William Wegman et Vincent Lecomte | Les braques de Wegman | déc. 2022

Entretien de Vincent Lecomte avec William Wegman

C’est la rencontre fortuite avec un individu, Man Ray, et, à travers lui, un pedigree, le braque de Weimar, qui va influencer radicalement le travail de William Wegman. Modèle, figure esthétique et programmatique, signature… Depuis les années 70 le chien chez Wegman est omniprésent, mais l’on se demande, d’image en image, s’il ne serait pas aussi un être omnipotent et omniscient. En effet, cet acteur canin est capable d’incarner aussi bien un personnage de roman, de théâtre, de conte, ou encore d’une émission télévisée, d’une publicité, que de figurer un objet usuel voire l’une des lettres de l’alphabet.

Au-delà de leur « potentiel photogénique », les braques de Wegman – assisterait-on là à l’avènement d’une nouvelle race ? – n’accompagnent pas l’homme dans quelque promenade ou quelque jeu innocent, mais œuvrent à ses côtés : ils parcourent aussi, ce faisant, l’iconographie de l’espèce humaine pour en offrir une vision, une lecture décentrée et ironique. L’artiste, déployant diverses stratégies afin de capter leur regard et leur intérêt pour son travail, considère ces chiens à la fois comme ses collaborateurs, son premier public mais aussi comme ses interlocuteurs dans un dialogue qui va, bien au-delà d’une simple facétie, vers l’interrogation de ce qui fait notre humanité. 

William Wegman sur le plateau avec Topper et Flo.
Photographie de Kimberly M. Wang.

Nous remercions vivement la Galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois (Paris), pour l’autorisation qu’elle nous a accordée de reproduire les œuvres de William Wegman.

Vincent Lecomte : Comment qualifieriez-vous la collaboration que vous entretenez depuis presque cinquante ans avec plusieurs générations de braques de Weimar ? Est-ce une cocréation ? Ou le chien représente-t-il une sorte d’interprète idéal ?

William Wegman :  J’ai vécu et travaillé au total avec dix braques de Weimar : de Man Ray, le premier, à mes deux chiens actuels, Topper et Flo. Tous mes chiens ont eu le même type de relation avec moi, un sens aigu du travail et un désir de bien faire. Mais leur personnalité singulière, leur regard et leur talent ont joué un rôle essentiel dans le développement de mon œuvre. Je vois certainement cela comme une cocréation, mais je suis sûr qu’eux-mêmes ne le perçoivent pas ainsi. En général, ils sont juste sur le plateau à attendre des instructions. Toutefois, sur le plateau je suis, moi aussi, en attente d’une direction. Je les observe à travers l’objectif et j’y vais.

VL : Toutes les journées de prises de vue observent-elles un ordre, voire un rituel précis ?

WW :  En général, il s’agit de sélectionner les accessoires, de mettre en place le décor, et de prendre quelques photos tests avant de commencer les prises de vue proprement dites. Lorsque j’utilisais le Polaroid 20 x 24[1], nous devions tous nous rendre dans un studio à Boston, d’abord, puis à New York, ou encore acheminer le matériel en camion jusqu’à l’endroit où nous vivions, les chiens et moi, dans le Maine ou le Nord de l’État de New York.

Permutations avant/non après, 1972/1991
Tirages argentiques.

[1] Il s’agit d’une chambre de très grand format, ce qui nécessite un espace conséquent.

VL : Ce rituel a-t-il changé au fil des ans ?

WW : À présent, le Polaroid a été remplacé par l’appareil numérique, mais le processus est plus ou moins toujours le même. C’est seulement plus rapide maintenant, et je peux prendre des centaines d’images sans jamais quitter mon studio.

VL : Quelle est la part d’imprévu dans ces mises en scène ? À quoi tient la disponibilité des chiens, ainsi que la vôtre ?

WW :   Ma chienne Fay était très sensible au bruit. Tout le monde devait faire attention à ne pas se cogner contre les supports d’éclairage : elle n’aimait pas les bruits métalliques. Cela limitait beaucoup mon choix d’accessoires. Mais Fay était l’exception. La plupart de mes autres chiens sont prêts à tout et presque toujours enclins à collaborer.

VL : Est-ce que le caractère de Fay a imprimé sa « patte » sur certaines images et surtout a modifié vos projets et votre manière d’envisager le travail en binôme avec l’animal ?

WW : Fay, peut-être plus que n’importe lequel de mes chiens (à l’exception de Flo), était enthousiaste et toujours prête à travailler. Elle semblait tout connaître du plateau et du studio, faisant constamment attention à ne pas marcher sur quelque chose qui pourrait être important – comment le savait-elle ? Cependant, il y avait des conditions à respecter.  Pas de bruits forts, pas de bruits métalliques par exemple.  De plus, sur le plateau elle était très accueillante avec les autres chiens.

Vanity, 1994
Polaroid couleur.

VL : Comment mettez-vous en confiance vos modèles ?

WW :  Je n’en fais pas toute une histoire.  Simplement, nous nous occupons ensemble des affaires qui nous réunissent et les chiens semblent apprécier cette routine. En général, je place les chiens sur des piédestaux à hauteur d’objectif, de sorte que nos regards se font face. Et ils aiment se sentir grandis.

VL : Pour arriver aux résultats escomptés pouvez-vous dire que vous usez de dressage ? Ou est-ce d’un autre ordre ?

WW : La formation se fait toujours sur le tas. À l’exception de mon premier chien, Man Ray, j’ai été très laxiste en matière d’éducation et d’obéissance. Les chiens n’en font qu’à leur tête, sauf sur le plateau. Je n’élève jamais la voix. Il est important de rester calme et de ne rien dire pendant les prises de vue ou le tournage. Le boulot, comme d’habitude.

“Trois boules : Addition”, Sesame Street, 1989.

VL : Diriez-vous que le braque de Weimar possède des qualités particulières ? Sont-ce de bons modèles, de grands acteurs, des collaborateurs fiables ?

WW :  J’aime le fait qu’ils soient gris et, comme on dit : “le gris va avec tout”.  Le fait qu’ils appartiennent à une race de chiens d’arrêt aide certainement pas mal ma cause. Ils ont de manière innée une prédisposition singulière pour la localisation et le rappel, ce qui sert mon projet.

VL : Quel trait de la personnalité de Man Ray, Fay, Batty, Chip… retenez-vous ?

WW :  Man Ray était le meilleur interprète pour les courts-métrages vidéo.  Plus tard, avec Fay et ses chiots, j’ai davantage procédé comme pour le tournage d’un film, avec des lumières, du son et une équipe de tournage.  Avec Man Ray, nous n’étions que tous les deux. Avec la portée de Fay, les différentes caractéristiques de chaque chien étaient plus faciles à identifier et j’ai commencé à m’y intéresser de plus près : la vivacité de Crooky, la beauté endormie de Batty, la présence masculine de Chundo, la placidité de Chip… Et j’en passe !

VL : De qui, ou de quoi, à travers les innombrables images que vous faites de chacun de vos modèles canins, tirez-vous le portrait ?

WW : En fonction du chien et de la situation, cela évolue constamment.

VL : Mais ne trouvez-vous pas une forme de dénominateur commun, d’image en image, qui ferait votre signature ?

WW : Je suppose qu’en dehors du fait que tous mes modèles étaient des braques, de 1979 à 2007 le dénominateur commun est l’usage du Polaroid 20 x 24.

VL : S’agit-il d’une forme d’autoportrait en négatif ? Mais aussi de portraits de l’animalité au sens le plus large qui soit ?

WW :  Ce sont en effet des questions très intéressantes…

Then and Now, 2017.
Impression pigmentée pour Vogue France.
Qey, 2017
Impression pigmentée pour Vogue France.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VL : Dans toute votre œuvre, vous prenez les chiens pour des humains, et vice-versa, sans dégrader ni l’un ni l’autre, ou l’un par l’autre. Par exemple, pour la couverture de mon ouvrage, L’Art contemporain à l’épreuve de l’animal, vous m’avez généreusement permis d’utiliser Eyewear II, l’image de la tête d’une chienne sur l’œil de laquelle est collé celui d’une femme. Que signifie pour vous cette interpolation singulière entre figure animale et figure humaine ?

WW :  Le fait que mes modèles ne soient pas humains donne à l’image une force iconique manifeste.  Ils prennent la forme de créatures mythologiques, associant de façon inédite et révélatrice, l’humain et l’animal.

VL : Vous aimez revisiter un fonds culturel allant de la littérature, y compris celle dite « enfantine » ou « populaire », à la publicité ou à la mode, en passant par certaines productions théâtrales, lyriques, cinématographiques ou télévisées. Est-ce pour vous un mode d’analyse, une façon de digérer les expressions d’une société ?

WW : Au fur et à mesure que mon travail s’est fait connaître, j’ai été invité à réaliser de multiples projets hors du champ de l’art : projets éditoriaux, livres pour enfants, publicités, etc. Certaines de ces invitations se sont révélées plus intéressantes que d’autres, mais j’aime le défi et c’est bien souvent à travers de nouvelles situations et de nouvelles contraintes qu’apparaissent de nouvelles orientations de mon travail.

Tamino avec la flûte enchantée, 1996
Polaroid couleur pour le Houston Grand Opera.

VL : Quel rôle le chien – ou, de manière plus générale, un animal non humain – a-t-il dans cette entreprise ?

WW : Tous.

Les seconds choristes, 2000.
Triptyque de polaroids couleur.

VL : Certes, le chien est au centre de l’œuvre et peut incarner tous les personnages, mais que diriez-vous de sa fonction plastique ?

WW : C’est le jeu. Canaliser l’esthétique dans la fonction figurative.

VL : Devant certains de vos travaux on peut songer notamment à La Fontaine, Le Brun, Grandville… Vous reconnaissez-vous des modèles, des filiations, des affinités, historiques ou contemporaines ?

WW :  Je ne sais vraiment pas. Il faut que je réfléchisse à cette question. Je dirais que même si les œuvres visuelles singulières peuvent constituer des références spécifiques, les sources et les influences les plus importantes pour moi sont de l’ordre du langage. Cela s’applique à tous mes travaux, quel que soit le media que j’utilise.

VL : Avez-vous quelques œuvres en tête ? À quelle(s) forme(s) de langage songez-vous ?

WW : J’espérais que vous ne me poseriez pas cette question. Les jeux de mots sont très intéressants pour moi et ils font toujours partie de mon travail, même de celui qui semble purement visuel, sans langage.  Je n’aime pas trop en parler, je préfère que cela fonctionne à un certain niveau subliminal.  Comme une bonne blague, mieux vaut ne pas trop expliquer…

VL : Diriez-vous que le principal moteur de votre œuvre est l’humour ? Le kitsch ? Le mainstream ?

WW : Non.

VL : C’est pourtant ce que certains critiques reconnaissent comme étant l’élément central de votre œuvre. Quel est-il alors selon vous ? Et considérez-vous que des contresens sont couramment faits à propos de votre œuvre ?  Et si oui cela vous dérange-t-il ?

WW : Le seul malentendu que j’aie rencontré occasionnellement et qui me dérange est que les chiens auraient été maltraités à seule fin d’obtenir ces clichés. Toute autre interprétation de mon œuvre est acceptable, que je sois d’accord ou non. 

VL : Quel matériel photographique utilisez-vous ? A-t-il varié ? Quel caractère ou quelle signature donne-t-il à votre travail ?

WW : Cette question a été très importante pour moi au fil des années.  Au début, j’utilisais des pellicules de 120 mm et j’imprimais en noir et blanc au format 20 x 24 pouces (env. 28 x 36 cm). Je voulais que toutes les images aient la même taille et le même impact, qu’il s’agisse de mon tirage original ou d’une reproduction dans un catalogue ou un magazine. Je vivais à l’époque dans le Wisconsin, où j’enseignais à l’université – un étudiant m’a d’ailleurs appris à développer et à imprimer des photos – et je voulais que mon travail soit reproduit et trouve son public. Marshall Mc Luhan m’a influencé, notamment son livre Pour comprendre les médias.

Man Ray contemplant le buste de Man Ray, 1978.
Tirage argentique.

VL : Les appareils que vous avez utilisés par la suite ont-ils eu une incidence différente ? Et le passage au numérique n’a-t-il changé la donne qu’au point de vue pratique ?

WW : J’ai longtemps évité le numérique parce que je craignais qu’il ne fasse croire à des retouches Photoshop.  Mais maintenant, après avoir travaillé en numérique depuis plusieurs années, je ne m’inquiète plus de cette idée fausse.  Je travaille toujours sans Photoshop et j’espère que cela est compris et visible dans les images elles-mêmes.

VL : Si votre œuvre photographique est la plus (re)connue, vous pratiquez également le dessin, la peinture, la vidéo, parfois vous hybridez les médiums. Que vous apporte cette variété et cette richesse expressive ?

WW : J’ai commencé par être peintre et dessinateur. C’est pourquoi j’ai fait une école d’art. En 1961-67, lorsque j’étais à l’école d’art, la peinture était considérée comme morte. J’adhérais aussi à l’époque à cette vision des choses, mais l’impulsion était toujours là et, finalement, impossible à supprimer. Secrètement, dans le Maine, loin du monde de l’art, au début des années 80, je me suis remis à peindre. Ma première peinture a été réalisée au dos d’une toile achetée en magasin que je pouvais tourner et cacher contre le mur. Le sujet était un fil téléphonique cassé près d’une grange.

VL : Pourquoi retouchez-vous rarement vos photos après les avoir prises ? Et, s’il vous arrive de le faire, pourquoi tenez-vous à ce que cette action soit clairement lisible ?

WW : Pour moi, il est essentiel que le spectateur comprenne que les chiens ont réellement été présents devant l’appareil photo et que ce qu’il voit s’est vraiment produit.

William Wegman avec un chiot de la portée de Fay Ray, 1989.

VL : Votre œuvre bénéficie d’une reconnaissance à la fois d’une bonne part de la critique, voire du monde universitaire, et d’un large public, parfois peu familier de la création contemporaine. Comment expliquez-vous ce phénomène ?

WW : Eh bien, j’avais d’abord besoin de faire une œuvre que je comprendrais moi-même et ce fut pour moi un chemin riche d’enseignements. L’envie d’y voir clair, et d’aller de l’avant, ont été des moteurs de mon travail. Œuvrant en toute clarté, il n’était pas tout à fait surprenant que mon travail soit compris et apprécié dans le monde de l’art et au-delà.  La vidéo, en particulier, m’a permis de toucher un large public. Pour moi, si quelqu’un riait aux éclats, c’est qu’il avait compris.

VL : Avez-vous perçu une évolution dans la réception de votre travail, qui a peut-être fait écho à une évolution dans votre façon de procéder ?

WW : L’attention portée à mon œuvre a culminé dans les années 1990, pendant la période où je travaillais avec Fay et ses petits : apparitions dans des talk-shows, projets publicitaires, émission Sesame Street, livres pour enfants, travail éditorial, etc.  J’ai adoré travailler avec Fay et sa progéniture, mais je dois admettre que je suis très heureux d’avoir le temps d’avoir d’autres pratiques dont la peinture aujourd’hui, et de ne plus avoir à faire de dédicaces de livres pour enfants. 

Émission Sesame street, “Alphabet soup”, 1995.
“Dog Alphabet”, Sesame Street, 1994.
“Famille Fay : Coiffeur”, Sesame-Street, 1998.
Image tirée du livre Chip Wants a Dog, 2003 (Hyperion Books for Children).

VL : Le chien est omniprésent dans votre travail. N’avez-vous jamais ressenti de lassitude ?

WW : En 1978, lorsque Man Ray avait 8 ans, j’ai décidé, par discipline, de ne pas le photographier pendant une année entière. Nous avons été tous les deux malheureux. En 1979, la firme Polaroid m’a invité à essayer l’appareil géant 20 x 24 et, heureusement pour nous deux, j’ai accepté.

VL : Mais, par la suite, n’avez-vous jamais craint d’être à court d’inspiration, de risquer, même, de vous parodier, ou, encore, de perdre l’intérêt de votre public ?

WW : Étonnamment, non.

VL : Les amis des animaux ont-ils exprimé leur mécontentement du fait que, dans ces mises en scène, l’animal est utilisé comme un instrument, mis à contribution par pitié, voire ridiculisé ?

WW :  Oui, mais c’est moins le cas aujourd’hui. Les images réalisées sur le travail que nous effectuons les chiens et moi et les reportages sur les séances de prises de vue ôtent instantanément toute idée selon laquelle les chiens n’aiment pas ce qu’ils font et seraient exploités.

VL : Enfin, une photographie, parmi d’autres, me fascine : Lolita. Inspirée de l’héroïne de Nabokov et/ou de Kubrick, ou peut-être plus encore du personnage populaire auquel ce nom peut faire référence, elle pose, sans détour ni prétexte, la question du désir de l’animal – et non plus du désir animal, et du cadre moral dans lequel cette notion peut s’inscrire. Le corps du chien est exposé, dans toute sa beauté plastique et charnelle – ses poils courts, brillants et ambrés sont semblables à la peau humaine. S’agit-il d’une nouvelle relecture d’une œuvre qui a depuis longtemps été élevée au rang de mythe ? S’agit-il d’une déclaration d’amour à votre modèle ? Diriez-vous que votre portrait pourrait avoir une dimension zoophilique ? Est-ce tout cela et/ou autre chose ?

WW :  Une photo étonnante de mon incroyable chien Battina, le plus docile, le plus calme presque au point de la narcolepsie. Alors oui, appelons ça une déclaration d’amour.

Overhead, 1990
Polaroid couleur.
Lolita, 1990
Polaroid couleur.

VL : Rien de provocant alors, comme le roman de Nabokov et le film de Kubrick ont pu le paraître ?

WW : Non !

VL : L’art contemporain donne une place de plus en plus importante aux animaux. Parfois même, certaines œuvres reposent entièrement, comme c’est le cas avec votre travail, sur la présence centrale d’un animal. Que pensez-vous de ce phénomène ? Vous voyez-vous comme un précurseur ? Considérez-vous votre démarche comme « à part » ?

WW : Être à part, ça me va.

À venir

Du 8 décembre au 28 janvier 2023

“Willam Wegman : Agility Conceptuelle”, organisée par Martin Bethenod, Galerie Georges-Philippe & Nathalie Vallois, Paris.

Mars 2023

“William Wegman : Drawings”, Galerie Huxley-Parlour, Londres.

En savoir plus

Publication de “William Wegman : Writing by Artist “, sous la direction d’Andrew Lampert (Mars 2022) https://primaryinformation.org/product/writing-by-artist/

Site officiel de William Wegman

Looking Back, 1998
Polaroid noir et blanc.

vincentlecomte

Vincent Lecomte est artiste, chercheur et enseignant en esthétique. Sa thèse, « Un Penser animal à l’œuvre », étudie les façons dont l’art convoque l’animal pour mettre en évidence d’autres consciences possibles du monde.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search