Flora Souchard | Poésie et dynamique animale. Jules Supervielle, Saint-John Perse et René Char | Classiques Garnier | juillet 2021

Flora Souchard, Poésie et dynamique animale. Jules Supervielle, Saint-John Perse et René Char, Paris, Classiques Garnier, coll. Études de littérature des XXe et XXIe siècles, 2021. EAN : 9782406115229 — 601 p.

Dans une approche novatrice des bestiaires, cet ouvrage étudie la faune poétique au plus près de ses composantes organiques, qui apparaissent essentielles au rythme et à la pensée du poème. Dans une dynamique de l’obliquité, bêtes et poètes offrent au lecteur de nouvelles pistes pour saisir l’altérité des vivants.

Présentation éditeur

 

Table des matières

  • Liste des abréviations. 1
  • Introduction. 3

Première partie Présence et vie textuelle des bêtes

Modalités d’apparition des bestiaires. 27

  • Décrire la présence animale. 27
  • Troubles dans la classification. 27
  • Variations animales dans la chronologie des œuvres 30
  • Essai de typologie des bestiaires. 41
  • Une vision poétique des écosystèmes. 41
  • Prédominance terrestre…… 43
  • … et règne de l’oiseau. 45

L’éventail de la dénomination zoologique. 59

  • De la « Bête innommable » aux « radiolaires » : variations focales sur la terminologie animale  59
  • Bête vulnérable ou animal dialoguant 59
  • Précision de la dénomination animale. 69
  • Métamorphoses poétiques du nom des bêtes 74
  • Des bestiaires riches en hapax. 75
  • L’exemple de la bibliothèque persienne, entre exubérance et camouflage. 77
  • « Nous n’aurons point de nom pour eux » : les bêtes au-delà des catégories nominales  81

Syntaxe et stylistique animales. 88

  • Le charisme grammatical des bêtes 88
  • Une puissance déictique. 88
  • Les fonctions syntaxiques des bêtes : un dynamisme des corps. 93
  • Par méandres ou par cris : une rythmique animale des poèmes 102
  • Un dynamisme du seuil 102
  • Le lancinant, ou un verso animal 107
  • Forces structurantes : de l’exclamation à l’arabesque. 112

Deuxième partie  La poésie à l’épreuve du surgissement animal

Un biotope poétique. 120

  • Face aux bêtes : une acuité de l’esprit et des sens 121
  • Le réinvestissement poétique de l’histoire naturelle. 121
  • La sollicitation charnelle des bêtes. 130
  • Quelle anthropologie de l’animalité poétique ?. 143
  • Les indices d’une nature intrusive. 143
  • Saint Antoine et le syncrétisme du cochon. 148
  • Visibilité du sacrifice et régénération poétique dans Vents. 151
  • La « toile » d’un monde continu : Le Soleil des eaux de Char 157

La faune, outil de modélisation des espaces 162

  • La Terre, « ce bel animal ». 163
  • Dynamique globale de la matière animale. 163
  • La faune paysage. 170
  • La modulation aviaire du temps. 180
  • Animalisation de la pensée. 185
  • L’incarnation animale du « généreux cadeau de la vie ». 185
  • La sensualité d’un zoo intime. 188
  • Fréquenter les monstres. 195

Surgissement animal et émergences identitaires 204

  • Identités et visages en question. 204
  • L’actualisation du je face à la bête. 204
  • Le miroir des visages animaux. 209
  • La puissance métamorphique de l’animalité. 222
  • Des mutations frénétiques 223
  • L’appétit du corps d’autrui 225
  • L’enclave de la métamorphose : la survivance de soi dans les Feuillets d’Hypnos de René Char 229
  • L’horizon du non-humain, ou l’altérité intrusive chez Supervielle. 231

Troisième partie Échappées animales, alibi poétique

La bête hors-la-loi 238

  • La faune poétique dans son échappée migratoire. 238
  • Décliner l’inconnu dans le bestiaire de Char 238
  • L’Ouvert du mystère zoologique. 241
  • La « quatrième dimension » des Oiseaux de Saint-John Perse. 243
  • Extension du domaine du sensible. 245
  • « Cerfs, vous avez franchi l’espace millénaire » : le temps en crue. 247
  • L’impensable temporel 247
  • L’animalité intempestive. 250
  • Temporalité au « long cou » : une élongation vers le futur 252

L’expressivité aux marges du langage. 256

  • Nouvelles expressivités : voix et corps des bêtes 257
  • La voix. 257
  • L’expressivité des corps 264
  • Du bourdonnement des bêtes au silence de la peinture. 271
  • La poésie bourdonnante. 271
  • Bêtes et peintres « sous le signe de la dissipation ». 277

Dynamiques de la trace et de l’oblicité. 284

  • De la chasse à l’empreinte. 284
  • Dilatation cynégétique. 285
  • Suivre une piste ou une phrase. 292
  • Les bêtes à rebours. 298
  • Nouvelles allures animales. 306
  • Bêtes curvilignes ou obliques. 307
  • Le frémissement de la zoologie. 315
  • Plis et failles des existences animales. 319

Pensée de l’écart et de la merveille. 326

  • Distances zoologiques 327
  • Des bêtes aux poètes : triste écartèlement ou écart fécond. 327
  • « L’homme se défait » : vigilance existentielle à l’épreuve de l’animalité. 337
  • Une entomologie poétique. 347
  • La poésie dans les failles de la science. 348
  • Les insectes, un défi poétique. 350
  • « Cette énigme qui engaine la joie ». 357

 

  • Conclusion. 361
  • Annexes 367
  • Bibliographie. 391
  • Index. 411
  • Table des matières 415

 

 

 



Citer ce billet
Marion Dupuis (2021, 10 septembre). Flora Souchard | Poésie et dynamique animale. Jules Supervielle, Saint-John Perse et René Char | Classiques Garnier | juillet 2021. Animots. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b6wy

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search