La vache, le cheval et la lionne. Être artiste, femme, et vivre avec les animaux au XIXe siècle | Musée d’Orsay-Musée de la Chasse et de la Nature | remise des propositions 15 nov. 2022 | 10-11 janv. 2023

Colloque en ligne

Mardi 10 janvier 2023 – 10h-17h

Musée d’Orsay, auditorium

Mercredi 11 janvier 2023 – 10h-17h

Musée de la Chasse et de la Nature, auditorium

À l’occasion de l’exposition: « Rosa Bonheur (1822-1899) » au Musée d’Orsay, Paris, du 18 octobre 2022 au 15 janvier 2023

Rosa Bonheur s’est hissée au rang de plus grande artiste animalière de son temps. Elle a construit sa vie et son œuvre autour des animaux, dont elle s’est entourée jusqu’à posséder une importante ménagerie. Ses nombreux voyages lui ont permis d’en faire l’étude approfondie. On connait également ses positions sur la défense de la forêt de Fontainebleau.

Ce constat servira de point de départ à une réflexion, menée à l’occasion de ce colloque, sur le comportement des artistes vis-à-vis des animaux au xixe siècle, qu’ils soient domestiques, d’élevage ou sauvages.

Sur la période qui s’étend de la loi interdisant la maltraitance du bétail votée par le parlement britannique en 1822 (Martin’s Act) jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale, on abordera les questions suivantes : le rapport des artistes aux animaux, de leur compagnonnage, du soin (care), du modèle animal, du statut des animaux dans les zoos et les cirques, de leur exploitation ou de leur représentation par le biais de la taxidermie et des dioramas, en Europe et dans ses colonies, ainsi qu’aux États-Unis. Tous les types d’art seront concernés : les arts graphiques et en particulier l’illustration, la photographie, la peinture, les arts décoratifs ou la sculpture.

Les axes de recherche proposés sont les suivants :
— Le compagnonnage, l’élevage et les pratiques cynégétiques ;
— Le modèle animal ;
— L’accès des artistes femmes aux sciences et à la connaissance des animaux : leurs possibilités d’étudier ou non l’anatomie, la myologie, la dissection, la taxidermie, leur accès aux muséums et aux dioramas ;
— La question d’une pratique genrée de l’art animalier et le rapport différencié ou non des artistes
aux animaux ;
— Le soin (care) des animaux, l’engagement à travers leur art contre la maltraitance des animaux et
ses retombées sur le droit des animaux ;
— Le statut des animaux dans les cirques, les zoos, les ménageries, les réserves, en Europe et aux États-Unis, dans le contexte impérialiste et colonial ;
— Le marché et la clientèle de l’art animalier. La possibilité pour les artistes de vivre de l’art animalier.

Les contributions sont à envoyer avant le 31 octobre 2022sous la forme d’un paragraphe de 500 mots accompagné d’un court cv à l’adresse suivante : colloque.rosabonheur@musee-orsay.fr

Une fois la sélection effectuée par
le comité scientifique, un message vous parviendra vous confirmant que votre proposition a été acceptée et vous fera part des modalités de participation. Les communications feront l’objet d’une captation audiovisuelle et seront susceptibles d’être publiées, après examen des textes par le comité scientifique.

vincentlecomte

Vincent Lecomte est artiste, chercheur et enseignant en esthétique. Sa thèse, « Un Penser animal à l’œuvre », étudie les façons dont l’art convoque l’animal pour mettre en évidence d’autres consciences possibles du monde.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search