Quelle place pour l’animal de compagnie au XVIIᵉ siècle ? | Camille Delattre | The Conversation | septembre 2021

Diane, Pompée, Blonde, Florissant. Pyrame, Thisbé, Félimare, Gavroche, Mimi-Paillon, Serpolet… Ces noms, mythiques pour certains, historiques ou surprenants pour d’autres, ont un point commun : ce sont ceux d’animaux de haut rang, les chiens de chasse de Louis XIV pour les premiers et les chats du cardinal de Richelieu pour les seconds. Divers témoignages picturaux et écrits, historiques ou littéraires, nous renseignent sur ces « personnages » d’autant plus discrets que l’on représente et perçoit généralement le Grand Siècle par le prisme du grandiose et de la magnificence.

Quelques animaux fameux de la Cour ou des salons du XVIIe siècle sont néanmoins parvenus à la postérité. Louis XIV emmène Folle et Mite à la chasse, mais elles sont aussi des chiennes de compagnie, nourries de la main de leur illustre maître, qui leur donne un nom, une niche installée dans une pièce proche de sa chambre, et qui commande lui-même leur portrait à Alexandre François Desportes. Madame, la belle-sœur de Louis XIV, aime parler de ses chiens à ses correspondants, et s’excuse à l’occasion des taches d’encre qu’ils laissent sur ses lettres lorsqu’ils s’asseyent sur son écritoire. Madame de Sévigné assure quant à elle l’immortalité à Méléon et sa compagne en écrivant l’« Histoire de deux caméléons ».

Cependant, le destin de ces quelques individus est exceptionnel, et les animaux de compagnie laissent rarement leur empreinte dans l’histoire ou la littérature. S’ils peuvent témoigner du rang et de la richesse de leurs propriétaires, a fortiori les animaux exotiques et rares, leurs représentations sont souvent dépréciatives, comme en témoignent les autres noms utilisés pour les nommer dans la langue du XVIIe siècle : bestes ou brutes, dont sont tirés les substantifs bestialité, bêtise, brutalité

[…]

Article en ligne sur le site de The Conversation

Article de

Doctorante en Lettres Modernes à l’Université de Lorraine, au sein du laboratoire LIS (Littérature, Imaginaire, Sociétés). Titre de la thèse : « L’animal dans le discours littéraire français au temps de la controverse des animaux-machines (1637-1764). Pour une approche zoopoétique des ‘‘belles lettres’’ ».

Agrégée de Lettres modernes. ATER à l’Université de Lorraine (Nancy) section CNU 9. Co- responsable du laboratoire junior RAT – Recherches Animalières Transdisciplinaires et Transséculaires (ENS de Lyon).

Image: Alexandre François Desportes, Folle et Mite, vers 1702.

Flora Souchard

ENS de Lyon/EHESS. Docteure en littérature française. Dynamique animale en poésie moderne et contemporaine.

More Posts - Website


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search