Colloque “Bêtes de scène”, Université Paris-Sorbonne

Colloque international / International Conference

Bêtes de scène / Animals on the Stage

VALE (Voix anglophones: Littérature et Esthétique, Paris-Sorbonne) et CECILLE (Centre d’Etudes en Civilisations, Langues et Littératures Etrangères, Lille 3)

20-21 mars 2014, Université de Paris-Sorbonne

Langues du colloque : français et anglais

Argumentaire

Aristote construit le théâtre tragique selon le paradigme du bel animal, conférant ainsi à la structure idéale de la tragédie une finitude à la fois organique et organisée. Parce qu’il permet de penser l’humain et surtout les limites de l’humain, l’animal est aussi au cœur des enjeux poétiques, idéologiques, politiques, éthiques et encore métaphysiques du genre théâtral. Du chant du bouc sacrifié (trag-oedia) à la célébration de la fertilité qui définit la comédie (Komos), tous les genres théâtraux mettent à l’épreuve la distinction supposée entre l’humain et l’animal.

Si l’acception la plus large du mot « animal » dérivée de son étymologie (animal, animalis, être vivant mobile, doté du souffle vital ou anima, âme) place l’humain aux côtés des autres espèces animées, le terme « bête » (bestia, animal, par opposition à l’homme) renvoie au contraire à une sphère subalterne, voire immonde, dont l’humain est exclu, sauf à repérer chez l’homme une bestialité qui paradoxalement le constitue.

Ce colloque analysera la manière dont, aux différentes époques et dans les différentes aires géographiques du domaine anglophone, les scènes ont sollicité l’animal, soit dans sa présence scénique, soit sous une forme métaphorique.

*****

Aristotle conceives of tragedy as a beautiful animal, and thus envisages the ideal tragedy as a self-contained, organically arranged structure. Insofar as it allows theatre to apprehend what constitutes humanity, and to test its limits, the animal paradigm is at the heart of the poetic, ideological, ethical and metaphysical preoccupations of the theatrical genre. From the song of the sacrificial goat (trag-oedia) to the celebration of fertility which defines comedy (komos), all theatrical genres question the alleged difference between human beings and animals.

The etymology of the word ‘animal’ (from animal, animalis, a being that is alive and moving, endowed with vital breath or ‘anima’, soul) situates human beings alongside other animated species; on the other hand, the word ‘beast” (from bestia, animal, by opposition to human) beckons towards an inferior, not to say vile, sphere from which humans are excluded — unless one envisages bestiality, paradoxically, as a defining feature of humankind. In this conference, we aim to look at ways in which animals have been brought onto the stage, whether literally or metaphorically, at all times and in all English-speaking geographical areas.
Programme Bêtes de scène

Retrouvez toutes les informations sur http://www.vale.paris-sorbonne.fr



Citer ce billet
Sabrina Valy (2014, 10 janvier). Colloque “Bêtes de scène”, Université Paris-Sorbonne. Animots. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b694

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search