne]


Aude Volpilhac, Université catholique de Lyon, « Micrographies. Les insectes littéraires au XVIIe siècle : le cas de Divers insectes de Pierre Perrin ». [En ligne]


Aude Jeannerod, Université catholique de Lyon, « Parole poétique et parole animale : Lamartine et Hugo ». [En ligne]


Élisabeth Plas, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 « “À quelle sauce allait-on me mettre ?” Humour, animalisme et anthropomorphisme au XIXsiècle ». [En ligne]


Marie Vigy, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, « “Les moyens d’entrer dans une conscience d’aurochs” : décentrement de la narration et point de vue animal dans les récits de Jean-Loup Trassard ». [En ligne]


PRÉSENTATION DES ARTICLES

Référence : Aude Volpilhac, « Introduction.  “Du temps que les bêtes parlaient” : pour une histoire littéraire de la poétique animale », in « Créatures parlantes » et « truchement » du conteur : éthique et esthétique du discours animal, Aude Volpilhac dir., Carnet Animots – ISSN 2259-9592 – animots.hypotheses.org, juillet 2021.

Auteure : Aude Volpilhac, Université catholique de Lyon.

Mots clés : zoopoétique ; histoire littéraire ; parole animale ; fable ; anthropomorphisme


Référence : Aude Volpilhac, « Micrographies. Les insectes littéraires au xviie siècle : le cas de Divers insectes de Pierre Perrin », in « Créatures parlantes » et « truchement » du conteur. Éthique et esthétique du discours animal, Aude Volpilhac dir., Carnet Animots – ISSN 2259-9592 – animots.hypotheses.org, juillet 2021.

Auteure : Aude Volpilhac, Université catholique de Lyon

Résumé : Contre le dégoût que suscitent les insectes, les naturalistes cherchent à éveiller la curiosité des honnêtes gens pour un micro-monde révélé dans le dernier tiers du xviie siècle par le microscope. En amont de ces découvertes, le recueil poétique de Pierre Perrin, Divers insectes, publié initialement en 1645, proposait déjà d’ébranler ces préjugés. Ces poèmes, aussi convenus soient-ils en apparence, dans la mesure où ils reconduisent certains lieux communs de la poésie galante et maniériste, accordent le rôle principal à des insectes dignes d’être observés, décrits et racontés. Ce recueil à l’identité littéraire inassignable, que l’on ne saurait réduire ni au libertinage, ni au pur divertissement galant, est à ce titre exemplaire de la complexité des effets de sens produits par des procédés zoocentristes dans un contexte d’ensemble qui ne cherche pourtant pas à remettre en cause une pensée dominante mais qui ébranle, de fait, une certaine manière communément admise d’appréhender les vies minuscules.

Mots clés : zoopoétique ; anthropomorphisme ; insecte ; Pierre Perrin ; XVIIe siècle


Référence : Aude Jeannerod, « Parole poétique et parole animale : Lamartine et Hugo », in « Créatures parlantes » et « truchement » du conteur. Éthique et esthétique du discours animal, Aude Volpilhac dir., Carnet Animots – ISSN 2259-9592 – animots.hypotheses.org, juillet 2021.

Auteure : Aude Jeannerod, Université catholique de Lyon

Résumé : Chez Lamartine et Hugo, la parole poétique entre en dialogue avec la parole animale, pour essayer d’en rendre compte, pour tâcher de l’imiter, ou au contraire pour en souligner l’altérité radicale, l’hétérogénéité, voire l’incommunicabilité. Et pour des raisons symboliques évidentes, c’est souvent le chant de l’oiseau qui est évoqué. Toutefois, ce n’est pas pour autant que l’oiseau serait toujours une métaphore du poète ; il en constitue au contraire, et même très souvent, l’autre, le contrepoint. L’intériorité et la subjectivité animales échappent alors à l’homme, qui ne peut s’en saisir qu’avec difficulté. Autrement dit, si la Nature est un livre, on ne peut pas lire à livre ouvert dans l’animal.

Mots clés : écopoétique ; parole animale ; Romantisme ; Hugo ; Lamartine


Référence : Élisabeth Plas, « “À quelle sauce allait-on me mettre ?” Humour, animalisme et anthropomorphisme au xixsiècle », in « Créatures parlantes » et « truchement » du conteur. Éthique et esthétique du discours animal, Aude Volpilhac dir., Carnet Animots – ISSN 2259-9592 – animots.hypotheses.org, juillet 2021.

Auteure : Élisabeth Plas, Université Sorbonne Nouvelle

Résumé : Le genre de la fable et le recours à la première personne prennent dans l’ouvrage collectif publié par Pierre-Jules Hetzel en 1840 et 1842, Scènes de la vie privée et publique des animaux, une signification que l’on pourrait qualifier d’animaliste. L’humour qui se manifeste dans la reprise convenue des pratiques classiques de l’apologue anthropocentrique et anthropomorphique ne doit en effet pas masquer la présence, d’une part, d’une réflexion plus largement politique où la littérature se donne pour mission de donner la parole aux plus faibles, le peuple comme les animaux, et, de l’autre, d’un discours sur le traitement réel que les hommes infligent aux bêtes, à l’instar de Balzac qui, dans sa propre nouvelle, Guide-âne à l’usage des animaux qui veulent parvenir aux honneurs, donne à voir la souffrance des expérimentations animales par l’intermédiaire d’un âne qui incarne, littéralement, la « querelle des Analogues ».

Mots clés : Anthropomorphisme ; zoopoétique ; Balzac ; fable ; Derrida


Référence : Marie Vigy, « “Les moyens d’entrer dans une conscience d’aurochs” : décentrement de la narration et point de vue animal dans les récits de Jean-Loup Trassard », in « Créatures parlantes » et « truchement » du conteur. Éthique et esthétique du discours animal, Aude Volpilhac dir., Carnet Animots – ISSN 2259-9592 – animots.hypotheses.org, juillet 2021.

Auteure : Marie Vigy, Université Sorbonne Nouvelle

Résumé : Intrigué et fasciné par les vies animales, Jean-Loup Trassard n’a cessé de les mettre en scène dans une œuvre initiée dès les années 1960, qui se nourrit de sa connaissance profonde du bocage mayennais. En effet, dans ses récits, l’accès au point de vue des bêtes représente souvent un idéal ou un enjeu crucial pour les personnages, mais également pour l’auteur lui-même, qui expérimente différentes stratégies narratives et stylistiques afin de le restituer. On peut dès lors retracer l’évolution de ces techniques dans son œuvre, et notamment la réflexivité croissante d’une écriture de plus en plus consciente de son ancrage anthropocentrique, afin de comprendre comment ce travail poétique contribue à une réévaluation des concepts d’intériorité et de conscience animales.

Mots clés : Jean-Loup Trassard ; zoopoétique ; focalisation ; récit ; conscience

 


Source de l’image : « Prologue », illustré par Jean-Jacques Grandville, Scènes de la vie privée et publique des animaux [1840-1842], édité par Pierre-Jules Hetzel, Paris, Hetzel et Paulin, 1842.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Citer ce billet
Marion Dupuis (2021, 30 juillet). Aude Volpilhac dir. | « Créatures parlantes » et « truchement » du conteur. Éthique et esthétique du discours animal | Carnet Animots | 2021. Animots. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b6wt

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search