Les paysans et leurs animaux | Remise des propositions le 28 février 2023 | Montbrison | 16-17 novembre 2023

Colloque Les paysans et leurs animaux, Festival de Montbrison, 16-17 novembre 2023

Remise des propositions le 28 février 2023

Résumé

Les rapports de l’homme (le paysan, l’éleveur) avec ses animaux désormais familiers ont été profondément modifiés au fil du temps, en fonction des mouvements de population, des échanges, des occupations de territoire, des avancées techniques (modes de défrichement, de transport, d’enclosure). Pourtant ils ne font pas souvent l’objet d’une étude croisée. L’idée originale pour Montbrison 2023 est de croiser l’éleveur (et sa famille) avec les élevés de tout poil et de toute plume.

 

Modalités de contribution

La fiche devra parvenir renseignée avant le 28 février 2023 à : secretariat@ladiana.com

Elle sera examinée par le conseil scientifique et la réponse sera donnée avant le 30 mars 2023.

Les communications durent 20 mn, afin d’échanger avec la salle et les Actes seront publiés dans l’année qui suit.

La prise en charge du séjour (nuitées, repas) est assurée par la Diana.

Contacts : Didier Nourrisson : courriel : annemariedidier [dot] nourrisson [at] laposte [dot] net

URL de référence : La Diana

 

Argumentaire

Le prochain festival d’histoire de Montbrison aura lieu du 15 au 20 novembre 2023 sur le thème “les paysans et leurs animaux. Hier, aujourd’hui, demain”. Il comprendra des expositions, des cafés culturels, des visites d’exploitations agricoles, un salon du livre d’histoire. Le colloque, véritable épine dorsale du Festival, se déroulera les 16 et 17 novembre et sera consacré au même thème.

Les rapports de l’homme (le paysan, l’éleveur) avec ses animaux désormais familiers ont été profondément modifiés au fil du temps, en fonction des mouvements de population, des échanges, des occupations de territoire, des avancées techniques (modes de défrichement, de transport, d’enclosure). Pourtant ils ne font pas souvent l’objet d’une étude croisée.

L’idée originale pour Montbrison 2023 est de croiser l’éleveur (et sa famille) avec les élevés de tout poil et de toute plume.

L’indice majeur du Néolithique est bien la domestication entre 10 000 ans av.n.è. (avant notre ère) et 5000 av. n. è. Les chasseurs-cueilleurs ont alors utilisé le loup devenu chien. Les agriculteurs-éleveurs ont domestiqué qui le buffle, le porc (Chine), le chameau, le yack, le dromadaire (Asie occidentale), qui le dindon (Amériques), qui l’âne (Afrique), plus récemment la basse-cour et le cheval (Europe). L’homme a changé sa vision du monde et de la nature et l’histoire s’est mise en marche.

Les rapports de l’homme (le paysan, l’éleveur) avec ses animaux désormais familiers ont été profondément modifiés au fil du temps, en fonction des mouvements de population, des échanges, des occupations de territoire, des avancées techniques (modes de défrichement, de transport, d’enclosure). Pourtant ils ne font pas souvent l’objet d’une étude croisée.

C’est pourtant :

Un sujet d’actualité récidivant

Les annuels Salons de l’Agriculture à Paris, les comices agricoles en province (Feurs en Forez, foire de la Sainte-Catherine à Saint-Galmier), réactivent toujours les débats : polémiques autour de la maltraitance animale, autour de la gestion écologique des paysages, autour du revenu agricole. En 1900, un Français sur deux travaillait dans les champs et élevait des “bêtes” (bovins, caprins, ovins, chevaux, volailles, cochons). En 2020, il reste moins de 500 000 agriculteurs/éleveurs. La Loire reste un fort département agricole, très tourné vers l’élevage (à viande dans le Roannais, laitier dans le Forez).

Un sujet neuf

Certes le festival de Blois a travaillé sur le thème “les paysans” en 2012. Mais depuis, alors que la recherche sur les modes de vie ruraux (Jean-Luc Mayaud et le laboratoire d’Etudes rurales à Lyon 2, Jean-Marc Moriceau à Caen) a bien avancé, plus rien sur le monde des campagnes. L’histoire rurale, depuis une quinzaine d’années, a connu un développement important. Cf les revues :  Revue internationale d’Histoire des Sociétés rurales ;  Ruralia (Lyon).

Certes, le Festival d’Histoire de Montbrison a bien inscrit le cheval “de Pégase à Japeloup” à son ordre du jour de 1998. Mais rien d’autre sur le monde animal. En revanche, la recherche s’est beaucoup développée en “histoire des animaux” (Eric Baratay à Lyon 3).

L’idée originale pour Montbrison 2023 est de croiser l’éleveur (et sa famille) avec les élevés de tout poil et de toute plume. Les animaux de la ferme, – et pourquoi ne pas considérer les chiens, les chats, les abeilles – pourront ainsi entrer dans notre ménagerie. 

Une histoire transversale

Tous les espaces sont bien sûr concernés : montagnes, plaines, plateaux, vallées. Les formes de l’élevage, suivant les lieux, connaissent une grande diversité.

  • Le sujet ne concerne pas seulement l’histoire économique et sociale, mais aussi c’est aussi une histoire culturelle et sensible qu’il s’agit de dérouler. Le paysan, depuis les débuts de l’élevage, aime tant ses animaux qu’il en fait ses compagnons de travail (“bête de somme”) et qu’il finit par les manger, les assimiler : de l’antique Io à la contemporaine Neige, en somme.
  • D’autres personnages et acteurs interviennent de longue date en amont ou en aval de l’activité paysanne : le propriétaire, le vétérinaire, le boucher, le laitier, le maquignon… On aura bien sûr à considérer l’ensemble de la famille paysanne dans ses rapports avec les animaux : l’enfant qui garde les bêtes, la femme qui soigne la volaille, trait les vaches, les chèvres, les brebis, nourrit les cochons, en plus de ses nombreuses autres activités. La domesticité sera bien sûr observée : les ouvriers agricoles, les vachers, les bergers.
  • La géographie, l’archéologie, l’agronomie ne manquent pas d’épauler cette histoire rurale. Elles révèlent notamment des objets, des pratiques de la vie quotidienne. La littérature est également convoquée à ce sommet (La Terre de Zola, la littérature régionaliste, les traités d’agriculture depuis Olivier de Serres, les fables d’Esope à La Fontaine, en passant par le roman de renard). Les arts plastiques (peinture naturaliste en tête) viennent aussi présenter ce monde rural. Le Droit lui-même est convoqué : citons pour exemple les procès d’animaux sous l’Ancien Régime. L’éducation de l’homme passe enfin par la relation à l’animal, et même au sein de l’école rurale.

Tout cela fait – alors que le paysan est plutôt réputé “taiseux” – une multiplication des sources : écrites, orales, iconographiques.

Le thème pourra se décliner en quatre mots :

Travaux

Les activités, au-delà de l’apparente immobilité du monde des campagnes, se diversifient au fil de l’histoire. Pensons simplement à la “révolution herbagère” du XVIe siècle, à la “révolution fourragère” du XXe siècle qui ont permis de développer et de spécialiser les élevages. On veillera cependant, pour rester dans le cœur du sujet, à ne pas parler des activités “industrielles” ou “protoindustrielles” qui transforment les produits paysans dans le cadre de véritables filières commerciales ou construisent des énergies nouvelles à la campagne.

Soins 

L’attention à “l’outil de travail” est une constante. L’entretien des bêtes est jugé vital. Soigner la bête blessée, abattre la bête malade, avant qu’elle ne transmette son mal à tout le troupeau, voire à l’homme.  A ce titre, l’intervention des vétérinaires marque une révolution certaine (Maisons-Alfort et Lyon, premières Ecoles vétérinaires dans les années 1760). Auparavant, les “remèdes de bonne femme” (et parfois de maréchal-ferrant) semblaient la règle universelle, même en cas d’épizootie.

Par ailleurs, depuis le XVIIIe siècle, les races animales, utiles pour l’homme, font l’objet d’une sélection de plus en plus rigoureuse, au point de provoquer des disparitions d’espèces ainsi que des mutations génétiques.

Alimentation

Ce que mange l’animal est bien sûr décisif pour la qualité de sa viande ou l’intensité de son travail. Pour les herbivores, les pâturages ; pour tous, l’accès à l’eau.

Il faudra se souvenir aussi que l’animal domestique est la nourriture de base du paysan (viandes, laitages, volailles, œufs).

Représentation

L’image de l’animal de ferme dans le vaste monde des Arts est très répandue. Depuis les fresques tombales d’Egypte pharaonique et les fables d’Esope jusqu’aux émissions télévisées, au cinéma des XXe-XXIe siècles, en passant par les fabliaux du Moyen Age, les contes et fables des XVIIe-XIXe siècles, les romans ruraux, la peinture naturaliste des XIXe et XXe siècles, l’image animalière enflamme l’imagination des artistes. Cette image vire parfois au symbole. Relisez pour seul exemple La ferme des animaux, de George Orwell, 1945, qui raconte la révolte des animaux de la ferme emmenée par le verrat bolchévique : une fable morale additionnée d’une métaphore politique.

 

Comité scientifique

  • Baratay Eric (histoire contemporaine, Lyon 3)
  • Faure Olivier (histoire contemporaine, Lyon 3)
  • Ferland Catherine (histoire contemporaine, Québec)
  • Fray Jean-Luc (histoire médiévale, Clermont-Ferrand)
  • Grenier Benoit (Histoire moderne, Université de Sherbrooke, Québec)
  • Mane Perrine (EHESS, histoire médiévale)
  • Moriceau Jean-Marc (histoire moderne, Univ. Caen)
  • Nourrisson Didier (histoire contemporaine, Lyon 1)
  • Peyvel Pierre (La Diana)
  • Poux Matthieu (histoire et archéologie romaine, Lyon 2)


Citer ce billet
Ange Pottin (2023, 27 janvier). Les paysans et leurs animaux | Remise des propositions le 28 février 2023 | Montbrison | 16-17 novembre 2023. Animots. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b73c

Ange Pottin

Post-doctorant au CEFRES, Université Charles de Prague angepottin.wordpress.com

More Posts

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 07/02/2023

    […] Les paysans et leurs animaux | Remise des propositions le 28 février 2023 | Montbrison | 16-17 nove… […]

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search