Journée d’étude | Présence(s) animale(s). Autour du programme d’agrégation de littérature comparée (2022-2023) « fictions animales » | 7 octobre 2022

Journée d’étude Présence(s) animale(s). Autour du programme d’agrégation de littérature comparée (2022-2023) « fictions animales (Apulée, Cervantès, Kafka, Guimarães Rosa) » Vendredi 7 octobre 2022

Lieu : Campus Lettres Sciences Humaines, Nancy (salle G04)

Journée d’étude organisée par

Camille Delattre, Cécile Huchard, Sophie Milcent- Lawson (Université de Lorraine, Laboratoire LIS, UFR Arts, Lettres et Langues) et Clotilde Thouret (Université Paris-Nanterre, CRLPC, UFR Phillia)

Participant·e·s :

Carole Boidin (Université Paris-Ouest Nanterre-LPC), Nicolas Corréard (Université de Nantes-LAMO), Camille Delattre (Université de Lorraine-LIS), Florence Godeau (Université Jean Moulin-Lyon III-CERCC), Cécile Huchard (Université de Lorraine-LIS), Laurence Kohn-Pireaux (Université de Lorraine-LIS), Sophie Milcent-Lawson (Université de Lorraine-LIS), Elisabeth Plas (Université de Paris III-Sorbonne nouvelle), Anne Simon (République des Savoirs, CNRS-ENS-Collège de France/PSL).

Présentation

Le programme d’agrégation de littérature comparée pour les sessions 2022 et 2023 rassemble cinq fictions de métamorphoses qui articulent animalité et humanité selon des modalités et des devenirs variés : L’Âne d’or d’Apulée, « Le colloque des chiens » de Cervantès, La Métamorphose et « Rapport pour une académie » de Kafka et Mon oncle le jaguar de l’auteur brésilien Guimarães Rosa. L’hybridation permet une expérience de l’animalité ouvrant sur des explorations fictionnelles diverses (exploration du monde, du langage, d’une autre sensibilité, d’une autre subjectivité, etc.). Aussi, outre sa reprise de perspectives classiques comme le mythe de la métamorphose, la tradition de la satire et le conte fantastique, ce programme s’inscrit également dans un champ de recherche en plein développement : la zoopoétique qui se donne comme tâche critique de voir comment le langage humain littéraire peut expérimenter l’irréductible du vivant (Anne Simon, Une bête entre les lignes, Wilproject, 2021). Les incursions imaginaires dans les expériences animales suscitent en effet un décentrement cognitif, éthique et esthétique, offrent un tiers- lieu où penser, où figurer notre rapport au monde et aux autres espèces.

Nous proposons d’organiser la réflexion de cette journée à partir de la notion de présence animale, à travers ses formes et ses enjeux, dans les textes du programme et audelà, afin de ménager des perspectives plus larges. On s’intéressera ainsi à la spécificité et à la nature de la présence animale dans les récits, aux rencontres avec d’autres animaux et d’autres règnes, à la présence à soi de l’animal, aux implications et aux perceptions de sa présence.

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search