Entre proie et prédateur : un récit de chasse dans la littérature québécoise ? | Nouvelles études francophones | soumission des propositions le 28 février 2023

Numéro spécial dirigé par

Julien Defraeye (St. Thomas University), defraeye@stu.ca
Scott M. Powers (University of Mary Washington), spowers@umw.edu

Calendrier de publication

  • 28 février 2023 : soumission des propositions de contributions (précis de 150 mots, suivi de 4-6 mots clés et d’une bibliographie indicative indiquant les noms, affiliations et coordonnées du/de la contributeur·trice, ainsi qu’une notice bibliographique)
  • 31 mai 2023 : soumission des contributions
  • Automne 2023 : double évaluation à l’aveugle par les pairs
  • 1er mars 2024 : soumission des contributions en version finale
  • Printemps 2024 : publication

 

Argumentaire

Dans un récent numéro de la revue Études françaises, Martin Hervé et Alexis Lussier évoquaient « une étonnante reviviscence de l’ancestrale thématique cynégétique »—la chasse—dans la littérature contemporaine, cette résurgence s’inscrivant toutefois majoritairement « sous des rapports souvent critiques, si ce n’est répulsifs » (2018). Bien que le dossier, intitulé « Le regard et la proie », se concentre exclusivement sur la littérature franco-française, à l’appui des écrits de Patrick Grainville, Pierre Bergounioux et, plus récemment, Caroline Lamarche, entre autres, la littérature québécoise semble témoigner ces dernières années, certes de manière éparse, d’un phénomène similaire, sinon comparable. Éventuel héritage de la littérature du terroir, parmi d’autres tendances visant à réexploiter la ou les région(s) québécoise(s)1, l’intérêt récent pour ce que l’on qualifiera provisoirement de « récit de chasse » ou « récit cynégétique2 » (re)place le rapport de prédation qui s’inscrit dans la pratique moderne de la chasse comme paradigme déterminant de la représentation du rapport humain/animal.

Dans le corpus québécois récent, on mentionnera les exemples de L’habitude des bêtes (2017) de Lise Tremblay, Sauvagines (2019) de Gabrielle Filteau-Chiba, Les crépuscules de la Yellowstone (2020) de Louis Hamelin — même si l’auteur aborde la chasse sous la focale du naturalisme scientifique au XIXe siècle — ou encore Les ombres filantes (2021) de Christian Guay-Poliquin. Parmi les productions culturelles autochtones, certain·e·s auteurs·trices — Joséphine Bacon, Michel Jean, Virginia Pésémapéo Bordeleau, An Antane Kapesh, entre autres — offrent une représentation non occidentale de la chasse — souvent de biais, précisons-le — puisque celle-ci s’inscrit dans leurs pratiques traditionnelles, selon une cosmogonie qui leur est propre. Force est de constater, comme Hervé et Lussier le remarquaient en littérature française, que la mise en récit contemporaine de la chasse semble proposer une approche critique plus nuancée, à l’aune des théories antispécistes et de la fin de « l’exception humaine » (Schaeffer, 2007). Bien loin de la métaphore que l’on pouvait lire dans L’Élan d’Amérique (1972) d’André Langevin, ce faisceau d’œuvres récentes confère une énonciation et met en récit une intériorité propres à l’animal, dans toute la concrétude du lien supposément mortifère qui le rapproche de l’humain lors de la saison de chasse. 

Le dossier ici proposé se donne pour objectif de mettre en évidence différents modes de représentation de la chasse et du rapport à l’animal qu’elle sous-tend dans le corpus québécois. Ce dossier permettra de constater l’inscription de la pratique de la chasse dans le paysage littéraire québécois récent mais aussi d’évaluer les stratégies de réappropriation et les renouvellements esthétiques et génériques qu’elle a occasionnés.

À l’heure où l’on évoque une sixième extinction de masse des espèces animales dans un contexte de crise écologique grandissant, ce dossier, portant sur le rapport de l’homme à l’altérité animale par le biais des pratiques cynégétiques, s’établit comme une nécessité première. Il permettra d’envisager différentes avenues pour rétablir un équilibre précaire entre l’homme et les animaux non humains par le biais de l’imaginaire, ce qui informera potentiellement nos pratiques quotidiennes. Comme le rappelle Lawrence Buell, « la manière dont nous imaginons une chose, vraie ou fausse, affecte notre conduite envers elle. » (1995)

On s’interrogera ainsi sur les problématiques suivantes : comment les auteurs·trices québécois·es contemporain·e·s envisagent-ils/elles la pratique de la chasse au XXIe siècle ? Quelles considérations éthiques en lien avec la chasse sont mises de l’avant par les auteurs·trices québécois·es contemporain·e·s ? Quels choix esthétiques peut-on observer dans la représentation de la chasse et du rapport de l’homme à l’altérité animale dans le corpus québécois ? Quelles réappropriations et quels renouvellements au regard de la tradition littéraire peut-on constater ? Que dit notre imaginaire littéraire de la chasse du rapport de l’homme à l’altérité animale ?

 

1 On notera surtout l’émergence d’un néo-terroir (ou « néoruralité », ou « posterroir ») depuis une quinzaine d’années, notamment par le biais du groupe dit « École de la tchén-ssâ » (parmi lesquels Samuel Archibald, Raymond Bock, William M. Messier, entre autres), tendance relevée par plusieurs chercheur·e·s (Melançon, Guay-Poliquin, Archibald, entre autres) et parallèle au phénomène qualifié de « démontréalisation » de la littérature québécoise.

2 À la suite de Christian Guay-Poliquin, dans sa thèse en cours à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM).  

 

 



Citer ce billet
Ange Pottin (2023, 3 janvier). Entre proie et prédateur : un récit de chasse dans la littérature québécoise ? | Nouvelles études francophones | soumission des propositions le 28 février 2023. Animots. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b733

Ange Pottin

Post-doctorant au CEFRES, Université Charles de Prague angepottin.wordpress.com

More Posts

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search