Tina Merandon et Vincent Lecomte | Anima(l) | février 2022

Entretien de Vincent Lecomte avec Tina Merandon

Depuis la fin des années 90, Tina Merandon poursuit une recherche photographique qui l’a notamment amenée à tisser des liens avec les territoires et leurs habitants, ou leurs hôtes occasionnels.  Du cirque, du cercle familial, du milieu des lutteurs à celui des politiques, de celui de la chasse à celui du dressage, elle ne cesse d’explorer la question de la confrontation sous différentes formes, allant de l’étreinte au combat, mais celle aussi qui peut se jouer entre la photographe et ses modèles. C’est le corps en action, voire le corps-à-corps qui l’intéresse.

Si une flamboyante palette chromatique donne souvent sa force au travail de cette artiste, elle est également attirée par des constructions abstraites ou des noirs et blancs très graphiques.

Dans cette œuvre chorégraphiée, les multiples relations que l’homme peut entretenir avec divers animaux tiennent une place centrale. À travers la série en cours Anima, Tina Merandon met en scène de jeunes adolescents avec l’animal dont ils se sentent proches. Par ailleurs, actuellement en résidence auprès de fauconniers, elle tente de saisir « au vol » une gestuelle animale faite de contraintes et de désirs d’échappée.

Tina Merandon, Anima n ° 20, 2021, courtesy Galerie 127


Vincent Lecomte : Depuis « Les Chiens », série photographique commencée en 2008, vous avez été amenée à travailler, notamment, avec des dresseurs ou des dompteurs. Aujourd’hui, vous êtes en « résidence territoire[1] » durant un an au parc animalier Les Aigles de Château-Thierry, collaborant étroitement avec des membres de l’équipe de la volerie. Quels aspects du rapport singulier que des hommes peuvent entretenir avec certains animaux comme les « chiens de combat », les rapaces, voire d’autres bêtes domestiques ou sauvages, ont pu éveiller votre curiosité ?


Tina Merandon : Tout d’abord être éleveur, dresseur, soigneur d’animaux sauvages ou marginaux comme les « chiens d’attaque » c’est faire partie d’un monde à part, un petit groupe, assez peu reconnu. Essayer de dresser des êtres si différents de soi, pour l’attaque ou la fuite, relève d’une gageure incroyable et modifie le comportement des humains, façonne l’esprit.

Cela me fascine car dresser et approcher des animaux sauvages ou violents relève souvent des grands mythes (le fort face au faible, par exemple), des symboles (ou représentations politiques), des contes, du chamanisme, des histoires intemporelles souvent loin du banal des réalités prosaïques.

Rentrer dans une volerie (ensemble du parc des volières) c’est pénétrer dans un monde à part où les gens vivent tout le temps ensemble et avec les animaux. On se sent intrus, il faut apprivoiser les animaux comme les hommes et regarder, observer.

Dans mes lectures ou dans les interviews des fauconniers que j’ai réalisées sur le site des Aigles, je relève des histoires d’enfance souvent édifiantes, des témoignages de manques à combler, des coups de foudre, loin des parcours habituels (comme peuvent en rendre compte certaines biographies de grands boxeurs), des destins uniques, avec un engagement total qui ne peut que fasciner. Il faut savoir qu’en fauconnerie, le directeur de la volerie peut vivre toute l’année parmi les oiseaux, parfois avec sa famille, dans une maison au cœur du parc animalier.

Tina Merandon, Étude d’envol, “Rapaces”, 2021, courtesy Galerie 127

Les fauconniers parlent beaucoup de leur premier animal ; celui par qui tout arrive et qui a fait basculer leur vie. On entend les mots : « signal », « déclenchement », « coup de foudre », « rêve », « rencontre mystérieuse », « solitude », « osmose » ou « fusion avec l’animal ». Leurs témoignages font référence à une relation exceptionnelle, si irrationnelle qu’elle éloigne du monde des humains. Ces liens puissants, ces affections indéfectibles, cette véritable fusion conduit souvent à une perte des repères pour le dresseur. Il parle d’identification, d’ensauvagement de l’humain, de projection psychologique. C’est une relation qui repose sur une fidélité totale de l’oiseau. Ces liens très forts peuvent parfois prendre des formes inattendues : Nicolas, responsable du parc des Aigles de Château-Thierry, a provoqué l’éclosion de Shiro, une chouette à lunettes, l’a sortie de l’œuf et placée en incubateur. Les premières semaines, il se lèvera toutes les trois heures la nuit pour lui donner à manger. Shiro est le seul individu de cette espèce à avoir survécu dans cette volerie et y vit à présent, non loin de ses parents. Nicolas confie également avoir dormi deux fois par semaine au zoo de Pont-Scorff dans la cage de Lola, une renarde séparée de ses congénères. Certains fauconniers avouent humblement ne rien comprendre encore à la relation qu’ils établissent avec les animaux dont ils ont la charge.

Dans ma pratique, je m’intéresse particulièrement aux confrontations ; je travaille beaucoup sur ce sujet ; mon corpus est parsemé d’êtres qui se battent ou simplement s’amusent ensemble. À travers différentes séries j’ai voulu surtout saisir ce qui se joue entre des individus, des corps-à-corps, le questionnement des limites, des enjeux de territoires. Ici, entre homme et animal, dresseurs et dressés, chasseurs et chassés, il y a beaucoup de zones de mystère et de contradictions à explorer.


VL : Qu’est-ce qui se joue dans ces confrontations et singulièrement dans celles que vous photographiez entre l’homme et d’autres animaux, domestiques ou sauvages ? Je songe, entre autres, à la série « Anima », dans laquelle des enfants empoignent, soulèvent, lancent un animal qui leur est cher. Mais je pense aussi aux travaux que vous avez menés, ou menez encore, auprès de chasseurs et de leurs chiens, de dresseurs, de fauconniers…


TM : À travers l’animal peut être tissé un lien étroit avec la nature. Le chasseur, le dresseur apprend à ressentir et à vivre l’environnement. En vénerie, certains hommes, rivalisant avec la meute, se vantent de déceler les odeurs et différencier celle de la biche de celle du cerf. Assentir c’est sentir la voie du cerf, aller sur ses brisées c’est suivre les repères ou branches que dès l’aube le valet de limier a cassées pour suivre la piste du cerf.

Un vocabulaire très riche, en vénerie comme en fauconnerie, décrit chaque partie du corps de l’animal et révèle combien il est le centre d’un intérêt particulier : perlures (petites excroissances se développant le long des merrains du cerf et du chevreuil), trochure (quatrième andouiller des bois du cerf, avant l’empaumure), cerceaux (grandes plumes situées sur le bout de l’aile des oiseaux de proie. Les faucons n’en possèdent qu’une seule, les éperviers et les autours trois),  mahutte (haut des ailes, proche du corps, des oiseaux de proie)…

Se confronter à la nature peut être difficile ; ce peut être un apprentissage cruel pour l’homme : le contact du froid, de la boue, de la nuit peut être très dur – me viennent ici à l’esprit certains passages de La Panthère des neiges de Sylvain Tesson. La proximité avec la mort devient évidente ; dans la chasse à courre notamment, la violence de la meute, l’hallali ou certains moments de la chasse au vol.

Mais l’homme semble toujours dépourvu face à la nature ; John Berger dans son livre Pourquoi regarder les animaux ? décrit les milliers d’yeux qui observent l’homme sans que lui ne voie rien. Il est facilement emmêlé dans des contradictions souvent radicales, violentes, dans sa relation à la nature et aux animaux. L’animal lui échappe, et son apparition émerveille (comme l’écrit si bien Jean-Christophe Bailly dans Le Versant animal).

Les hommes sont très préoccupés par la sauvegarde de certaines espèces, mettent en captivité des couples, qu’ils relâchent ensuite, placent des caméras en forêt, posent des émetteurs sur le corps d’animaux pour suivre leur parcours ; mais ils restent souvent dans une ambiguïté entre la volonté de découvrir et celle de contrôler. La confrontation à l’animal entretient des désirs antagonistes, le besoin de dominer, la tentation de se perdre, le sentiment de culpabilité ; des émotions toujours intenses. La notion même de nuisance, la question de la chasse et toutes les représentations culturelles liées à l’animal, déchirent même des communautés d’individus.

Sont fascinantes également des pratiques alliant violence et manipulation. En fauconnerie, apprivoiser ou affaiter un oiseau sauvage entraîne des relations qui alternent entre exercice d’un pouvoir absolu et respect.


VL : Le travail avec des animaux, sauvages, dressés ou encore domestiques, a-t-il influencé votre pratique ? Et si oui, de quelle manière ?


TM : L’apparition de l’animal survient très tôt dans mon corpus. Dès « Le Cirque » (1994-1999) et « Les Courses hippiques » (1997), je m’empare de l’animal, car il interpelle l’imaginaire, il inspire récits, légendes, c’est un objet de fantasme et de magie (du « Cirque » à « Anima »).  Par ailleurs, je suis tout simplement fascinée par sa puissance physique, son agilité, ses aptitudes, la vitesse de ses mouvements, le déchaînement des pulsions (de « Chasse à courre » aux « Chiens »).

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture-décran-2022-02-19-à-10.29.28-500x271.png.Tina Merandon, Course hippique n° 9, 1997  et Anima n ° 5, 2014, courtesy Galerie 127

Dans « Anima », il y a deux pulsions ou énergies qui s’affrontent, il y a tumulte. L’enfant doit sortir de sa zone de confort et se retrouve en difficulté.  Il s’agit pour moi de capter ce mouvement et cet aspect fugitif de différentes manières. Pour cela je dois entraîner enfants et animaux dans cette chorégraphie, les persuader de danser, se mouvoir, chercher des points de déséquilibre comme un chorégraphe avec des danseurs. Il s’agit de trouver des surgissements inattendus et sauvages.

Par exemple les prises de vue se font beaucoup au sol, sur la terre, où les enfants se tortillent pieds nus avec leurs animaux qu’ils doivent tenir à bras-le-corps. Les humains jouissent rarement de ce déséquilibre salvateur, dans un inconfort régénérant.

Les animaux comme les enfants comprennent mes intentions parfois instinctivement, parfois avec plus de difficulté. J’emploie alors les mots, les gestes, la ruse, j’use de patience ; tout est très physique, très gestuel. Ces séquences durent souvent peu de temps. Le déploiement d’énergie des modèles (humains et animaux) et la mienne est comprimée dans un temps très court comme dans un sprint. Je demande un effort bref et intense pour une performance maximale.

N’oublions pas que ces « modèles » ne sont pas professionnels et souvent n’ont jamais posé devant une caméra.

Cela entraîne d’ailleurs des situations amusantes : les modèles et moi-même nous nous retrouvons régulièrement entourés d’adultes qui viennent commenter, conseiller, formant une scène parallèle souvent cocasse. Ces saynètes, sortes d’improvisations, peuvent faire l’objet d’une deuxième séance si je perçois que tout le potentiel n’a pas été révélé.

Je dirais que le travail avec les animaux prolonge et concrétise ma recherche sur le mouvement, de l’étude des corps en action. Il approfondit une étude psychologique des personnages dans l’intention avouée de performer la direction d’ « acteurs » si je puis dire.


VL : Comment vous est venue l’idée dans certaines séries d’éclipser en partie la présence humaine voire de la faire totalement disparaître, après vous être attachée à « exécuter » un grand nombre de portraits, et même de personnalités célèbres, du monde politique par exemple ?


TM : Quelquefois il y a interaction entre l’homme et l’animal.  Mais l’animal existe aussi par lui-même et n’a pas besoin d’être rattaché à un humain. Il est objet d’étude.

Dans « Anima », pourtant, l’animal accompagne la solitude de l’enfant, qui entretient avec lui une relation instinctive et symbiotique, très loin de la relation souvent plus rationnelle qu’entretient l’adulte avec l’animal. L’enfant « incorpore » l’animal dans son univers, et les postures contorsionnées de l’enfant sont un prolongement physique de l’animal : les deux corps ne faisant alors plus qu’un, et brouillant les pistes. La frontière entre animalité et humanité devient ténue, fragile, absurde.

Il n’y a pas forcément toujours de rapports de pouvoir entre l’enfant et l’animal, et celui-ci endosse souvent le rôle d’« objet transitionnel », au sens qu’a pu lui donner Winnicott. Il y a une sorte d’hybridation, de fusion des corps, de synergie. L‘humain s’efface au contact de – ou derrière – l’animal, dans ce corps–à–corps mouvementé.


VL : Je vous ai accompagnée au parc Les Aigles lors de l’une de vos séances photographiques auprès des oiseaux. Vous ne cessez d’être en action, au plus près de Tao, l’urubu noir, de Mafé, le grand-duc d’Afrique, de Jack, le grand corbeau, et des huit cigognes. Que tentez-vous de saisir au vol ? Est-ce la manifestation d’un langage corporel ? Pas seulement, peut-être…


TM : C’est une question délicate que d’essayer de comprendre le langage des oiseaux – les cris, les sifflements… –, leur posture – ailes plaquées au corps ou non… –, d’ajuster son comportement d’après une perspective spatio-temporelle dictée par un oiseau qui voit plus loin, de détecter certains mouvements avec plus d’acuité. Il faut être attentif, se mettre à la place de l’oiseau, anticiper ses réactions, prévoir ses peurs ; toutes ces expériences transforment progressivement et en profondeur l’apprenti fauconnier.

C’est une sorte de danse psychologique, une subtile chorégraphie, un monde fait de silences, un apprentissage de la patience ou d’autres temporalités, ponctuées de petits miracles. Les rapaces ne peuvent être punis, ils ne connaissent que le « conditionnement opérant » positif (le dresseur le nourrit quand il le sort au gant pour associer cet instant à quelque chose d’agréable) ; s’établit alors une confiance absolue. Nicolas parle de « tactique » : « faire croire à l’oiseau que c’est lui qui décide, on est presque dans un jeu de manipulation ». Pour le dressage des chiens, le modus operandi est plus direct, mais plus cruel aussi : collier électrique et autres punitions violentes.

Tina Merandon, Études d’envol, “Rapaces”, 2021, courtesy Galerie 127


VL : Aux Aigles, ce sont des animaux sauvages que vous photographiez. Même s’ils sont pour la plupart nés en captivité, que percevez-vous de ces individus qui ne peuvent être assimilés à des animaux domestiques ?


TM : En effet, le rapace pendant la période d’hiver s’ensauvage de nouveau, seul dans sa volière, et il faudra au fauconnier plusieurs semaines au printemps pour lui réapprendre la présence de l’homme. Kalima, une pygargue très imposante de 5 kilos, crie et hurle quand s’approche une personne qu’elle n’aime pas. Certains soigneurs n’osent pas entrer dans sa volière ; ils se font attaquer car ils montrent leur peur et l’oiseau la détecte et l’utilise. Coups de bec, de serres… Les bras des fauconniers sont fréquemment couverts de marques ; eux-mêmes peinent à s’ouvrir vraiment sur ce sujet.

On évoque aussi sans cesse la violence des hommes faite aux animaux, aux rapaces notamment, malgré la Convention de Washington de 1973 qui est censée protéger des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction.

Glyphosate ou poisons en tout genre, tirs systématiques à la carabine, nids brûlés, braconnage, mais également pales d’éoliennes…, la liste est longue de ces manifestations de la « sauvagerie » des hommes.

Le dressage questionne forcément la notion de liberté. Le corps de l’oiseau en vol est magique, gracieux. Au sol ou en vol, il se révèle bien différent au regardeur, c’est un autre être. La fauconnerie est ponctuée d’histoires de rapaces qui, pendant la chasse ou une autre sortie, « essorent », ils prennent alors leur envol et ne reviennent pas. C’est le cas notamment d’Arsène, une chouette effraie qui, un jour d’août 2021, pendant un spectacle aux Aigles à Château-Thierry, s’est éloignée puis s’en est allée pour ne jamais revenir. Depuis, la volière qui porte son nom est vide. Je me demande alors ce qui a soudain motivé cette décision de s’échapper pour dérober ses sonnettes (reprendre sa liberté), si l’oiseau a pu survivre ou s’il est mort. Et, dans le cas contraire, va-t-il revenir un jour ?  On m’assure que cela est déjà arrivé. L’image même de la cage est une chose qui m’interpelle, la volière me semble une expérience douloureuse, m’apparaissant souvent trop étroite. L’oiseau est toujours dans une zone fragile, indéfinie, entre imprégnation et ensauvagement.


VL : En quoi la photographie – qu’il s’agisse de l’œuvre réalisée ou de la pratique qui y a conduit et des relations qu’elle a créées – vous permet-elle d’exprimer cette puissance animale que la cage ou le dressage ne peuvent atteindre ?


TM : Si je prends l’exemple de la série « Les Chiens », réalisée de 2008 à 2014, même si j’ai mis un an pour comprendre l’angle formel à adopter pour ce sujet, une fois trouvé, il m’est apparu évident. Du Mexique, où je me suis rendue pour photographier des combats de chiens[2] – et cela fut un fiasco –, au chien impressionnant de la boulangère de mon quartier, petit à petit, l’image s’était imposée.

Le chien, entre vision issue du rêve et projection anthropomorphique, doit surgir du noir et se jeter sur le regardeur. C’est une vision nocturne, fantasmée. Le chien est un mammifère auquel je m’identifie facilement, auquel je prête des sentiments humains, suivant un éventail très large dans le spectre de la colère ou de la rage. Les dresseurs en Île-de-France et en Normandie sont relativement faciles à trouver, le protocole de prise de vue s’est donc rapidement mis en place : un tissu noir est tendu derrière le chien tenu par une laisse attachée à un poteau. Un trou a été pratiqué à cet effet dans le tissu. Deux flashs directement braqués sur les chiens se déclenchent lorsque celui-ci bondit, excité par le dresseur, collé à moi, dans mon dos. Les molosses se jettent sur mon objectif, babines retroussées, toutes dents dehors. Par la suite, je ferai disparaître la laisse et ne garderai comme seule référence au contexte que le sol, qui pour moi représente autant un lieu qu’une matière. Le temps de la prise de vue doit impérativement être très court, le cœur du chien ne pouvant supporter trop longtemps cette performance. Cette expérience a été également très éprouvante pour moi. Je ressentirai plus tard un épuisement du même ordre dans la tension qui s’exerce avec les rapaces.

Tina Merandon, Les Chiens n° 1 , n° 12  et n° 8, 2008-2013, courtesy Galerie 127


VL : Dans le travail avec des chasseurs, comment avez-vous vécu cette autre pratique mêlant chiens et humains ?


TM : La chasse à courre m’a également semblé intéressante et j’y ai pris un goût si fort que j’ai fini par m’y rendre deux fois par semaine. C’était en forêt de Villers-Cotterêts, en Picardie, au nord de Paris, en 2013 ; je suivais la chasse au cerf, et un peu au sanglier, avec deux équipages différents. Entrer dans cet univers très clos, traditionnel, conservateur et machiste relève de la gageure. J’ai pris de sacrés râteaux ! Les veneurs sont en plus très paranoïaques quant à l’utilisation des images et aux mots employés. Il faut préciser qu’ils ont des écologistes qui les suivent de près. Et la chasse à courre est pratiquement interdite partout en Europe sauf en France. Autant dire qu’ils n’aiment pas voir débarquer une double étrangère : femme et artiste !

J’ai connu l’impossible image : avec la volonté d’échapper à la photo animalière, chercher à saisir un animal invisible et follement désiré, poursuivi par des chiens et des hommes dans des bois épais et boueux. « Voir par corps » c’est-à-dire voir de ses propres yeux l‘animal chassé, est très ardu. La meute est captivante également, avec son marquage au fer rouge correspondant à la première lettre du nom de l’équipage ou du maître d’équipage.

Le comportement de l’ensemble des chiens courants est intéressant à observer autant au chenil qu’en forêt.  La meute est sous la garde du piqueux, personnage très important qui conduit la chasse à cheval et qui possède un surnom souvent pittoresque : Piqu’Avant, Fanfare, Hermine… Cette pratique est une vraie tradition et une hiérarchie stricte s’applique autant aux membres de l’équipage, boutons, piqueux, valets, qu’aux chiens et aux suiveurs. Chaque équipage a sa tenue, sa couleur, son bouton, sa devise et sa fanfare avec les sonneries des trompes. Le vocabulaire y est aussi riche qu’en fauconnerie – « curée », « hallali », « donner le change », « carnage » … Cependant les photographies produites n’ont pas été présentées. Le travail demandait un total investissement dans la durée et la censure était trop forte, les veneurs ne désirant pas que les images soient diffusées.

Ce n’est pas seulement la beauté du geste pour le chasseur et pour moi–même que je trouvais intéressante. La chasse est également une quête, une prouesse, une performance physique (le chasseur reste quelquefois huit heures à cheval). C’est aussi, le moment venu, un face-à-face avec la mort. L’acclimater ou la défier. Le cerf n‘est pas toujours occis, par ruse il finira à échapper à la meute et souvent l’équipage rentre bredouille.


VL : La relation à l’animal sauvage en captivité doit être foncièrement différente.


TM : Les rapaces, que je fréquente à Château–Thierry, me paraissent parfois déroutants, difficiles à cerner. Je n’arrive pas encore à saisir la psychologie du « personnage ». Toutefois une bonne étape est franchie, je semble acceptée par les fauconniers, le saisonnier et la stagiaire. Les contraintes imposées par le fauconnier sont assez importantes. On ne doit pas faire d’erreur de manipulation avec l’oiseau et le gâter. On ne doit pas susciter sa violence, provoquer sa rage. Il faut respecter les saisons : en ce moment c’est la période d’hibernation, les oiseaux ne sortent pas des volières, les jets (lanières de cuir posées sur les pattes) sont enlevés. On les monte en poids, les nourrissant davantage, pour qu’ils supportent le froid. Je me consacre alors aux interviews des fauconniers ; je réalise toutefois quelques portraits des rapaces, au gant et en vol. J’aimerais que mes photographies expriment la force, la violence et l’étrangeté de l’oiseau, dans des images très graphiques. La lourdeur de l’envol au sein des contraintes de la captivité. L’image en mouvement, sous forme de vidéos par exemple, me permet d’explorer plus encore l’expression de la vitesse dans cet univers contraint. Le travail est encore en cours.


VL : Il me semble que dans votre œuvre « la force, la violence » et même « l’étrangeté » sont également à trouver du côté des humains. Dans la série « Anima », notamment, pourquoi les enfants et les animaux ont un rapport souvent agité, pris sur le vif ? Que voulez-vous saisir de la relation singulière unissant enfants et animaux?


TM : Le monde enfant-animal se rattache au sensible sans être chez moi lié à l’intime voire au rêve, mais il peut fonctionner comme une transposition de ma propre enfance.

Ce monde est chahuté car il est dans une confrontation à l’univers des humains. Dans ce vécu avec l’animal, le mouvement a sa place car j’étais une enfant nerveuse et hypersensible, toujours en action. L’animal a des réactions surprenantes pour l’enfant. Il a des alternances comportementales très rapides et furtives. Il peut soudain bondir et hurler, ruer ou tirer au renard, se cabrer, mordre ou griffer… Dans cette synergie tout semble imprévisible, nerveux ; tout se construit et se déconstruit sans cesse. Le jeu côtoie le danger de part et d’autre. L’émotion à l’observation et au toucher d’un pelage, les plumes chatoyantes, la chaleur d’un corps, quelquefois fumant ou suant, bavant, les crottes et les odeurs fortes… tout ceci intervient dans cette approche sensorielle et sensuelle de l’animal. On est présent au monde, en plein dans des énergies aléatoires qui nouent des alliances ou s’affrontent. C’est cela que je veux montrer. C’est pour cela que je ne travaille jamais avec des animaux morts ; je n’utilise pas la taxidermie par exemple. Le vivant est honoré dans mon univers.

Tina Merandon, Anima n°15 et n°12, courtesy Galerie 127


VL : Je dirais même le vif. Avez-vous des « modèles », en photographie ou dans d’autres formes de pratique, des références artistiques qui vous ont inspirée ?


TM : Oui, la peinture expressionniste allemande de l’entre-deux-guerres m’a beaucoup marquée, justement, par son aspect à vif, très tendu. J’ai été attirée dès l’adolescence par Ernst Kirchner, par exemple. J’aime de ce peintre autant la vision très subjective et carcérale de la ville que sa recherche du primitivisme, l’île de Fehmarn, où il séjournait fréquemment, lui inspirant notamment des scènes dans lesquelles des baigneurs nus semblent émerger de vagues et de plantes luxuriantes. J’ai également une affection particulière pour ses tableaux donnant à voir des scènes de cirque.

Ernst Ludwig Kirchner, Circus, huile sur toile, 1913 (Bayerische Staatsgemaldesämmlungen, Munich) et Tina Merandon, « Le Cirque », L’Écuyère, 1999, courtesy Galerie 127

Aujourd’hui m’inspirent Georg Baselitz et la jeune sculptrice Anne Wenzel. C’est la performance monumentale, l’aspect brut, sans concession, de leurs œuvres qui m’intéresse. La matière est présente, les couleurs primaires dominent.

En musique j’ai découvert Iannis Xenakis à l’ouverture du Centre Pompidou où il présentait le Polytope de Beaubourg,[3] une installation sonore conçue pour le lieu. J’écoute souvent en travaillant Rebonds B ou Kraanerg. La musique de Xenakis semble avoir des racines antiques, le rythme y paraît un phénomène où le biologique et le cosmique s’entremêlent.

 

Iannis Xenakis, Rebonds – B, percussions Adélaïde Ferrière, extrait du concert « Générations France Musique », enregistré le 1er décembre 2018 à la Maison de la Radio. 


VL : Parmi les séries photographiques que vous avez réalisées, « Vertigo » (2005-2011), presque contemporaine de la série « Les Chiens » (2008-2014), retient mon intérêt. Face à cette galerie de 36 portraits de femmes et d’hommes politiques français, il est facile de songer à l’ « animal politique » d’Aristote ; et pourtant ce serait un contresens car le philosophe entend qualifier par cette formule l’ensemble de ceux qui participent à la cité. Cependant, la présentation de ces personnalités – rusées, et usées par l’exercice politique – semble en faire de véritables bêtes de pouvoir. Si la (dé)monstration de force est au cœur de la série « Les Chiens », établissez-vous un lien entre ces deux séries ? Et a-t-il été question avec « Vertigo » de saisir une certaine forme d’animalité humaine ?


TM : Oui, tout à fait, et j’ai toujours désiré les présenter ensemble.

« Vertigo » veut mettre en scène l’effet sur l’homme et la femme politique de cette force qui propulse vers les hauteurs, mais qui peut à tout moment précipiter vers la chute. « Vertigo » donne à voir des personnalités politiques souvent d’une manière frontale, le regard hypnotique, ou hors champ, ne présentant qu’un corps, visage fermé, nimbé d’une certaine solitude : une sorte d’omerta ? Comme dans la série « Les Chiens », le mouvement est arrêté, dans cette quête de pouvoir, même si la « gestuelle » est totalement différente. Mais je ne veux rien démontrer. Car, dans ce travail, représentation ne rime jamais avec démonstration. L’agression, elle, est omniprésente, exprimée ou sous-jacente.

Le piège que tend la représentation publique, la présence médiatique, génère une extrême violence. « Vertigo » entend montrer quelque chose de cette violence sourde. Et la meute poursuivant le cerf n’est pas sans rappeler « ce mur de caméras, d’appareils et désormais de smartphones qui les filme et les photographie » si bien décrit par Raphaëlle Bacqué[4] dans la très belle préface de Vertigo. Portraits de femmes et d’hommes politiques[5].

Tina Merandon, « Vertigo », Laurence Parisot, 2005, courtesy Galerie 127

L’irrationnel tient une part importante dans la sphère politique. Et sans caricaturer, c’est un monde subjectif dans lequel les instincts et les émotions peuvent l’emporter : ivresse, séduction, sexe, solitude, manipulation, intimidation. Ségolène Royal se livre[6] : « Qui peut comprendre le vertige qui vous saisit parfois, la surestimation de soi, la haine de soi, la peur de trop en dire, la joie extatique face à des foules qui s’offrent ? »  

On peut voir s’y exprimer une violence faite aux autres et, de fait, à soi-même. Elle s’inscrit même comme une règle, le public semblant aimer les pugilats. Rouge est la veste de Laurence Parisot, rouge est la tapisserie en arrière-plan et roux encore sont ses cheveux. La démonstration de force des « Chiens » est très directe, sonore, immédiate. Dans « Vertigo », ce n’est pas une confrontation déclarée mais plutôt une atmosphère qui se nourrit de tensions souterraines, de menaces voilées dans l’entrelacs des réseaux secrets.

Tina Merandon, Chien sautant, 2021, courtesy Galerie 127

 

Citer cet article :« Anima(l). Entretien de Vincent Lecomte avec Tina Merandon », février 2022, Carnet Animots. https://animots.hypotheses.org/15946 [En ligne]. ISSN 9771-234567898 

En cours

Exposition «1.2.3. Soleil », Le Moulin de la filature, 36300 Le Blanc, du 5 février au 13 mars 2022.

Résidence territoire à Château-Thierry avec le SILO U1, soutenue par la DRAC et la Région Hauts de France de juin 2021 à juin 2022.

 

À venir

Publication de Tisser sa Toile aux Éditions LOCO, en partenariat avec l’artothèque de Vitré.

Exposition du même nom en juillet 2022.

 

Publication d’un catalogue, Anima, restitution avec le SILO U1, soutenue par la DRAC et la Région Hauts de France.

Exposition du même nom en septembre 2022.

 

En savoir plus

Site de Tina Merandon

Site de la Galerie 127

Libération, 12 novembre 2021: « Les corps à corps photographiques de Tina Merandon »

 

Notes

[1] Résidence longue s’appuyant sur un fort ancrage avec le territoire et en relation étroite avec les habitants. Tina Merandon mène ce travail de juin 2021 à juin 2022 ; il donnera lieu à une exposition et à l’édition d’une publication.

[2] Sur ce sujet, Amours chiennes (2000), film de Alejandro González Iñárritu, a profondément marqué Tina Mérandon.

[3] Iannis Xenakis, Diatope (Polytope de Beaubourg), 1978.

[4] La journaliste a signé de 2005 à 2012 pour Le Monde des portraits de personnalités politiques. C’est l’illustration de ces articles par Tina Merandon qui donnera naissance à la série photographique « Vertigo ».

[5] Paru chez Diaphane en 2012.

[6] Ségolène Royal, Ma plus belle histoire, c’est vous, Paris, Grasset, 2007.

 

vincentlecomte

Vincent Lecomte est artiste, chercheur et enseignant en esthétique. Sa thèse, « Un Penser animal à l’œuvre », étudie les façons dont l’art convoque l’animal pour mettre en évidence d’autres consciences possibles du monde.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Merci beaucoup à toi, Tina!

  1. 03/04/2022

    […] entretien avec Vincent Lecomte paru dans le très intéressant carnet zoopoétique « Animots »https://animots.hypotheses.org/15946Le livre de Vincent Lecomte , L’art contemporain à l’épreuve de l’animal, paru aux éditions […]

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search