“Postcolonial Nonhuman” Erin James, Cajetan Iheka,  and Juan Ignacio Oliva (dir.) | Revue Ecozon@ vol. 13, no. 2  | 29 oct. 2022

Ecozon@ présente une section spéciale intitulée “Postcolonial Nonhuman”, introduite et éditée par “Erin James, Cajetan Iheka et Juan Ignacio Oliva. Les six essais abordent un large éventail d’environnements postcoloniaux en mettant l’accent sur les ravages causés par le colonialisme sur les vies humaines et non humaines qui s’entremêlent. La section générale comprend des essais sur les voix postcoloniales, posthumaines et non humaines, des arbres et des champignons à l’extractivisme dans les films d’animation de Miyazaki.

La question de l’attention que nous portons au non-humain lorsque nous discutons de l’éventail des inflexions culturelles destructrices qui affectent diversement les systèmes écologiques mondiaux est essentielle en cette ère de l’Anthropocène, avec le changement climatique et la sixième extinction massive en cours. Ou plutôt, la question serait plutôt : comment ne pas s’intéresser aux vies et aux formes non humaines qui subissent l’impact d’une telle variété d’actions humaines, sans tomber dans les hypothèses absurdes de l’exceptionnalisme humain qui impliquent notre existence à distance des autres êtres terrestres ?

Les interventions massives sur les systèmes terrestres et culturels, telles que celles qui ont lieu avec la colonisation et les sociétés extractives, influencent tous ces aspects du monde, qu’ils soient humains ou non (ou plus qu’humains, si vous voulez). En outre, la colonisation consistait autant à “conquérir” des terres et à transporter, exploiter, détruire, déplacer et modifier la vie végétale et animale qu’à transporter, exploiter, détruire, déplacer et asservir d’autres humains. C’est dans cet esprit que nos éditeurs invités pour ce volume d’Ecozon@, Erin James (Université de l’Idaho), Cajetan Iheka (Université de Yale) et Juan Ignacio Oliva (Université de La Laguna), proposent une importante introduction à six excellents essais sur le “non-humain postcolonial”. Ils notent que “les humains ne sont pas les seuls à peupler les environnements postcoloniaux. On prend de plus en plus conscience que les dommages environnementaux ne touchent pas que les humains et que les comptes rendus exhaustifs des contextes postcoloniaux doivent tenir compte de l’interconnexion entre les humains et les non-humains…”

THE POSTCOLONIAL NONHUMAN

ARTICLES: GENERAL SECTION

CREATIVE WRITING AND ARTS



Citer ce billet
vincentlecomte (2022, 5 novembre). “Postcolonial Nonhuman” Erin James, Cajetan Iheka,  and Juan Ignacio Oliva (dir.) | Revue Ecozon@ vol. 13, no. 2  | 29 oct. 2022. Animots. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b729

vincentlecomte

Vincent Lecomte est artiste, chercheur et enseignant en esthétique. Sa thèse, « Un Penser animal à l’œuvre », étudie les façons dont l’art convoque l’animal pour mettre en évidence d’autres consciences possibles du monde.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search