Véronique Le Ru dir. | Penser les milieux vivants en commun | Epure | 2021

Véronique Le Ru dir., Penser les milieux vivants en commun, Epure, Reims, 2021

Comment partager les milieux vivants de manière à ce que chaque individu humain et autre qu’humain y trouve sa place, puisse y faire son milieu? Penser les milieux vivants en commun engage une réflexion sur l’universel: tout individu vit dans un milieu. Mais cela engage une nouvelle conception de l’universel décentrée de l’humain et refondée dans les milieux vivants (qui incluent l’espèce humaine). Approcher l’universel des milieux vivants, c’est penser un sujet collectif et politique qui a des droits (pour les individus humains et autres qu’humains) et des devoirs (pour les individus humains seulement, selon la règle du pollueur-payeur car seuls les humains détruisent l’habitabilité et la cohabitabilité du monde). Les droits de ce sujet collectif se résument à un seul : le droit de vivre dans un monde durable et même désirable par sa qualité de vie; et les devoirs eux aussi se résument à un seul: le devoir de protéger la cohabitabilité de ce monde, la coexistence d’individus humains et autres qu’humains qui pourront tous y déployer leur style de vie et leur projet de vie en termes de situation et de liberté.

Ouvrage publié avec le soutien du CIRLEP,
université de Reims Champagne-Ardenne

Sommaire
Véronique Le Ru

C
omment penser les milieux vivants en commun ?


Jon Marco Church

Un exemple de milieu vivant partagé
: l’Argonne,
ses gens, ses bestioles et son projet de Zone Atelier CNRS


Florence Burgat
(répondante : Amandine Andruchiw)
La plante : entre milieu, espèce et individu


Pierre Serna
(répondant : Jonathan Teschner)
« Tout est noir dans le noir »
ou lorsque la couleur de peau organise le classement du monde vivant (1794-1824)


Stéphane Durand
(répondant : Stéphane Ondo Ze)
Considérations sur les parcs et les réserves :
réensauvageons la France

Jean-Christophe Bailly (répondant : Guillaume Christen)
« Il y a là une bête »


Thomas Foerhlé

Compte rendu
de l’intervention de Pierre Charbonnier autour de son livre Abondance et Liberté, suivi de réflexions autour de cette conférence

Véronique Le Ru est professeure des universités en philosophie à l’Université de Reims ; elle est l’autrice de plusieurs ouvrages dont celui issu de sa thèse, D’Alembert philosophe (Vrin, 1994), l’ouvrage issu de son habilitation à diriger des recherches, La crise de la substance et de la causalité (CNRS éditions, 2003) et récemment Émilie du Châtelet philosophe (Garnier, 2019). Son livre de 2010, La Science et Dieu, a été réédité aux Éditions Matériologiques en 2020 sous le titre Oser penser avec Emilie du Châtelet, D’Alembert, Poincaré… La distinction entre croire et savoir.



Citer ce billet
Anne Simon (2021, 18 octobre). Véronique Le Ru dir. | Penser les milieux vivants en commun | Epure | 2021. Animots. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b6xm

Anne Simon

Anne Simon est Directrice de recherche au CNRS et Professeure à l'Ecole normale supérieure (Paris). Responsable du Centre international d'étude de la philosophie française–PhilOfr, elle anime les carnets PhilOfr, Animots, Pôle Proust et Prix Recherche au présent.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search